Thomas Derichebourg (Derichebourg Environnement) : « Nous avons vécu la transformation d’une société familiale en multinationale

Thomas Derichebourg (Derichebourg Environnement) : « Nous avons vécu la transformation d’une société familiale en multinationale

Fondé en 1956 par le grand-père, développé par son fils, le groupe Derichebourg est devenu, en deux générations seulement, une multinationale leader dans les services aux entreprises et à l’environnement. La troisième génération, Thomas Derichebourg et son frère Boris, sont destinés à en reprendre les rênes.

Décideurs. Quand et comment avez-vous décidé de rejoindre l’entreprise de votre père?

Thomas Derichebourg. Avant de le faire en 2007, je m’étais lancé dans une carrière d’acteur. Au cinéma comme au théâtre, j’ai adoré cette période de ma vie tout en sachant au fond de moi que j’allais un jour prendre la décision de travailler dans l’entreprise familiale. C’est donc tout naturellement que j’ai rejoint le groupe.

 

Décideurs. Quelle a été votre première expérience au sein de l’entreprise?

T. D. Tout comme mon frère, j’ai tout de suite pris des fonctions à hautes responsabilités. Mon père a considéré que nous en étions capables. Mon premier poste a ainsi été de présider, en tant que directeur général, la branche aérienne France du groupe, soit une filiale de 1 500 personnes. Un défi de taille, puisque de nombreux cadres avaient bien plus d’expérience que moi. Ce qu’il faut retenir, c’est que mon frère et moi avons vécu  la transformation d’une société familiale en multinationale. Mon père et mon grand-père nous ont emmenés sur le terrain dès l’âge de 5 ans. C’est très formateur. Ainsi, devenir manager au sein du groupe est une option qui s’est imposée d’elle-même. Bien sûr, cela ne s’est pas fait sans travail.

 

Décideurs. Comment se passe la gouvernance à trois ?

T. D. L’entente est très bonne. Il y a une vraie transparence dans nos relations, chacun dans son champ de responsabilités. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les entreprises familiales. Mon frère et moi avons le même grade, chacun est président de sa filiale. Ainsi, nous sommes complémentaires et la relation que j’ai avec lui et mon père est très forte. Un atout indéniable pour piloter le groupe de la manière la plus stable qui soit.

 

Décideurs. Avez-vous déjà pensé à céder l’entreprise ?

T. D. Non, nous sommes bien partis pour assurer la relève et continuer à développer l’activité de l’entreprise pendant de nombreuses années encore.

 

Propos recueillis par R.T. et V. P.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family Business

Agiles et ambitieuses, les entreprises familiales incarnent le meilleur de l’entrepreneuriat. En matière de rentabilité, elles offrent des ratios de performance de 1 % à 2 %. Comment expliquer une telle réussite ?
Sommaire Exporter son activité Franck Julien (Atalian) : « Des relais de croissance quand le marché français sature » Unir pour mieux régner Bertile Burel (Wonderbox) : « Pour accompagner la croissance, nous avions besoin d’un profil plus senior » Séduire la nouvelle génération Renaud Dutreil (ancien ministre) : « Une fois de plus une fiscalité trop lourde nuisait à nos intérêts » Fanny Dombre-Coste (députée) : « 185 000 entreprises devraient chaque année faire l’objet d’une cession » Sortir gagnant de la cession de son entreprise Jean-Louis Louvel (Groupe PGS) : « Il est primordial de préparer les employés »
Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Le fabricant haut-savoyard de connecteurs Nicomatic est un exemple concret d'entreprise libérée en France. Olivier Nicollin, actuel PDG de cette entre...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message