Travail détaché : une victoire en demi-teinte pour Emmanuel Macron

Après plusieurs mois de négociation, la révision du statut des travailleurs détachés – visant à lutter contre le dumping-social, l'une des promesse de campagne d’Emmanuel Macron – a finalement été votée par les ministres du Travail des vingt-huit États membres le 23 octobre dernier.

Après plusieurs mois de négociation, la révision du statut des travailleurs détachés – visant à lutter contre le dumping-social, l'une des promesse de campagne d’Emmanuel Macron – a finalement été votée par les ministres du Travail des vingt-huit États membres le 23 octobre dernier.

Salaire égal à travail égal sur un même lieu de travail. La règle est dorénavant claire. Exit donc la directive de 1996 sur le travail détaché. Réunis à Bruxelles le 23 octobre dernier, alors que le sujet est en négociation depuis 2016, les vingt-huit ministres du Travail européens sont enfin tombé d’accord. Outre l’équité des salaires sur un même lieu, le texte limite le détachement dans le temps. S’il est prévu que celui-ci ne puisse pas dépasser douze mois, il pourra néanmoins être rallongé à la demande de l’entreprise. Et ce n'est pas le seul compromis auquel la France, largement porteuse du projet, aura dû consentir. 

Satisfaire les pays de Visegrad

Les cotisations sociales du pays d’origines seront d’une part maintenues. L’ancienne directive continuera d’autre part à s’appliquer en matière de transports routiers. Une mesure visant à satisfaire les pays de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaque), l’Espagne et le Portugal, qui craignaient des conséquences négatives pour les compagnies de chauffeurs routiers si la nouvelle directement. Un texte exclusivement consacré au secteur devrait toutefois être prochainement débattu. Un inflechissement insuffisant pour la Pologne, la Hongrie, la Lettonie et la Lituanie, qui se sont opposé au texte. Le Royaume-Uni, l’Irlande et la Croatie ont de leur côté préféré s’abstenir.

Un « accord ambitieux »

L’épisode s’inscrit quoi qu’il en soit comme un succès pour Emmanuel Macron. Le Président, qui avait fait de la réforme du statut des travailleurs détachés l’un des points clé de sa campagne, n’a manqué de saluer un « accord ambitieux ». « L’Europe avance », s’est-il félicité sur Twitter. Pour la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, la révision marque « la première victoire de la refondation de l’Europe voulue par le président de la République, dans une conception où l’Europe, pour être acceptable pour ses citoyens, pour être forte, doit protéger, doit avoir une dimension sociale à côté de sa dimension économique. »

« Un cruel trompe-l’œil »

Du côté de l’opposition, l’heure est à la critique. Le leader de la France insoumise, évoque « un cruel trompe-l’œil ». « Le gouvernement pavoise pour tromper l’opinion sur un nouveau recul de l’Europe sociale », regrette-t-il dans un communiqué publié sur le site de son mouvement. « Le dumping social va continuer impunément », poursuit Jean-Luc Mélenchon. Pour la présidente du Front national, l’issue de ces négociations est un « non-événement ». « Le principe du paiement des charges au tarif des pays d'origine demeure, ce qui maintient une concurrence déloyale totale », insiste Marine Le Pen, considérant cet accord comme une « capitulation au regard des intérêts des travailleurs et des entreprises françaises. » Les syndicats se montrent pour leur part davantage optimistes. « Cela va dans le bon sens », note Jean-Claude Mailly, le leader de Force ouvrière. Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, reconnaît également une évolution positive, même s'il préfère, pour l'heure, rester sur ses gardes : « le problème n’est pas réglé », affirme celui qui plaide pour une harmonisation des salaires en Europe.

 

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidence Macron : décideurs & influenceurs

Qui sont ceux qui, depuis quelques jours pour certains , quelques années pour d'autres, épaulent, conseillent, accompagnent Emmanuel Macron au quotidien ?  La rédaction du Magazine Décideurs passe au crible la garde rapprochée du Président.
Sommaire Nicole Belloubet : une femme de droit et de gauche à la Justice Le revenant L’ambitieux Le conciliateur La business partner Édouard Philippe, un choix stratégique Emmanuel Macron s’entoure d’énarques Emmanuel Macron : la révélation
UE : superpuissance ou puissance entravée ?

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

L’UE avance pas à pas. Un travail de fond qui mérite d'être mis en lumière. Il permet au Vieux-Continent de rivaliser avec les États-Unis et la Chine...

Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Julian Assange : wanted

Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte jur...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message