Travail et fiscalité : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du 25 avril

Les impôts et le travail sont au cœur du grand débat. Emmanuel Macron y a consacré une partie de sa conférence de presse. Les propos sur l’ISF étaient très attendus.

Les impôts et le travail sont au cœur du grand débat. Emmanuel Macron y a consacré une partie de sa conférence de presse. Les propos sur l’ISF étaient très attendus.

ISF : le Président défend son bilan : Emmanuel Macron en convient : « La question de l’ISF a été largement exprimée durant le grand débat. » De quoi faire reculer le Président ? Il semblerait que non. Pour lui, «il ne s’agit pas d’une suppression ». Il s’agit d’une « réforme » « qui taxe les détentions immobilières et encourage l’investissement dans l’économie ». Ce qui est selon lui « vital » car, « sans investissement, pas d’économie », « c’est une réforme pour produire et non une exonération pour les plus fortunés ». Selon le chef de l’État, il s’agit avant tout d’une « mesure pragmatique ».  Qui sera évaluée en 2020. « Si elle n’est pas efficace, nous la corrigerons ».

Vers des baisses d’impôts : « Je ne veux pas de hausse d’impôts », a asséné Emmanuel Macron dans la salle de presse de l’Elysée. Il a profité de sa conférence de presse pour prôner une « baisse de l’impôt sur le revenu (…) pour rendre aux classes moyennes des parts de réformes ». Si l’intention est louable, le Président a indiqué qu’il comptait financer ces baisses grâce au triptyque suivant : « Suppression de niches fiscales, baisse des dépenses publiques, travailler plus. » Les deux derniers points devraient être commentés par la classe politique dans les jours qui viennent…

Une défense de la politique menée : si beaucoup reste à faire, le Président a défendu son bilan en mentionnant notamment la défiscalisation des heures supplémentaires, la hausse de la prime d’activité, la prime exceptionnelle ou la réindexation des retraites de moins de 2 000 euros au 1er janvier 2020.

Éducation : former les travailleurs de demain passe par une action dans le domaine de l’éducation. Elle seule peut corriger « les inégalités de destin. Les 1 000 premiers jours d’un citoyen français sont les plus importants. » Concrètement, Emmanuel Macron propose de dédoubler les classes de grandes sections, de créer des classes à taille humaine de 24 élèves en primaire mais aussi de « mieux former les professeurs », de « revaloriser ce métier nécessaire à la République ».

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’Europe, terre de protection des données personnelles

L’Europe, terre de protection des données personnelles

Depuis l’adoption du RGPD le 14 avril 2016, les pays membres de l’Union européenne peuvent sanctionner les entreprises et institutions publiques non c...

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

À la tête de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) depuis février, Marie-Laure Denis connaît bien le monde de la régulation. Grâce à...

Rentrée politique : la plume fait le poids

Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se...

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Ancienne ministre et désormais directrice générale de l’ONG Oxfam France, Cécile Duflot a défendu sa vision de l’économie, lors de l’université d’été...

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’ab...

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Les 28 et 29 août s’est tenue la Ref, l’université d’été du Medef. Un événement qui est consacré à l’état des lieux du capitalisme en temps de crise.

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Trop lourde, trop complexe et trop instable, la fiscalité française est régulièrement pointée du doigt pour expliquer le manque d’attractivité du pays...

Elections à Moscou : l'affront russe

Elections à Moscou : l'affront russe

Les autorités moscovites pensaient profiter de l’été pour écarter discrètement les candidats libéraux aux élections de la Douma de Moscou. C’était sa...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message