V. Boitel-Denyset (manager.one) : "Notre objectif est de simplifier le quotidien des professionnels"

La néobanque française manager.one a développé un compte bancaire à destination des professionnels et une solution qui simplifie les dépenses des PME, des ETI et des grandes entreprises. Avec une approche résolument tournée vers l’innovation et la simplification de la gestion des notes de frais, la banque en ligne ne cesse de développer de nouveaux services et fonctionnalités bancaires détaillés par Valentin Boitel-Denyset, son directeur marketing.

La néobanque française manager.one a développé un compte bancaire à destination des professionnels et une solution qui simplifie les dépenses des PME, des ETI et des grandes entreprises. Avec une approche résolument tournée vers l’innovation et la simplification de la gestion des notes de frais, la banque en ligne ne cesse de développer de nouveaux services et fonctionnalités bancaires détaillés par Valentin Boitel-Denyset, son directeur marketing.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter manager.one ?

Valentin Boitel-Denyset. Nous sommes à la fois une banque en ligne pour les professionnels et une solution de gestion des dépenses professionnelles. manager.one est une marque commerciale qui s’appuie sur deux entités : la Banque Wormser Frères, établissement de crédit français, implanté à Paris depuis 1936, et SaGa Corp, une fintech qui édite des logiciels, présidée par Adrien Touati.

Historiquement, nous sommes une banque en ligne qui s’adresse aux entrepreneurs, et la genèse de manager.one est simple : elle provient de quatre associés qui entreprennent depuis plus de dix ans. En 2015, lorsqu’ils vendent leur dernière société – l’éditeur de l’application mobile Télé-Loisirs – ils font le bilan de leur passé d’entrepreneurs. Une déception relative à leur banque revenait systématiquement. Et ce, pour trois raisons principales : une grille tarifaire toujours opaque, des frais incompréhensibles et des fonctionnalités bancaires quasi inexistantes qui n’amélioraient en rien leur quotidien de chefs d’entreprise.

C’est de ces observations que manager.one est née : une plateforme bancaire simple, intuitive, disponible sur Web et mobile, en constante évolution pour offrir des fonctionnalités sur mesure. Nous acceptons toutes les formes juridiques et notre tarif est unique et identique pour tous. Notre objectif est de simplifier le quotidien des professionnels, dirigeants comme collaborateurs.

Aujourd’hui, nous avons également développé une solution de gestion des dépenses professionnelles unique sur le marché, qui passe par l’usage d’une carte Visa Corporate, physique ou virtuelle, entièrement paramétrable.

En quoi cette solution simplifie-t-elle le quotidien des directions financières ?

Le cas d’usage est très simple. Des cartes Visa Corporate liées au compte bancaire manager.one de l’entreprise sont octroyées aux collaborateurs. Elles sont toutes paramétrées en amont. De cette manière, aucune dépense ne peut être réalisée en dehors de la politique prédéfinie par l’entreprise, et il n’y a plus de remboursement à effectuer. Cela évite ainsi tout le traitement long et fastidieux des notes de frais. Grâce à ces cartes paramétrables en temps réel, les équipes gagnent en autonomie, et les directions financières gardent un contrôle précis sur les dépenses. D’autre part, cette carte est à débit immédiat et est acceptée partout dans le monde, avec assurances et assistances incluses.

Cette solution est également idéale pour les directions achats. En plus des cartes physiques, nous mettons à disposition des cartes virtuelles, gratuites et illimitées. Il en existe quatre types : classique, à usage unique – pour un achat ponctuel –, plafonnée et récurrente – pour les abonnements en ligne. Les cartes virtuelles peuvent être générées instantanément, tandis que les cartes physiques mettent trois à six jours ouvrés pour être livrées. De plus, leur compatibilité avec Apple Pay et Google Pay offre une facilité d’utilisation supplémentaire aux utilisateurs.

"Nous avons développé une solution de gestion des dépenses professionnelles unique sur le marché, qui passe par l’usage d’une carte Visa Corporate"

Quels sont les paramètres applicables à ces cartes ? Comment peuvent-elles respecter les politiques de dépenses de chaque entreprise ?

Concrètement, les directeurs (financiers, d’achats…) peuvent paramétrer les cartes en fonction du profil de chaque collaborateur ou de chaque équipe. Il est notamment possible de définir des plafonds quotidiens, hebdomadaires ou mensuels, de limiter l’utilisation de la carte à certains jours ou plages horaires, de bloquer les retraits ou de configurer les natures de dépenses autorisées. Il est également possible d’activer une option "justificatif obligatoire" qui oblige le collaborateur à justifier ses dépenses, avec une facture ou un reçu, dans le délai imparti. Sans cela, la carte est automatiquement verrouillée, en attendant la réception du justificatif.

Le paramétrage peut aller encore plus loin, notamment en autorisant uniquement certains commerçants. Par exemple, une carte peut ainsi être dédiée aux achats publicitaires chez un fournisseur spécifique. Cette utilisation est particulièrement appropriée aux achats sur Internet à l’aide des cartes virtuelles.

Et côté comptabilité ?

La solution manager.one est connectée en temps réel avec de nombreux logiciels bancaires, et il est possible de faire des exports comptables précis, à l’aide de filtres, dans quatre formats de fichier - XLS, CSV, OFX, QIF – avec ou sans les justificatifs. Nos APIs sont d’ailleurs gratuites et ouvertes à tous, connecter son ERP ou logiciel de gestion de notes de frais n’est donc pas un problème.

Quels sont vos projets ?

Nous envisageons de proposer de nouvelles solutions sur notre carte Corporate, notamment avec le crédit mobilité qui vise à optimiser la gestion des flottes automobile, afin de réduire l’impact environnemental des entreprises.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

C. Pasdeloup (Monoprix) : "Les coachs externes parlent le même langage que nos managers"

C. Pasdeloup (Monoprix) : "Les coachs externes parlent le même langage que nos managers"

Destinée à l'ensemble du groupe Monoprix, #Moncoach permet de réserver une séance de coaching afin de résoudre une problématique managériale. Cécile P...

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte