Tikehau Capital : un objectif à 35 milliards d’euros d’encours sous gestion pour 2022

Après une année 2018 difficile sur les marchés financiers, Tikehau Capital, société spécialisée dans la gestion d’actifs et les investissements alternatifs, présente ses axes de dynamique de croissance et affirme des perspectives de croissances ambitieuses.

© DR

Après une année 2018 difficile sur les marchés financiers, Tikehau Capital, société spécialisée dans la gestion d’actifs et les investissements alternatifs, présente ses axes de dynamique de croissance et affirme des perspectives de croissances ambitieuses.

Tikehau Capital n’aura pas réussi à passer entre les mailles du filet de l’année 2018 sur les marchés financiers. Le groupe publie un résultat négatif de 107 millions d’euros. Comment l’expliquer ? Principalement par les performances décevantes d’Eurazeo et de DWS qui font chuter le résultat de 132 millions d’euros. Mais le vent tourne. L’environnement financier reprend des forces et fait oublier les moments difficiles. C’est pourquoi Antoine Flamarion, le cofondateur de Tikehau Capital, déclare “ l'effet négatif 2018 sur Eurazeo et DWS serait réduit d'une centaine de millions aux cours d'aujourd'hui ”.

Les mauvais souvenirs laissent désormais place à l’optimisme. Tikehau Capital ambitionne d’obtenir 35 milliards d’euros d’encours sous gestion d’ici à 2022. Afin d’atteindre cet objectif, le groupe souhaite miser davantage sur le secteur de la gestion d’actifs, qui lui avait déjà permis de passer la barre des 20 milliards d’euros d’encours sous gestion avec une hausse de 25 %, plutôt que sur les activités d’investissements. Antoine Flamarion affirme ce positionnement sans équivoque : « nous allons davantage investir nos fonds propres dans la gestion d'actifs ».

Concernant la dette privée, secteur ayant fait la renommée de Tikehau Capital, bien que le périmètre de l’activité ne représente plus que 38 % des encours et un niveau de risque notable sur les marchés de dette, il continue de se développer grâce à des levées de fonds. Les cofondateurs du groupe estiment que  « la surchauffe concerne surtout les marchés du crédit liquide. Nos fonds de dette privée ont été investis correctement et entre le fonds III, levé en 2015, et le fonds IV, levé à partir de 2017, le niveau de levier de nos investissements ne s'est pas détérioré : il est en moyenne passé de 4 fois à 4,1 fois l'Ebitda. »

Enfin, Tikehau Capital souhaite atteindre ses objectifs en augmentant le poids des investisseurs étrangers dans le résultat de leur collecte totale. Mathieu Chabran, autre cofondateur de Tikehau Capital, désormais installé à New-York, précise à ce sujet que les investisseurs internationaux ont représenté plus de 60 % de leur collecte totale en 2018.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de projets miniers majeurs"

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de proj...

Malgré les conditions sanitaires actuelles et une conjoncture économique morose pour les matières premières, les 122 millions de dollars de dette banc...

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La banque d’affaires Financière de Courcelles a conclu avec la société FinTouch un accord pour accompagner les PME et ETI dans leur développement au c...

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

L’acteur français du capital-risque annonce la finalisation d’une levée de fonds de 300 millions d’euros pour son nouveau fonds, Serena III, qui lui p...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Dix ans après sa création en 2010, une page se tourne pour Amundi. Yves Perrier, jusqu’alors directeur général du gérant d’actifs, cède sa place à Val...

Veolia-Suez, quel rôle pour l’AMF ?

Veolia-Suez, quel rôle pour l’AMF ?

La bataille boursière qui fait rage entre les deux groupes semble fragiliser le rôle de l’Autorité des marchés financiers. Mais, malgré les déclaratio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte