Élections européennes 2019, le nouveau visage du Parlement

En Europe, les partis les plus europhiles sont ceux qui progressent le plus. Tel est le principal enseignement du scrutin du 26 mai.

En Europe, les partis les plus europhiles sont ceux qui progressent le plus. Tel est le principal enseignement du scrutin du 26 mai.

À l’échelle de l’UE, les grands vainqueurs des élections européennes sont l’Europe, l’ALDE (groupe qui comportera LREM) qui passe de 68 sièges à 109 sièges , ainsi que les Verts, qui passent de 52 à 77 sièges. 

Les grands perdants sont le PPE, formation alliant les droites européennes, qui passe de 217 à 175 sièges ainsi que la formation Sociaux & Démocrates (de 186 sièges à 148 sièges). L’alliance des partis de gauche et de centre gauche chute de 191 à 159 sièges. Les partis nationalistes et populistes voient leur progression annoncée entravée. Même s’ils se rapprochent, ils ne seront pas en mesure de peser ou de former une majorité.

L’Europe gagne trois matchs

La première des victoires, est la suivante : l'élection a attiré les citoyens vers les urnes. L’abstention a baissé en France comme dans toute l’Europe. Pas évident pour une campagne qu’on a dit éclipsée par le grand débat. La deuxième victoire pour l’Europe est discrète mais certaine : les partis europhobes s’adoucissent rapidement et glissent vers un simple euroscepticisme; les formations populistes ou nationalistes ont retiré de leur programme la sortie de l’Euro ou de l’Union. Les quelques listes qui avaient mis la sortie de l’Euro ou de l’UE au menu ont été sanctionnées, à l’exception de celle de Nigel Farage. Ainsi, les deux listes françaises défendant le Frexit (l’UPR de François Asselineau et Les Patriotes de Florian Philippot) n’ont pas fait le plein. A eux deux, ils font moins de voix que le parti animaliste.Idem au Benelux. Enfin, la progression des listes eurosceptiques et populistes est contenue : elles sont stables en progression faible. Certaines régressent, comme en Autriche ou aux Pays-Bas.

Les Verts : une progression historique

Grâce à de très bon scores dans plusieurs pays, notamment en Allemagne (22%) et en France (13,7%), les écologistes vont pouvoir envoyer un groupe parlementaire conséquent. 

La progression est remarquable, notamment sur les jeunes Européens. Le vote des “jeunes” pour les Verts dépasserait les 35%, notamment en Allemagne. Toutefois, dans de nombreux pays du sud et de l’est de l’Europe, les Verts n’ont pas franchi la barre des 5%. 

Les centristes et libéraux désormais faiseurs de roi 

Alors que s’érode fortement le poids des formations traditionnelles que sont le PPE (droite) et les sociaux-démocrates (centre gauche), l’ALDE prend un rôle clef, en voyant progresser son score, qui passe la barre des 100 sièges (109). 

Au sein de l’ALDE, la formation française LREM représentera près du quart des parlementaires et aura donc un rôle prépondérant. La tête du groupe pourrait logiquement lui revenir, surtout si le président actuel de l’ALDE, le Belge Guy Verhofstadt prenait la présidence du Parlement européen, ce qui se murmure comme une option réaliste.

Le Parlement européen comptant 751 sièges, il faut 376 sièges pour acquérir une majorité. L’alliance PPE - S&D ne suffira pas. Il faudra le triptyque ALDE - PPE - S&D pour valider les projets réglementaires et les budgets européens. Si une telle alliance à trois voyait le jour, l’appui des Verts ne sera pas nécessaire. 

Les partis europhiles sont ceux qui progressent le plus

A noter aussi qu’une alliance entre partis modérés sans l’un des trois partis que sont l’ALDE, le PPE et le S&D ne suffirait visiblement pas à franchir la barre des 376 votants. Enfin, il n'aura echappé à personne que les Verts et l’ALDE sont parmi les partis les plus europhiles et sont aussi ceux qui progressent le plus. 

Les partis populistes et nationalistes font pshitt

Annoncés comme possibles grands gagnants, les nationalistes n’ont pas remporté leur pari. Certes, ils consolident leur position et rappellent qu’ils auraient pu s’effondrer avec le reflux de la crise financière. Selon les pays, ils améliorent leur score (Hongrie, Italie…), refluent (Autriche), ou se maintiennent à leur niveau (Allemagne, France…).

En conclusion, l'Union européenne et l'envie d'Europe sortent renforcées de cette élection, qui a permis de retisser un lien plus fort avec les électeurs. La montée en puissance de l’Europe sociale, mais aussi la menace du populisme, comme celle des blocs chinois, russe et américain ou du terrorisme ont été mobilisatrices. Reste à déterminer les dirigeants que l’Europe se choisira désormais dans les prochaines semaines à la Commission, au Parlement, au Conseil ou à la BCE. Les négociations peuvent commencer.

Pierre-Etienne Lorenceau

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Extrême droite et Russie, les affinités électives

Extrême droite et Russie, les affinités électives

En soutenant ouvertement la droite populiste du Vieux Continent, Vladimir Poutine agit dans l’intérêt de la Russie. De quoi trembler ? Pas vraiment pu...

Brexit : accord conclu ?

Brexit : accord conclu ?

La nouvelle fait l'effet d'une bombe. En fin de matinée Jean-Claude Juncker a annoncé qu'un accord sur le Brexit aurait été trouvé. Reste à l'adopter.

A.Basbous (politologue) : "L'Europe se retrouve humiliée sur le plan international"

A.Basbous (politologue) : "L'Europe se retrouve humiliée sur le plan international"

Alors que le retrait soudain des troupes américaines en Syrie rebat les cartes au Moyen-Orient, déstabilisant les alliés de l’Otan et replaçant la Rus...

Esther Duflo, économiste de terrain

Esther Duflo, économiste de terrain

Il y a environ vingt-cinq ans, Esther Duflo s’engageait dans la voie de la recherche économique parce qu’elle y voyait un moyen efficace de lutter con...

La Conférence des bâtonniers entre dans le capital de Juri’Predis

La Conférence des bâtonniers entre dans le capital de Juri’Predis

L’association réunissant les bâtonniers des ordres d’avocats en France s’allie au moteur de recherche juridique intelligent, Juri’Predis pour offrir a...

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Si l’Union européenne est une puissance commerciale de premier ordre, de nombreux chantiers restent à mener en matière de défense et de recherche. L’u...

Christian Jacob nouveau patron de LR

Christian Jacob nouveau patron de LR

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale a remporté, sans surprise, l’élection du chef de parti. Son score de 62% devrait lui donner la légit...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message