Un vote sur le Brexit sous le sapin ?

Le Parti travailliste espère, avant noël, un vote par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Dans la perspective de l’organisation d’un nouveau référendum ?

Le Parti travailliste espère, avant noël, un vote par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Dans la perspective de l’organisation d’un nouveau référendum ?

L’affaire « Brexit » pourrait connaître un nouveau rebondissement. Alors que Theresa May a reporté au 21 janvier 2019 le vote par le Parlement du pacte de divorce négocié avec l’Union européenne, une partie de ses opposants politiques tentent au contraire d’en accélérer le processus.

« Nous allons utiliser tous les mécanismes à notre disposition la semaine prochaine pour forcer le gouvernement à faire voter cet accord avant Noël », a déclaré le député travailliste Andrew Gwynne, à la BBC. « Nous ne pouvons pas passer à l'étape suivante tant que le Parlement n'a pas décidé de soutenir ou non l'accord du Premier ministre ».

La prochaine étape ? C’est une possible motion de censure du Parti travailliste contre Theresa May. C’est aussi un hypothétique second référendum sur le retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Le report du vote du Parlement souhaité par Theresay May devait éviter un prévisible rejet de l’accord conclu avec l’UE. En gagnant un peu de temps, la Première ministre espérait convaincre son camp de la validité de ce divorce, et en particulier du « filet de sécurité ».

Un filet de tous les dangers

Ce « backdrop » prévoit un maintien pour une durée provisoire mais indéfinie du Royaume-Uni dans le marché unique, pour éviter le rétablissement immédiat d’un contrôle des biens et des personnes entre la République d’Irlande (indépendante et membre de l’UE) et l’Irlande du Nord, partie intégrante du Royaume-Uni et destinée à suivre le mouvement du Brexit.

Or, ce « filet de sécurité », solution il est vrai bancale, soulève de nombreuses oppositions, en particulier chez les partisans d’un Brexit « dur ». Ceux-ci, nombreux au sein du parti conservateur de Theresa May, souhaitent que le Royaume-Uni puisse couper tous les ponts avec le continent et l’Union. Pas question pour eux d’envisager un maintien dans le marché unique, même le temps qu’une solution soit trouvée à la question irlandaise.

Trois voies au Brexit

Les voies du Brexit sont peut-être impénétrables (tout comme ses conséquences), elles sont aussi peu nombreuses : l’adoption par le Parlement du Brexit négocié par Theresa May ; le Brexit « no deal », c’est-à-dire sans négociations avec l’Europe – une solution dont le poids économique, politique et diplomatique est difficilement mesurable – ; soit l’organisation d’un second référendum.

Liam Fox, secrétaire d'État au commerce international du gouvernement de May, a, le 16 décembre dernier, appelé Theresa May à soumettre ces trois options au Parlement. « Personnellement, je ne serai pas opposé à ce que le Parlement dans son ensemble ait son mot à dire sur les options », a-t-il déclaré à la BBC. « Lorsque vous regardez les options que nous avons, nous devons reconnaître qu'il y a un nombre limité d'options dans le monde réel ici. »

Quant aux travaillistes, ils espèrent accélérer le processus de vote de l’accord signé par Theresa May – et la chute de celle-ci – pour éliminer une des trois options. Ne resteraient plus que le « no deal », solution à laquel la majorité du Parlement est largement opposée, et un second référendum.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Ancienne chef d’entreprise et députée, elle remplace Gabriel Attal au porte-parolat du gouvernement. Spécialiste des sujets RSE, la quadragénaire est...

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

À Elisabeth Borne, Première ministre en charge de la planification écologique, Emmanuel Macron a décidé d’adjoindre Agnès Pannier-Runacher à la Transi...

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Le monde de la culture connaît bien cette conseillère de l’Élysée qui remplace Roselyne Bachelot rue de Valois. Proche d’Emmanuel Macron, elle devrait...

Législatives : ce que prévoient les sondages

Législatives : ce que prévoient les sondages

Une majorité en bonne position pour être reconduite, une gauche en dynamisme, une extrême droite qui pourrait enfin constituer un groupe parlementaire...

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Ça y est, Éric Piolle a autorisé le burkini à Grenoble. Une décision qui va pénaliser les femmes, les féministes, les Verts et la gauche. Les salafist...

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Jean Castex cède sa place à Elisabeth Borne. Par rapport à ses prédécesseurs, est-il resté longtemps dans "l'enfer de Matignon ? 3 ans, 1 mois et 18 j...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message