Travail et fiscalité : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du 25 avril

Les impôts et le travail sont au cœur du grand débat. Emmanuel Macron y a consacré une partie de sa conférence de presse. Les propos sur l’ISF étaient très attendus.

Les impôts et le travail sont au cœur du grand débat. Emmanuel Macron y a consacré une partie de sa conférence de presse. Les propos sur l’ISF étaient très attendus.

ISF : le Président défend son bilan : Emmanuel Macron en convient : « La question de l’ISF a été largement exprimée durant le grand débat. » De quoi faire reculer le Président ? Il semblerait que non. Pour lui, «il ne s’agit pas d’une suppression ». Il s’agit d’une « réforme » « qui taxe les détentions immobilières et encourage l’investissement dans l’économie ». Ce qui est selon lui « vital » car, « sans investissement, pas d’économie », « c’est une réforme pour produire et non une exonération pour les plus fortunés ». Selon le chef de l’État, il s’agit avant tout d’une « mesure pragmatique ».  Qui sera évaluée en 2020. « Si elle n’est pas efficace, nous la corrigerons ».

Vers des baisses d’impôts : « Je ne veux pas de hausse d’impôts », a asséné Emmanuel Macron dans la salle de presse de l’Elysée. Il a profité de sa conférence de presse pour prôner une « baisse de l’impôt sur le revenu (…) pour rendre aux classes moyennes des parts de réformes ». Si l’intention est louable, le Président a indiqué qu’il comptait financer ces baisses grâce au triptyque suivant : « Suppression de niches fiscales, baisse des dépenses publiques, travailler plus. » Les deux derniers points devraient être commentés par la classe politique dans les jours qui viennent…

Une défense de la politique menée : si beaucoup reste à faire, le Président a défendu son bilan en mentionnant notamment la défiscalisation des heures supplémentaires, la hausse de la prime d’activité, la prime exceptionnelle ou la réindexation des retraites de moins de 2 000 euros au 1er janvier 2020.

Éducation : former les travailleurs de demain passe par une action dans le domaine de l’éducation. Elle seule peut corriger « les inégalités de destin. Les 1 000 premiers jours d’un citoyen français sont les plus importants. » Concrètement, Emmanuel Macron propose de dédoubler les classes de grandes sections, de créer des classes à taille humaine de 24 élèves en primaire mais aussi de « mieux former les professeurs », de « revaloriser ce métier nécessaire à la République ».

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Traité UE-Mercosur : Macron dit non

Traité UE-Mercosur : Macron dit non

Fustigeant l’attitude de son homologue brésilien, Emmanuel Macron a déclaré que la France ne signera pas l’accord prévu entre l’UE et le Mercosur. Ce...

Politique, économie : les livres immanquables pour préparer la rentrée

Politique, économie : les livres immanquables pour préparer la rentrée

Traduction française d'un best-seller sur l'IA, immersion avec la DGSI et finance avec Largo Winch. Voici trois ouvrages à découvrir en cette fin d'ét...

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, résolument à droite, fraîchement convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Voici ce qu’il faut savoir sur...

Hong Kong, les banques sous tension

Hong Kong, les banques sous tension

Un mouvement de protestation oppose la population de Hong Kong, troisième place financière au monde, aux autorités chinoises. Ce conflit ouvert a-t-il...

Stanislas Guerini (LREM) : "Nous souhaitons accentuer notre présence dans les petites villes"

Stanislas Guerini (LREM) : "Nous souhaitons accentuer notre présence dans les petites villes"

Environnement, stratégie pour les municipales, réforme des retraites, politique européenne : Stanislas Guerini, député de Paris et délégué général de...

Royaume-Uni : Boris Johnson officiellement premier ministre

Royaume-Uni : Boris Johnson officiellement premier ministre

La situation était probable, elle est désormais actée. L’ancien maire de Londres succède à Theresa May à la tête de la Grande Bretagne.

Geoffroy Didier, le caméléon de la droite

Geoffroy Didier, le caméléon de la droite

Pour faire émerger une droite moderne et libérale, l’eurodéputé compte lancer son propre mouvement tout en restant chez LR. Un choix surprenant pour u...

La visite de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale fait polémique

La visite de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale fait polémique

Effet de mode gonflé aux réseaux sociaux pour les uns, icône incontestée d’une nouvelle génération pour les autres, Greta Thunberg n’en finit pas de d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message