T. Mortier (Staci) : "Nous avons uberisé la logistique"

Après un début de carrière dans l’événementiel et la publicité, Thomas Mortier décide de se tourner vers le monde de la logistique et intègre Staci en 1996 en tant que directeur des ventes. Président de l’entreprise depuis 2012, il revient sur les grands enjeux et défis de son secteur.

Après un début de carrière dans l’événementiel et la publicité, Thomas Mortier décide de se tourner vers le monde de la logistique et intègre Staci en 1996 en tant que directeur des ventes. Président de l’entreprise depuis 2012, il revient sur les grands enjeux et défis de son secteur.

Décideurs. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots l’activité de Staci ?

Thomas Mortier. Staci est spécialisée dans la logistique de niche. Nous accompagnons les entreprises dans le développement de leurs projets logistiques à l’échelle nationale et internationale. Nous avons en quelque sorte « ­uber­isé » la logistique, ce qui permet à nos clients de ne payer que pour les ­ressources utilisées.

Outre les infrastructures d’entrepôt, quels services complémentaires proposez-vous à vos clients ?

Nos clients nous confient leur supply-chain afin de les accompagner dans la simplification du processus de gestion des stocks. Nous avons donc développé une large palette de services à valeur ajoutée optionnelle comme l’approvisionnement, le financement des stocks, la facturation et le recouvrement. Staci propose également des interfaces avec les grands ERP et/ou CRM du marché, dont SAP et Salesforces. Enfin, Staci est actif dans le processus de digitalisation, puisque nous développons directement auprès de nos clients des e-shop personnalisés, qui allient des fonctionnalités de commandes, de traçabilité et de business intelligence.

Le slogan de Staci est « flex-made ­logistics », comment le traduiriez-vous ?

Les équipes de Staci sont « flexibles » à tous les niveaux de services rendus, car nous devons répondre favorablement aux demandes des clients et nous ­adapter à leurs besoins. Nous préparons l’avenir et avons d’ores et déjà plusieurs idées pour le prochain slogan, qui devrait voir le jour d’ici la fin de l’année !

Après l’acquisition de la société MDA au Royaume-Uni l’an dernier, quel a été l’objectif de développement de cette année 2019?

Nous venons de gagner un appel d’offres de 20 millions de dollars aux États-Unis en concurrence avec huit prestataires américains et d’ouvrir un entrepôt de 12 000 m2 à 10 km de New York. C’est un magnifique challenge pour toute l’équipe ! En complément, nous réalisons chaque année trois à quatre acquisitions de plus petites sociétés concurrentes en Europe. Nous veillons à ce que la synergie et les stratégies de management de ces entreprises soient 100 % compatibles avec l’ADN de Staci.

" Notre Web agency intégrée gère 500 boutiques e-shop et 300 000 points de vente connectés, ce qui fait de Staci un acteur très significatif du e-commerce BtoB ."

En 2019, le virage digital est primordial dans le monde de la logistique. Quelle est votre position sur ce point ?

Staci est depuis très longtemps un acteur actif sur le plan digital. Nous avons notamment une Web agency intégrée qui gère 500 boutiques e-shop et 300 000 points de vente connectés, ce qui fait de Staci un acteur très significatif du e-commerce BtoB. Enfin, l’année dernière, nous avons ­acquis la société Pixel Inspiration, qui gère 20 000 écrans connectés au Royaume-Uni. Pixel commence à ­déployer en Europe son savoir-faire de digitalisation des points de vente avec de grandes ambitions et déjà de très beauxsuccès.

Laura Breut 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte