Trump 2020 : un programme flou dans la continuité de 2016

Trump 2020 : un programme flou dans la continuité de 2016

Si au cours de sa campagne, Donald Trump a capitalisé sur son image et sur les réalisations de son administration, le président sortant est resté flou quant à ses objectifs pour les quatre prochaines années. Seule certitude, ceux-ci reprendront ses thèmes de prédilection – "economy first", lutte contre l’immigration, désengagement à l’international... Quant au détail de leur mise en œuvre, celui-ci demeure, aujourd’hui encore, incertain.

 

Il y a vingt-quatre heures encore on le tenait pour battu. Mais ce matin, fidèle à son habitude consistant à déjouer les prognostics, Donald Trump annonçait sa victoire, considérée comme totale et acquise alors même que le décompte des bulletins se poursuivait dans plusieurs États. Si, contrairement à ses déclarations triomphalistes, l’issue du scrutin demeure incertaine, le scénario de sa réélection, largement écarté ces derniers jours par une majorité de sondages, s’impose désormais comme de plus en plus crédible. Si bien que beaucoup s’interrogent sur le programme de celui qui, contre toute attente, pourrait devenir le 46ᵉ président des États-Unis.

"Promises kept "

Sur ce point supposé central de la campagne, le candidat républicain sera resté étonnamment évasif, préférant ces derniers mois, plutôt que de détailler ses objectifs pour les quatre années à venir, miser sur son image – celle de l’homme antisystème, déterminé et combatif qui lui valait la victoire en 2016 – et évoquer les succès des quatre dernières. Dûment répertoriés sur son site de campagne dans la rubrique "Promises kept", ceux-ci évoquent les réalisations de son administration, parmi lesquelles la baisse des charges fiscales pour de nombreux ménages des classes moyennes, la baisse du chômage et l’augmentation du PIB (l’un comme l’autre enregistrés avant la crise sanitaire cela va sans dire…) mais aussi, une amélioration de l’accès aux soins et, promesse phare de sa première campagne, les centaines de kilomètres de mur érigées le long de la frontière mexicaine.

Des succès sur lesquels, si l’hypothèse des "four more years" (quatre années de plus) devait se confirmer, Donald Trump entend visiblement capitaliser, lui qui, appelé à évoquer son programme le 24 août dernier, lors de la Convention des Républicains, déclarait simplement : " Je renforcerai ce que j’ai déjà fait et je ferai de nouvelles choses. " Quant à la nature de ces " nouvelles choses ", aujourd’hui encore le flou perdure.

Relocalisation et création d’emplois

Certains objectifs qualifiés de prioritaires se dégagent toutefois, dans la continuité des axes privilégiés lors des quatre années écoulées, à savoir : " Economy first ", lutte contre l’immigration clandestine et, sur le front diplomatique, désengagement à l’international. En tête des préoccupations actuelles, l’économie, durement mise à mal par l’épidémie de coronavirus qui, sur le deuxième trimestre, entraînait la destruction de plusieurs millions d’emplois ainsi qu’une chute historique de près de 33 % du PIB. Pour assurer sa relance, le président sortant annonce - sans toutefois préciser comment… - la création de " dix millions d’emplois en dix mois " et celle d’un million de petites entreprises auxquelles s’ajouteraient l’extension de zones franches et le rapatriement sur le territoire national, moyennant une promesse de baisses d’impôts, d’un million d’emplois chez les entreprises américaines installées en Chine. Pas question, sur ce plan, de s’encombrer de notions de déficits publics, ni d’ailleurs de contraintes RSE, perçues comme des freins à la croissance par Donald Trump, toujours aussi climatosceptique qu’il y a quatre ans et qui, comme unique concession accordée à la lutte contre le réchauffement climatique, évoquait il y a quelque temps sa volonté de " nettoyer les océans ".

Pro-life, pro-guns, anti-immigration clandestine…

Rien de neuf non plus sur le pan " société ". Lui réélu, Donald Trump entend creuser le sillon républicain et plus que jamais " défendre les valeurs américaines ". Entendez par là, celles d’une Amérique conservatrice à la fois anti-avortement et pro armes à feu. Le président sortant envisage également, s’il est réélu, de grossir les rangs de la police et d’alourdir les peines pour toute attaque sur les forces de l’ordre et, nouveauté, souhaite voir enseigner " l’exceptionnalisme " américain – cette théorie politique voulant que les États-Unis occupent une place à part, de par leur histoire et leur culture, sur l’échiquier mondial - à l’école. Dans la même veine, Donald Trump devrait durcir encore le ton face à l’immigration clandestine, promettant, lors d’un second mandat, d’empêcher les immigrés sans papiers " d’accéder aux aides, aux soins et à l’enseignement gratuit ". Quant à la crise du coronavirus – dont la gestion, qualifiée de désastreuse par le camp adverse, aura entraîné 200 000 décès sur le territoire national -, Donald Trump s’engage purement et simplement à " l’éradiquer " grâce à un vaccin dont la conception serait déjà " très avancée ", au point, déclarait-il il y a peu, que celui-ci devrait être disponible avant la fin de l’année.

Isolationnisme et désengagement

Concernant le volet international, là non plus ni volte-face ni inflexion majeure. Donald Trump devrait maintenir le cap défini lors de son premier mandat : celui qui, au cours des quatre années écoulées, aura vu les États-Unis prendre leurs distances avec leurs alliés historiques européens dans une tendance isolationniste de plus en plus marquée. Sur ce plan Donald Trump déclarait il y a peu vouloir rapatrier les soldats américains déployés à l’étranger tout en " mettant un terme aux guerres sans fin " - vaste programme dont, une fois encore, il n’a pas détaillé les modalités.

Caroline Castets

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidentielle américaine : Trump vs Biden

Résultats, programmes, verbatims, portraits : suivez les grandes tendances de la course à la Maison Blanche dans Décideurs Magazine.
Sommaire Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden Pourquoi, désormais, la victoire démocrate semble acquise Donald Trump, les clés de sa performance Joe Biden, Mister President ? Deux livres à ne pas manquer pour se préparer à la présidentielle américaine Trump vs Biden : la bataille financière en infographie Swing states, Trump en mauvaise posture ? Présidentielle américaine : quels changements pour l’UE ? Ron Klain nommé directeur de cabinet de Joe Biden
Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Cela fait dix ans que des députés représentent les Français vivant à l’étranger. Voyages incessants, relations avec les électeurs, travail dans l’hémi...

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

L’un des comptes parodiques les plus célèbres de l’Hexagone a disparu de Twitter. Si certains fêtent une victoire contre la fachosphère, d’autres dépl...

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

Critique, la situation de la justice ? Oui, reconnaît le rapport sur les États généraux de la justice paru le 8 juillet. Mais pour les entreprises, l’...

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

Un détail psychologique, peu mis en avant dans la presse, pourrait empêcher un rapprochement entre LR et Renaissance à l’Assemblée nationale. Il prouv...

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Qui succèdera à Christian Jacob à la tête de LR ? Certaines voix s’élèvent pour réclamer le retour du président de la région Auvergne Rhône-Alpes qui,...

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

Remaniement, la macronie serre les rangs

Remaniement, la macronie serre les rangs

Des responsables LR et PS qui ne se bousculent plus au portillon, des alliés à "fidéliser", des marcheurs de combat qui montent en grade ou effectuent...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message