Un potentiel sans limite

Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir.

© DR

Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir.

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution, qui se déroule aujourd’hui, aura des conséquences encore plus importantes. Car cette fois-ci, l’énergie utilisée – la data – est inépuisable, et la technologie – l’intelligence artificielle – ne concerne plus notre force physique mais notre capacité à raisonner. Grâce à la multiplication des capteurs et des interfaces de connectivité, son potentiel est sans limite. Dernier exemple en date : la voiture autonome et connectée. Longtemps perçue comme un rêve, elle est aujourd’hui devenue une réalité.

Les entreprises au centre du changement

Pour les entreprises, les changements portent aussi bien sur les systèmes de production que sur les questions de gestion et de gouvernance. Conscientes de la révolution en cours, 80 % des sociétés de plus de 1 000 employés réalisent déjà des investissements dans l’IA. D’ici à 2020, ces derniers se chiffreront à 465 millions d’euros en France, selon le cabinet IDC. Une démarche rentable puisque, à en croire la société de conseil McKinsey, les premières entreprises à se convertir à l’IA afficheront des marges bénéficiaires de 5 % à 15 % plus élevées que leurs concurrentes. 
Bientôt, la croissance économique d’un pays ne s’évaluera plus en fonction de son capital mais en fonction de son degré de maturité en IA. Ce changement de référentiel en dit long sur les mutations à venir. En France, l’IA devrait augmenter la productivité nationale de plus de 20 % d’ici à 2035. Si ce chiffre peut paraître élevé, il est en réalité faible comparé à celui d’autres puissances économiques. Aux États-Unis, la productivité devrait progresser de 35 % sur la même période. Conscient de ce retard, le gouvernement s’est largement saisi du sujet. À l’image de Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui estime que « la meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le construire en accompagnant le changement ». Aux entreprises de s’y atteler.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Intelligence artificielle : la 4e révolution industrielle est en marche

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution, qui se déroule aujourd’hui, aura des conséquences encore plus importantes. Longtemps perçue comme un rêve, elle est aujourd’hui devenue une réalité.
Sommaire Intelligence artificielle : entre risques et opportunités Vahé Torossian (Microsoft) : « Il faut faire de l'accessibilité au numérique un axe fort pour la France » Frédérique Vidal : « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le construire » Les mirages de l’intelligence artificielle
Sommaire
Yves Rocher, écolo par nature

Yves Rocher, écolo par nature

Il y a quelques mois, Yves Rocher devenait la première entreprise à mission de France. Un aboutissement logique pour le groupe qui, depuis ses origine...

Oaklins, l’heure de la maturité

Oaklins, l’heure de la maturité

En quinze ans d'existence, Oaklins s'est fait une place sur le marché des fusions-acquisitions en offrant à ses clients un accompagnement sectoriel pe...

Odessa, la naissance d’un nouveau cabinet d’avocats en droit patrimonial

Odessa, la naissance d’un nouveau cabinet d’avocats en droit patrimonial

Passé par le cabinet Bornhauser, Nicolas Canetti vient de créer Odessa, une boutique dédiée à la fiscalité des particuliers et aux contentieux.

Natixis cède 29,5 % du capital de la Coface pour près de 500 millions d’euros

Natixis cède 29,5 % du capital de la Coface pour près de 500 millions d’euros

La banque d'investissement française filiale du groupe BPCE, Natixis, vend plus de 70 % de sa participation dans la Coface, société d’assurance-crédit...

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans la mer chaque année. Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, s...

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

Stelliant dévoile son nouveau positionnement

L’acteur de référence des services assurantiels Stelliant amorce un nouveau virage stratégique pour faire face à l’évolution du marché. Le projet glob...

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

La division ascenseurs de Thyssenkrupp en passe d’être cédée à des fonds d’investissement

Dans le cadre de son démantèlement, Thyssenkrupp a refusé de vendre ses ascenseurs à son concurrent finlandais, Kone. Conséquence de l’intransigeance...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message