Un ancien directeur juridique chez Signature Litigation

L’ancien directeur juridique de Société générale Nicolas Brooke redevient avocat aux côtés de son mentor, Thomas Rouhette, qui a fondé le bureau parisien de Signature Litigation il y a quelques mois.
Thomas Rouhette et Nicolas Brooke

L’ancien directeur juridique de Société générale Nicolas Brooke redevient avocat aux côtés de son mentor, Thomas Rouhette, qui a fondé le bureau parisien de Signature Litigation il y a quelques mois.

Le bureau parisien de Signature Litigation se renforce déjà, quelques mois à peine après sa création par Thomas Rouhette, Sylvie Gallage-Alwis et Emmanuèle Lutfalla. Depuis le 20 mai, Nicolas Brooke a rejoint celui qui l’a formé, Thomas Rouhette, l’ancien patron de la pratique contentieux d’Hogan Lovells qui a exercé vingt-sept ans dans la firme. L’ancien directeur juridique enrichit ainsi l’équipe de son expertise en compliance. En effet, Nicolas Brooke a passé huit ans chez Hogan Lovells avant d’exercer cinq ans chez Freshfields.

Un travail de négociation

C’est en 2010 qu’il choisit de poursuivre en entreprise et devient directeur juridique de la Société générale au moment où la réglementation bancaire prend l’ampleur nécessaire pour faire face à la crise financière de 2008. Il a alors 39 ans. L’affaire Kierviel bat son plein, mais aussi la crise du Libor, ce taux interbancaire qui a secoué les marchés financiers à partir de 2012. Lors de la poursuite de la banque française pour faits de corruption d’agents publics en Libye, Nicolas Brooke signe la seconde convention judiciaire d’intérêt publique (après celle d’HSBC) mise en place par la loi Sapin 2. « La première CJIP négociée dans un contexte international », précise-t-il. Avant d’ajouter : « Il y a aussi tous les dossiers qui ne sont pas sortis », faisant référence aux négociations confidentielles avec les autorités de poursuites françaises et étrangères.

Né d’un père britannique et d’une mère française, Nicolas Brooke a étudié au King’s College. Il commence sa carrière avec l’objectif de se spécialiser en arbitrage international. Aujourd’hui, ce sont les programmes de compliance et la technicité des enquêtes qui sont au cœur de son activité. Une expertise qu’il va développer au sein de Signature Litigation, un cabinet créé à Londres en 2012 par des anciens d’Hogan Lovells et qui est passé de 5 à 40 avocats en moins de cinq ans. Nicolas Brooke apporte son service à des entreprises et institutions financières confrontées à une enquête, qu’elle soit née d’une alerte interne à l’entité ou de la découverte d’une fraude par une autorité de poursuite ou de régulation française, européenne ou américaine. « De nombreuses CJIP sont en cours de négociation », commente l’avocat, signifiant ainsi que cette expertise est recherchée par les entreprises. Un travail de négociation qu’il réalisera de concert avec le bureau de Londres.

Partenaire des entreprises et des law firms

Présent également à Gibraltar, important lieu de contentieux de fonds et de trust, Signature Litigation s’est construit sur une expertise en matière de litiges bancaire pour couvrir aujourd’hui l’ensemble du contentieux financier et d’affaires. « Nous ne sommes pas qu’un cabinet de droit pénal », explique Thomas Rouhette, qui précise que le modèle du cabinet est celui d’un partenaire des entreprises et des law firms, ces dernières bénéficiant d’une clause de « non referral » (ou de non-concurrence) lors de leur collaboration avec Signature Litigatio. Déjà aux côtés de Crédit agricole CIB, Allianz, Renault, Boeing ou encore Honeywell, la structure travaille en équipe en cultivant la courtoisie et l’expertise ultra-spécialisée. Avec l’objectif de rester un cabinet européen, excluant une installation aux États-Unis, elle a pour but aujourd’hui de développer sa pratique en arbitrage.

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Échapper aux lieux communs

Échapper aux lieux communs

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mai, une partie des locaux de Dassault situés à Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine, faisaient l’objet d’un...

Fieldfisher Paris se dote d’une pratique arbitrage international

Fieldfisher Paris se dote d’une pratique arbitrage international

Marily Paralika rejoint le cabinet en qualité d'associée. Elle était auparavant collaboratrice senior chez White & Case.

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

Structurée autour d’une équipe pédagogique d’une soixantaine de personnes, l’Aurep dispense depuis 25 ans des formations en gestion de patrimoine dans...

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les étoiles montantes

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les étoiles montantes

Certains avocats pourraient devenir très vite des références. Focus sur ces jeunes pousses qui n'ont pas fini de faire parler d'elles.

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les dealmakers

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les dealmakers

Décideurs vous présente sa sélection d'avocats qui entrent dans la catégorie des dealmakers.

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les rainmakers

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les rainmakers

Qui sont les six avocats qui entrent dans la catégorie "rainmakers" ? Réponse dans cet article.

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les fédérateurs

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les fédérateurs

Fédérateur. Tel est l'adjectif le plus approprié pour qualifier ces six avocats présents dans notre dossier.

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les références

Avocats en gestion d'actifs et de patrimoine : les références

Six professionnels à la notoriété déjà développée entrent dans la catégorie "Références". Les voici.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message