Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnementales annoncées par le gouvernement. Les résultats en disent moins sur la pénétration des enjeux écologiques dans l’opinion que sur le vide abyssal du récit politique qui doit les porter. Explications.

Bonne nouvelle :"les Français sont globalement favorables au plan de lutte contre le réchauffement climatique prévu par le gouvernement, malgré quelques réserves dans le détail", résume OpinionWay dans sa note d’analyse. En effet, ils sont 71% à se dire favorables à l’objectif du gouvernement de faire de la France "la première grande nation écologique à sortir des énergies fossiles", 89% à soutenir l’amplification du programme "MaPrimeRénov", 78% pour l’alignement de la rémunération des chefs d’entreprise sur l’atteinte d’objectifs environnementaux, ou encore 70% en faveur du dispositif de location longue durée d’un véhicule électrique à moins de 100 euros par mois. Même la controversée relance de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires recueille 65% d’avis favorables. Un plébiscite en forme de satisfecit pour le gouvernement ? Pas si sûr.

Hors sol

Car, à y regarder de plus près, ce soutien apparent semble complètement décorrélé de toute réalité économique ou sociétale : tout juste un ramassis de bonnes intentions désincarnées, comme on peut souhaiter la fin de la guerre dans le monde, l’éradication de toutes les maladies, ou l’harmonie perpétuelle du genre humain jusqu’à la fin des temps. La bonté d’âme est sans limite pour qui n’engage rien. 83% des Français sont d’accord pour dire que c’est une bonne chose que la France soit à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique. Tant qu’une éolienne n’est pas installée à côté de chez eux. Tant que le prix du carburant n’est pas trop élevé. Tant qu’ils peuvent prendre l’avion sans trop culpabiliser ou que leur travail et leur niveau de vie ne s’en retrouvent pas menacés. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de souligner une hypocrisie populaire sur le sujet. Chaque bouleversement du monde est analysé à l’aune de son impact sur sa sphère personnelle. Mais c’est un fait qui ne peut être dépassé que dans le cadre d’un récit politique honnête, exigeant, global, qui trace un chemin clair, commun et cohérent de transformation durable. À ce titre, ce sondage relève du vertige.

Diagonale du vide

Un vertige à l’image des premières annonces faites en la matière par le gouvernement d’un président réélu qui avait prévenu pendant sa campagne : "Ce quinquennat sera écologique ou ne sera pas". Plutôt que la planification promise, nous avons eu droit à un lot de mesurettes censées répondre à une sobriété aussi neuve que subie, conséquence directe de la guerre en Ukraine. Et Agnès Pannier-Runacher de s’ériger courageusement contre la climatisation avec les portes ouvertes ou l’éclairage lumineux des vitrines. Ouf, nous voilà sauvés, le mouvement enclenché, les grandes lignes d’un nouveau récit collectif tracées. Les médias et les sondeurs ne sont pas en reste, relevant, chafouins, que "si 96% des Français estiment qu’il faut investir face au réchauffement, ils sont partagés sur l’orientation à donner à ces investissements. Une courte majorité (54%) estime qu’il faut privilégier la lutte contre le réchauffement climatique afin de limiter son impact. À l’inverse, 42% jugent qu’il faut privilégier les investissements pour s’adapter à ses conséquences". Comment peut-on, encore aujourd’hui, poser les termes de l’équation ainsi, alors que chacun sait que le Salut ne pourra passer que par l’action simultanée de ces deux leviers ?

Le seul enseignement à tirer de ce sondage est l’impérative nécessité d’un débat politique et public exhaustif sur la transition écologique. Selon un sondage exclusif de l’institut Jurassic : "les dinosaures étaient 89% à se dire opposés à l’impact d’une météorite".

Antoine Morlighem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Dérèglement climatique : la température monte, la facture aussi

Dérèglement climatique : la température monte, la facture aussi

Depuis la fin du mois de mai, selon une étude de France Assureurs, les sinistres liés aux événements climatiques extrêmes ont généré des indemnisation...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message