Trois questions à Patrick Pruniaux (président, Ulysse Nardin)

Ulysse Nardin est une marque qui n’a jamais été conduite par et pour le marketing. Et pourtant, elle cartonne. Son président revient sur stratégie.

Ulysse Nardin est une marque qui n’a jamais été conduite par et pour le marketing. Et pourtant, elle cartonne. Son président revient sur stratégie.

Passionné d’horlogerie depuis l’adolescence, titulaire d’un MBA de HEC Paris et de la London Business School, et diplômé de la Stanford Business School, Patrick Pruniaux avait tous les atouts en main pour assumer sa fonction de membre du comité exécutif de LVMH et prendre la responsabilité de la coordination de la stratégie de vente entre les différentes marques horlogères et joaillières du groupe. Aujourd’hui, il tient les rênes d’Ulysse Nardin.

Décideurs. Ulysse Nardin est une manufacture parfois méconnue du grand public. Comment la définiriez-vous à un néophyte ?

En effet, Ulysse Nardin est un secret magnifiquement gardé dans l’industrie horlogère, une marque très confidentielle, connue des experts mais pas du grand public. Elle n’a jamais été conduite par et pour le marketing, mais par ses superbes produits. Si je devais dépeindre Ulysse ­Nardin à un néophyte, je dirais que c’est une manufacture ­contemporaine avec un héritage fantastique fondé sur l’innovation depuis 170 ans.

Votre communication est assez offensive, ­originale, notamment pour la collection Freak. N'avez-vous pas peur d'effrayer certains collectionneurs ­conservateurs ?

Mon rôle et celui de mon équipe sont de redonner ses lettres de noblesse à Ulysse Nardin. Nous souhaitons insuffler de l’énergie, de la fraîcheur et du peps à cette marque locloise (Le Locle dans le canton de Neuchâtel en Suisse, ndlr), tout en respectant profondément ses valeurs, son héritage, son histoire. Ne rien déformer, ne rien perdre, tout transformer et raconter. Je ne pense pas effrayer qui que ce soit, au contraire. Nous avons d’excellents retours de nos marchés et de nos clients, même les plus traditionnels. Il ne faut pas oublier qu’Ulysse Nardin a par le passé déjà cassé les codes.

Malgré la grande complexité de vos montres, vous proposez une garantie de 5 ans depuis 2017. Un an plus tard, quels sont vos sentiments par rapport à cette décision ?

La garantie de 5 ans est une offre assez rare pour une marque horlogère de luxe et qui plaît beaucoup à nos clients. En fait, nous faisons partie des premiers à l’avoir mise en place. Le message a posteriori de cette extension de garantie ? Nous sommes extrêmement confiants dans la qualité et la fiabilité de nos garde-temps. De plus, étendre une garantie à 5 ans, c’est dans l’air du temps. Certaines marques de voitures par exemple font la même chose. L’horlogerie est assez en retard par ­rapport à ces standards.

Hervé Borne

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Oris, pour la bonne cause

Oris, pour la bonne cause

Oris vient en aide à notre planète au fil d’actions menées en faveur de l’eau pour un changement positif.

Richard Mille, horloger futuriste

Richard Mille, horloger futuriste

Lorsque Richard Mille parle de sa marque, il assume sans réserve sa différence vis-à-vis des manufactures traditionnelles…Entrepreneur-né, relevant t...

Delphine Moreau a testé pour vous la Jaguar I-Pace 100% électrique

Delphine Moreau a testé pour vous la Jaguar I-Pace 100% électrique

Cofondatrice avec le designer Thomas Dariel de Maison Dada, Delphine Moreau a testé la Jaguar I-Pace 100% électrique. Verdict.

Goutal, l'enchanteur

Goutal, l'enchanteur

Une marque au positionnement à la fois raffiné et authentique, une histoire de transmission et de valeurs partagées… Bienvenue chez Goutal, l’artisan...

Le propriétaire de Lacoste s’offre The Kooples

Le propriétaire de Lacoste s’offre The Kooples

Le groupe familial suisse, Maus Frères, étend sa gamme de marques de luxe en acquérant The Kooples à la famille Elicha et LBO France.

Moncler : Eurazeo solde l’un de ses plus beaux investissements

Moncler : Eurazeo solde l’un de ses plus beaux investissements

Après AccorHotels, Asmodée ou encore Desigual, Eurazeo se sépare de la marque de vêtements haut de gamme et empoche 445 millions d’euros.

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message