Un potentiel sans limite

Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir.

© DR

Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir.

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution, qui se déroule aujourd’hui, aura des conséquences encore plus importantes. Car cette fois-ci, l’énergie utilisée – la data – est inépuisable, et la technologie – l’intelligence artificielle – ne concerne plus notre force physique mais notre capacité à raisonner. Grâce à la multiplication des capteurs et des interfaces de connectivité, son potentiel est sans limite. Dernier exemple en date : la voiture autonome et connectée. Longtemps perçue comme un rêve, elle est aujourd’hui devenue une réalité.

Les entreprises au centre du changement

Pour les entreprises, les changements portent aussi bien sur les systèmes de production que sur les questions de gestion et de gouvernance. Conscientes de la révolution en cours, 80 % des sociétés de plus de 1 000 employés réalisent déjà des investissements dans l’IA. D’ici à 2020, ces derniers se chiffreront à 465 millions d’euros en France, selon le cabinet IDC. Une démarche rentable puisque, à en croire la société de conseil McKinsey, les premières entreprises à se convertir à l’IA afficheront des marges bénéficiaires de 5 % à 15 % plus élevées que leurs concurrentes. 
Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir. En France, l’IA devrait augmenter la productivité nationale de plus de 20 % d’ici à 2035. Si ce chiffre peut paraître élevé, il est en réalité faible comparé à celui d’autres puissances économiques. Aux États-Unis, la productivité devrait progresser de 35 % sur la même période. Conscient de ce retard, le gouvernement s’est largement saisi du sujet. À l’image de Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui estime que « la meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le construire en accompagnant le changement ». Aux entreprises de s’y atteler.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Intelligence artificielle : la 4e révolution industrielle est en marche

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution, qui se déroule aujourd’hui, aura des conséquences encore plus importantes. Longtemps perçue comme un rêve, elle est aujourd’hui devenue une réalité.
Sommaire Intelligence artificielle : entre risques et opportunités Vahé Torossian (Microsoft) : « Il faut faire de l'accessibilité au numérique un axe fort pour la France » Frédérique Vidal : « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le construire » Les mirages de l’intelligence artificielle
Sommaire
L.Garret (Neuflize OBC) : "La diversification de notre offre est primordiale"

L.Garret (Neuflize OBC) : "La diversification de notre offre est primordiale"

Laurent Garret, CEO de la banque Neuflize OBC, revient pour Décideurs sur la consolidation du marché de la banque privée et sur les particularités de...

H.Ramdani (Virbac) : "Une de nos priorités sera la modernisation de nos SI financiers"

H.Ramdani (Virbac) : "Une de nos priorités sera la modernisation de nos SI financiers"

Habib Ramdani a pris les rênes de la direction financière de Virbac depuis mai 2016, alors que le Français, 7e groupe pharmaceutique vétérinaire mondi...

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel et sociétal"

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel...

Dix ans après sa première initiative, l’Union des Marques a lancé en 2018 le « programme FAIRe, 15 engagements pour une communication responsable ». S...

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

Soixante ans de carrière dans le marketing. À faire des marques, petites d’abord, puis internationales. À coups de slogans cultes et de campagnes grav...

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapét...

J. Cherki (Contentsquare) : "La croissance externe permet un gain de temps certain"

J. Cherki (Contentsquare) : "La croissance externe permet un gain de temps certain"

Fondateur de Contentsquare, la start-up française d’optimisation de l’expérience digitale, Jonathan Cherki affiche son ambition : être un leader mondi...

Fonds long/short actions : l’heure est-elle venue ?

Fonds long/short actions : l’heure est-elle venue ?

Alors que l’environnement de marché paraît favorable aux fonds long/short actions, leurs performances ne sont pas encore au rendez-vous. Décryptage d’...

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

Entrepreneur invité à la première édition de l’université d’été de l’économie de demain (UEED), Guillaume Gibault dresse le bilan du made in France. U...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message