Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Les PME s’étant vues refuser un prêt garanti par l’État peuvent bénéficier d’un dispositif d’avances remboursables ou de prêts à taux bonifiés. Si le ministère de l’Économie est prêt à assumer des pertes, il s’agit néanmoins de soutenir les entreprises ayant des perspectives de redressement.

Les PME s’étant vues refuser un prêt garanti par l’État peuvent bénéficier d’un dispositif d’avances remboursables ou de prêts à taux bonifiés. Si le ministère de l’Économie est prêt à assumer des pertes, il s’agit néanmoins de soutenir les entreprises ayant des perspectives de redressement.

L’arsenal de Bercy pour aider les entreprises en difficultés ne cesse de s’étoffer. Jeudi 2 juillet, le ministère de l’Économie annonçait la mise en place de nouveaux outils à destination des PME. Les entreprises "stratégiques" de 50 à 250 salariés ayant fait l’objet d’un refus d’octroi de prêt garanti par l’État (PGE) et après échec de la médiation de crédit peuvent faire appel à deux nouvelles aides : le dispositif d’avances remboursables et les prêts à taux bonifiés.  

Afin d’accéder à ces financements, les entreprises doivent justifier de perspectives réelles de redressement de l’exploitation "en tenant compte de leur positionnement économique et industriel, en particulier leur savoir-faire reconnu et à préserver, leur position critique dans une chaîne de valeur ainsi que leur importance au sein du bassin d’emploi local". Elles ne doivent également pas faire l’objet de procédures collectives d’insolvabilités. Si l’État est prêt à essuyer des pertes, il ne s’agit pas pour autant de soutenir des PME non viables.

Les montants

Le montant de l’aide est limité à la masse salariale en France estimée sur les deux premières années d’activité, pour les entreprises créées à compter du 1er janvier 2019 ainsi qu’à 25 % du chiffre d’affaires. Le soutien prend la forme d’une avance remboursable dont la durée d’amortissement est limitée à 10 ans pour un montant inférieur ou égal à 800 000 euros et d’un prêt à taux bonifié dont la durée d'amortissement est limitée à six ans, pour un montant supérieur à 800 000 euros.

Les entreprises doivent adresser leur demande au comité départemental d'examen des problèmes de financement des entreprises. "Les deux premiers arrêtés d’octroi d’aide ont été signés au bénéfice d’entreprises de l’Aisne, ouvrant la voie à la montée en puissance de ce dispositif", précise Bercy. L’enveloppe totale est portée à 500 millions d’euros.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l
Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis volants

Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis...

La jeune start-up toulousaine du secteur de l’aéronautique vient de lever 10 millions d’euros. Elle espère s’imposer sur le marché de l’aviation décar...

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

La start-up française Vestiaire Collective boucle une nouvelle levée de fonds qui s’élève à 210 millions de dollars, soit 178 millions d’euros. La jeu...

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nature de la reprise"

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nat...

Le secteur de l’aéronautique a été l’un des plus touchés par la crise sanitaire et ses effets. Safran, l’un des acteurs majeurs de ce segment d’activi...

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

"Carnet de rebond pour PME et ETI", le nouveau livre-coach de Fanny Letier, cofondatrice de Geneo capital entrepreneur, vient de sortir en librairie....

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

La licorne française Mirakl annonce une levée de fonds de 555 millions de dollars. Cette opération porte la valorisation de la start-up à 3,5 milliard...

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour...

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virtuel

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virt...

La jeune pousse Sorare vient d’annoncer une levée de fonds de 680 millions de dollars qui porte sa valorisation à 4,3 milliards de dollars. Il s’agit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte