UE, que de chemin parcouru !

Critiquée, l'Union européenne est parfois injustement traitée. Et pourtant, elle tourne !

Critiquée, l'Union européenne est parfois injustement traitée. Et pourtant, elle tourne !

Cela ne fait pas forcément la une des journaux. Mais l’Union européenne s’impose peu à peu comme une puissance qui compte. Commercialement, démocratiquement, diplomatiquement, budgétairement, les choses avancent. Trop rapidement pour certains, pas assez pour d’autres. Mais les progrès sont indéniables. Portée par un couple franco-allemand efficace, l’Union avance ses pions. Prenons le secteur de la Défense. En 2017, le Conseil a adopté le système de Coopération structurée permanente (CSP) qui pose concrètement les bases d’une industrie militaire européenne. De quoi fournir les armées de l’UE qui, rappelons-le, ont quasiment éradiqué la piraterie dans le golfe d’Aden. Une avancée parmi d’autres et une situation qu’il semble important de rappeler à l’approche des élections européennes qui auront lieu en France le 26 mai prochain. Bien entendu, ces progrès sont niés, parfois avec mauvaise foi, par de nombreux partis populistes qui ont fait du repli identitaire leur fonds de commerce.

Rappelons toutefois que les citoyens du Vieux Continent sont conscients des bienfaits de l’Union. Selon le dernier Eurobaromètre mené en 2018, 55 % des Français se déclarent convaincus que l’appartenance à l’UE est une bonne chose. 13 % estiment ­l’inverse. C’est le plus haut niveau d’approbation depuis le ­lancement du baromètre en 1983.

L’Europe des peuples, chère aux pères ­fondateurs, devient une réalité. Que de chemin parcouru depuis la signature de la Communauté économique du charbon et de l’acier en 1951 ! Soixante-huit ans après, de nombreuses réussites méritent d’être rappelées. Elles redonneront du baume au cœur aux europhiles amenés à douter et pourront faire basculer les indécis. Et, pourquoi pas, inviter à réfléchir les plus perplexes qui craignent une perte de souveraineté nationale.

55% des Français déclarent que l'appartenance à l'UE est une bonne chose. Un record depuis 1983

Pourtant, cette montée en puissance ne se fait pas au détriment des États membres. Elle permet à tous de jouer dans la cour des grands en parlant d’égal à égal aux deux superpuissances du XXIe siècle : les États-Unis et la Chine. Sans l’UE, ils seraient, entre autres, contraints de négocier des accords commerciaux en position de faiblesse, d’importer des produits à des tarifs élevés et de voir leurs monnaies nationales affaiblies par des spéculateurs. Une menace qui pèse désormais sur le Royaume-Uni : celui-ci a choisi de jouer son propre jeu. Au risque de perdre gros.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier UE : superpuissance ou puissance entravée ?

Les élections européennes de mai 2019 approchent à grands pas. Pour l’Union européenne et pour la Commission Juncker en place depuis novembre 2014, l’heure est au bilan. Et celui-ci est positif. Défense, social, commerce, budget, recherche… Portée par un couple franco-allemand actif et réaliste, l’UE avance pas à pas. Un travail de l’ombre qui n’est pas toujours mis en lumière. Il permet pourtant au Vieux Continent de rivaliser avec les États-Unis et la Chine sur bien des sujets. Une tendance qui devrait se poursuivre malgré le Brexit. Décideurs se penche sur les grandes avancées de l’UE.
Sommaire Si l'UE était un État... Europe sociale, de la parole aux actes Laurent Berger (CFDT) : « Le socle européen des droits sociaux est un engagement politique fort » Défense : l’Union fait la force Commerce extérieur : l'UE contre attaque Recherche, l'UE se donne les moyens Zone euro : le budget fait recette Droits de l'homme : l'Europe protectrice Environnement : l'Europe à l'heure verte
Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Julian Assange : wanted

Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte jur...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

De "l'art d'être Français"

De "l'art d'être Français"

Après la nécessité de repenser le fonctionnement démocratique et celui des institutions, de revaloriser la formation et le travail, le chef de l’État...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message