TotalEnergies et les empêcheurs de polluer en rond

Le 25 mai, une centaine de militants écologistes ont barré l’entrée de l’assemblée générale qui devait notamment valider la politique climatique du groupe énergétique français. Quelques jours plus tôt, un groupe d’actionnaires avaient déjà signalé qu’il voterait contre, jugeant qu’elle n’allait pas assez loin. Pas suffisant pour renverser la table : elle a été finalement validée à 89 %.

Le 25 mai, une centaine de militants écologistes ont barré l’entrée de l’assemblée générale qui devait notamment valider la politique climatique du groupe énergétique français. Quelques jours plus tôt, un groupe d’actionnaires avaient déjà signalé qu’il voterait contre, jugeant qu’elle n’allait pas assez loin. Pas suffisant pour renverser la table : elle a été finalement validée à 89 %.

Décidément, les assemblées générales des grands groupes pétroliers n’ont plus rien d’un long fleuve tranquille. Et pas simplement dans la rue. En 2021, un fonds activiste était ainsi parvenu à faire élire deux de ses représentants au conseil de surveillance d’Exxon. Si la grande révolution espérée n’est pas (encore) au rendez-vous, la pression s’accentue, aussi bien du côté de l’opinion que des investisseurs.

Rififi

Malgré les deux-cent militants qui se sont installés, et certains même enchaînés, devant l’entrée de la salle Pleyel à Paris, où se tenait l’assemblée générale de TotalEnergies, celle-ci a bien pu "se dérouler normalement", selon son PDG Patrick Pouyanné. Ou quand la visioconférence permet de contourner les désagréments de la contestation. "Plus de 28 000 actionnaires sont présents, représentés ou ont voté par correspondance, ce qui représente un quorum de 68,87 % des actionnaires", a-t-il détaillé. Résultat : une résolution climat adoptée à 89 %. Une "très large majorité", en léger recul par rapport à 2021 où elle avait été adoubée par près de 92 % des actionnaires.

Accouchement difficile

Pourtant, les tractations en amont de l’assemblée générale n’ont pas été de tout repos. Une première coalition de douze investisseurs – parmi lesquels La Banque Postale Asset Management, La Financière de l’Echiquier ou Sycomore AM - avaient ainsi déposé au moins d’avril un projet de résolution exigeant la publication d’objectifs climatiques répondant à un cadre "exigeant et ambitieux", et un "Say on climate"  annuel. Le groupe y avait répondu en s’engageant à publier des objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre à court et moyen terme et à davantage de transparence, obtenant finalement son retrait. Quelques jours plus tard, c’est un second groupe d’actionnaires mené par le néerlandais MN qui veut aller encore plus loin et obliger TotalEnergies à "fixer des objectifs cohérents avec l’accord de Paris". Refus catégorique du groupe, qui juge que cette nouvelle résolution "empiète sur la compétence d’ordre public du conseil d’administration de fixer la stratégie de la société."

Procrastination climatique

Si la pression s’accentue donc, force est de constater qu’elle n’est pas encore suffisante pour faire basculer les grands groupes pétroliers dans une transition écologique de leurs activités, résolue, rapide, sans retour. Pour l’ONG Reclaim Finance, cela sonne le glas de "l’engagement actionnarial, qui se perd dans des dialogues sans fin et sans résultat." D’autres, comme le député européen Pierre Larrouturou, ne désespèrent pas : "Dans un an, on peut gagner la guerre. Les esprits évoluent." Quitte à se résoudre à une forme de procrastination climatique assumée. 

"En même temps" énergétique

Quelques heures avant son assemblée générale, TotalEnergies a annoncé l’acquisition de 50 % du producteur américain d'énergies renouvelables Clearway Energy Group auprès du fonds Global Infrastructure Partners (GIP). Une transaction qui "s'inscrit parfaitement dans notre stratégie de faire de l'électricité renouvelable un de nos principaux moteurs de croissance au côté du gaz naturel liquéfié", selon Patrick Pouyanné. Une forme de "en même temps" énergétique qui se veut pragmatique. Face à l’urgence climatique, on est en droit de se demander si elle ne relève pas davantage d’un attachement inconsidéré aux idoles du passé.

Antoine Morlighem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Climat : l'Afrique, innocente sinistrée

Climat : l'Afrique, innocente sinistrée

Malgré son retard dans la lutte à celui qui pollue le plus, que semblent se livrer les différents continents, l’Afrique est en première ligne des effe...

Stonal : pierre angulaire de la gestion d’actifs

Stonal : pierre angulaire de la gestion d’actifs

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Stonal.

F. Pupillo (Mapic) : "L'arrivée du numérique n’a jamais tué l’industrie sous-jacente"

F. Pupillo (Mapic) : "L'arrivée du numérique n’a jamais tué l’industrie sous-jacente"

L’édition 2022 du Mapic, salon de l’immobilier commercial, qui se tiendra du 29 novembre au 1er décembre, ambitionne de renouer avec ses succès pré-cr...

Stéphanie Casciola, nouvelle directrice générale de LBO France

Stéphanie Casciola, nouvelle directrice générale de LBO France

LBO France vient d'annoncer la nomination de Stéphanie Casciola au poste de directrice générale, et amorce une nouvelle étape dans l’évolution de sa g...

Sobriété : comment en faire Plus ?

Sobriété : comment en faire Plus ?

A4MT lance un programme inédit de recherche : Promouvoir les usages soutenables (Plus), en partenariat avec le Shift Project. L’objectif : recenser et...

Prix nationaux 2022 de VMF : le patrimoine à l'honneur

Prix nationaux 2022 de VMF : le patrimoine à l'honneur

Chaque année, Vieilles Maisons Françaises (VMF), avec le soutien de ses généreux mécènes, accompagne les propriétaires pour la préservation et la rest...

Telaqua : la start-up qui coule de source

Telaqua : la start-up qui coule de source

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Telaqua.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message