Transports : BlaBlaCar s’offre les cars Ouibus et lève 101 M€

Le leader mondial du covoiturage fait coup double avec la SNCF qui lui cède sa filiale de transports en autocars et participe à son augmentation de capital de 101 millions d’euros.

Le leader mondial du covoiturage fait coup double avec la SNCF qui lui cède sa filiale de transports en autocars et participe à son augmentation de capital de 101 millions d’euros.

Coup de tonnerre sur le marché du transport interurbain : BlaBlaCar, le leader mondial du covoiturage, reprend les transports en autocars Ouibus dans les mains de la SNCF. Cette opération de croissance externe est la plus importante de l’histoire de la pépite technologique française co-fondée par Frédéric Mazzella et Nicolas Brusson (55,3 millions d’euros de chiffre d’affaires pour Ouibus en 2017). Les négociations ont été menées dans le plus grand des secrets, probablement car la vente de Ouibus fait partie d’un plus grand schéma où la SNCF participe en retour à la dernière levée de fonds de Blablacar de 101 millions d’euros. Les autres souscripteurs font partie des investisseurs historiques de la start-up créée il y a douze ans. Pour rappel, BlaBlaCar a annoncé avoir atteint la rentabilité en 2018, une première.  

Mise en place d’une offre de transports multimodale

L’alliance entre BlaBlaCar et Ouibus a tout d’un rapprochement stratégique complémentaire, à condition d’essuyer très vite les pertes générées par l’ex-filiale de la SNCF (165 millions d’euros entre 2013 et 2017 et probablement encore déficitaire en 2018). Le premier enjeu est bien sûr d’adresser un marché des transports longue distance avec deux offres distinctes, « voiture » ou « autocar », ou bien alors de combiner les deux. Le second objectif est d’internationaliser le réseau Ouibus, peu présent en dehors des frontières françaises, en profitant de la notoriété de BlaBlaCar en Europe. La marque « Ouibus » devrait ainsi disparaître. BlaBlaCar sera alors en concurrence directe avec Isilines et surtout Flixbus, le géant allemand du transport en autocars et leader du marché européen. Par ailleurs, la SNCF continuera à soutenir le groupe, sur le plan opérationnel cette fois, en proposant dès la fin de l’année des offres de voyage « train+voiture ». On peut s’attendre à une déclinaison similaire « train+car ».

Conseils juridiques : BlaBlaCar : Latham & Watkins, MBA Avocats ; SNCF : Lacourte Raquin Tatar, Ashurst

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte