Une première mutation

Nous aurions pu assister à une concurrence féroce, à une guerre sans merci. Les acteurs de la legatech sont si nombreux qu’en l’espace de quelques années, l’offre de services technologiques pour les juristes a explosé, passant de quelques logiciels de gestion des organisations il y a dix ans à un florilège de services aux fonctionnalités toutes plus innovantes les unes que les autres aujourd’hui.

Nous aurions pu assister à une concurrence féroce, à une guerre sans merci. Les acteurs de la legatech sont si nombreux qu’en l’espace de quelques années, l’offre de services technologiques pour les juristes a explosé, passant de quelques logiciels de gestion des organisations il y a dix ans à un florilège de services aux fonctionnalités toutes plus innovantes les unes que les autres aujourd’hui.

L’alliance du droit et de la technologie a séduit aussi bien les éditeurs historiques que les jeunes juristes technophiles. Certains avocats conscients du potentiel de la révolution numérique de leur profession se sont lancés dans la création de leurs propres outils, quelques directions juridiques de grands groupes ont été des précurseurs dans le développement de solutions digitales internes. Le résultat ? Une multitude d’acteurs dont les services s’adressent soit à des types de professionnels bien particuliers (juristes d’entreprise, avocats, notaires…), soit à une matière juridique (droit des contrats, de la propriété intellectuelle, contentieux, fusions-acquisitions…).
Le marché, à peine créé, connaît déjà sa première mutation : plusieurs legaltechs ont intégré une forme d’intelligence artificielle et des éléments de blockchain à leurs services, alimentant ainsi la course à la performance. Un engouement confirmé par la multiplication des investisseurs (fonds, cabinets d’avocats, business angels…) qui misent sur la legaltech. Exemple : la levée de 10 millions d’euros par Doctrine. Le contexte, propice à la création de nouveaux acteurs, s’avère périlleux pour les plus faibles, voués à laisser la place à leurs concurrents directs.

C’est le moment qu’ont choisi certaines start-up pour mettre un terme à leur isolement. Grâce à leur adhésion à la French Legaltech, elles réfléchissent à la création d’un espace unique réunissant leurs différents services, chacune sur son segment, toutes pour le même utilisateur. Ce dernier n’aura plus qu’à choisir à la carte les solutions dont il a besoin et qui sont connectées entre elles. Ce guichet unique permettra aussi de mutualiser leurs forces, qu’elles soient commerciales, marketing, voire financières, afin de se concentrer sur le développement de leurs technologies, comme elles permettent à leurs utilisateurs de se concentrer sur l’essence de leurs métiers, les délestant des tâches à moindre valeur ajoutée. L’histoire est en train de s’écrire, pour le plus grand bonheur des utilisateurs et des observateurs externes qui ne manquent pas d’éléments à commenter et à expérimenter.

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech 2020 : quelles sont les meilleures pour se digitaliser ?

Outils collaboratifs, propriété intellectuelle, droit des contrats, audit d'acquisition, contentieux et arbitrage, droit notarial : à chaque spécialité juridique sa palette d'outils numériques qui lui est consacré. Les clés pour bien choisir : les solutions existantes, les technologies disponibles sur le marché, les éléments comparatifs entre elles, des entretiens avec quelques acteurs majeurs...
Sommaire Première étape de la digitalisation du droit : les outils collaboratifs L.Schwirtz (Legal Suite) : "Avec un chatbot, la direction juridique valorise son image et gagne du temps" A.Sauzé (avocat-youtubeur) : "La legaltech sera le quotidien des juristes de demain" De la standardisation au smart contract P.Ginestié (Gino LegalTech) : "Les juristes veulent être libérés des tâches répétitives" Fusions-acquisitions : assurer la sécurité de l’audit Propriété intellectuelle et legaltech : le code au service du code Résolution des litiges : anticiper la justice Digital compliance : quand la technologie devient indispensable Droit notarial : une mine de solutions numériques
Lutte contre la cybercriminalité : après les paroles, il faut passer aux actes !

Lutte contre la cybercriminalité : après les paroles, il faut passer aux actes !

Un ancien chef de gouvernement de Malaisie qui appelle au meurtre de Français, un vice-ministre turc qui attise la haine contre Charlie Hebdo, des mil...

Aramis nomme un nouveau counsel

Aramis nomme un nouveau counsel

Le cabinet d’affaires Aramis promeut Aymeric de Mol en qualité de counsel au sein de l’équipe corporate/M&A, quelques mois seulement après son arr...

P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du marché de l’art"

P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du...

Si le digital ne peut remplacer les liens indéfiniment, c'est un moyen efficace pour démocratiser l’art et inciter les collectionneurs dans l’âme à pa...

Le conseil scientifique de Barthélémy Avocats fait peau neuve

Le conseil scientifique de Barthélémy Avocats fait peau neuve

Patrick Morvan intègre le conseil scientifique de Barthélémy Avocats qui renouvelle ainsi l’équipe qui le compose.

H. Philippe et N. Barsalou : "Un actif vaut ce qu’il rapportera dans le futur"

H. Philippe et N. Barsalou : "Un actif vaut ce qu’il rapportera dans le futur"

Henri Philippe et Nicolas Barsalou, tous deux associés d’Accuracy, société de conseil en finance d’entreprise, reviennent sur la difficulté d’évaluer...

Norton Rose Fulbright renforce sa présence à Shanghai

Norton Rose Fulbright renforce sa présence à Shanghai

La firme internationale vient de conclure un partenariat avec la boutique chinoise Shanghai Pacific Legal, signe de sa stratégie de développement en C...

Allen & Gledhill ouvre un bureau à Ho Chi Minh-Ville

Allen & Gledhill ouvre un bureau à Ho Chi Minh-Ville

Allen & Gledhill, qui fait partie des « Big Four » singapouriens, est désormais présent au Vietnam.

Suisse : Wenger Plattner développe sa pratique IT/IP

Suisse : Wenger Plattner développe sa pratique IT/IP

Wenger Plattner accueille Tobias Meili et Damien Schai en qualité d’associés au sein du département propriété intellectuelle et IT. Ils interviendront...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte