Un vote sur le Brexit sous le sapin ?

Le Parti travailliste espère, avant noël, un vote par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Dans la perspective de l’organisation d’un nouveau référendum ?

Le Parti travailliste espère, avant noël, un vote par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Dans la perspective de l’organisation d’un nouveau référendum ?

L’affaire « Brexit » pourrait connaître un nouveau rebondissement. Alors que Theresa May a reporté au 21 janvier 2019 le vote par le Parlement du pacte de divorce négocié avec l’Union européenne, une partie de ses opposants politiques tentent au contraire d’en accélérer le processus.

« Nous allons utiliser tous les mécanismes à notre disposition la semaine prochaine pour forcer le gouvernement à faire voter cet accord avant Noël », a déclaré le député travailliste Andrew Gwynne, à la BBC. « Nous ne pouvons pas passer à l'étape suivante tant que le Parlement n'a pas décidé de soutenir ou non l'accord du Premier ministre ».

La prochaine étape ? C’est une possible motion de censure du Parti travailliste contre Theresa May. C’est aussi un hypothétique second référendum sur le retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Le report du vote du Parlement souhaité par Theresay May devait éviter un prévisible rejet de l’accord conclu avec l’UE. En gagnant un peu de temps, la Première ministre espérait convaincre son camp de la validité de ce divorce, et en particulier du « filet de sécurité ».

Un filet de tous les dangers

Ce « backdrop » prévoit un maintien pour une durée provisoire mais indéfinie du Royaume-Uni dans le marché unique, pour éviter le rétablissement immédiat d’un contrôle des biens et des personnes entre la République d’Irlande (indépendante et membre de l’UE) et l’Irlande du Nord, partie intégrante du Royaume-Uni et destinée à suivre le mouvement du Brexit.

Or, ce « filet de sécurité », solution il est vrai bancale, soulève de nombreuses oppositions, en particulier chez les partisans d’un Brexit « dur ». Ceux-ci, nombreux au sein du parti conservateur de Theresa May, souhaitent que le Royaume-Uni puisse couper tous les ponts avec le continent et l’Union. Pas question pour eux d’envisager un maintien dans le marché unique, même le temps qu’une solution soit trouvée à la question irlandaise.

Trois voies au Brexit

Les voies du Brexit sont peut-être impénétrables (tout comme ses conséquences), elles sont aussi peu nombreuses : l’adoption par le Parlement du Brexit négocié par Theresa May ; le Brexit « no deal », c’est-à-dire sans négociations avec l’Europe – une solution dont le poids économique, politique et diplomatique est difficilement mesurable – ; soit l’organisation d’un second référendum.

Liam Fox, secrétaire d'État au commerce international du gouvernement de May, a, le 16 décembre dernier, appelé Theresa May à soumettre ces trois options au Parlement. « Personnellement, je ne serai pas opposé à ce que le Parlement dans son ensemble ait son mot à dire sur les options », a-t-il déclaré à la BBC. « Lorsque vous regardez les options que nous avons, nous devons reconnaître qu'il y a un nombre limité d'options dans le monde réel ici. »

Quant aux travaillistes, ils espèrent accélérer le processus de vote de l’accord signé par Theresa May – et la chute de celle-ci – pour éliminer une des trois options. Ne resteraient plus que le « no deal », solution à laquel la majorité du Parlement est largement opposée, et un second référendum.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Présidents de la République : footeux ou footix ?

Parfois passionnés du ballon rond, nos chefs d’État en font parfois un peu trop, notamment quand il s’agit de l’équipe de France. Il faut dire que qua...

Kamala Harris : l'adversaire

Kamala Harris : l'adversaire

Femme et métisse. Il y a quelques années, cela aurait suffi à disqualifier Kamala Harris. Aujourd’hui, cela fait d’elle la candidate idéale pour battr...

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Jo Spiegel (Place publique) : « Tous les partis politiques doivent changer de logiciel »

Le cofondateur de ce nouveau mouvement de gauche revient sur la démocratie directe dont il est un spécialiste. Grand débat, futur des partis politique...

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Jean-Christophe Fromantin : "Le grand débat n'interroge pas assez l'avenir des territoires"

Dans un essai passionnant, le maire de Neuilly-sur-Seine, remet en question « le primat métropolitain » et la vague de valorisation actuelle des ville...

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Jean-Dominique Senard : l'anti-Ghosn

Respecté des politiques comme des syndicats, homme de dialogue et de vision réputé pour sa courtoisie autant que pour son sens de la diplomatie, Jean-...

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Air France-KLM, une alliance dans la turbulence

Le 26 février, les Pays-Bas annoncent monter au capital d’Air France-KLM afin de peser sur l’avenir de la compagnie. Une décision, mal vécue par l’Éta...

Si l'UE était un État...

Si l'UE était un État...

Nos infographies prouvent noir sur blanc que l'union européenne serait un poids lourd intellectuel, sportif et économique.

UE, que de chemin parcouru !

UE, que de chemin parcouru !

Critiquée, l'Union européenne est parfois injustement traitée. Et pourtant, elle tourne !

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message