Thomas Derichebourg : « La performance économique va de pair avec la performance environnementale »

En seulement quelques années, Derichebourg Environnement est devenu une référence en matière de responsabilité sociale de l’entreprise. Son objectif : contribuer à faire de l’économie circulaire le modèle industriel du XXIe siècle. Thomas Derichebourg, son président, revient pour nous sur les grands projets menés par le groupe.

En seulement quelques années, Derichebourg Environnement est devenu une référence en matière de responsabilité sociale de l’entreprise. Son objectif : contribuer à faire de l’économie circulaire le modèle industriel du XXIe siècle. Thomas Derichebourg, son président, revient pour nous sur les grands projets menés par le groupe.

Décideurs. Quels sont vos grands projets en matière de RSE ?

Thomas Derichebourg. Grâce à son activité de recyclage des déchets Derichebourg Environnement préserve et optimise les ressources de la planète comme le minerai de fer, le cuivre ou la bauxite. En remettant sur le marché des matières premières secondaires, nous réduisons la consommation globale d’énergie. D’autres projets démontrent notre volonté de limiter l’impact environnemental de notre activité. Nous avons par exemple investi dans le renouvellement des moteurs de nos broyeurs. En les remplaçant par des solutions 100 % électriques équipées de systèmes de ventilation avec variateur de vitesse, nous réduisons la consommation d’énergie et obtenons un meilleur rendement. Nous avons également travaillé sur l’impact environnemental de nos moyens de transport. À ce titre, nous avons réalisé un audit complet de la fonction en 2017. Vingt-huit pistes d’optimisation sont en cours de mise en œuvre dont la formation à l’éco-conduite des chauffeurs, le renouvellement de la flotte des camions et le développement du transport fluvial et maritime.

Comment soutenez-vous vos salariés ?

Nous favorisons la diversité. Le groupe mène régulièrement des actions de sensibilisation sur le handicap, l’objectif étant d’intégrer ou de maintenir dans l’emploi des salariés en situation de handicap. Nos managers animent des équipes composées de salariés issus de nombreuses nationalités, faisant ainsi de notre groupe un acteur important d’intégration. En 2018, vont être déployées des actions de sensibilisation à la non-discrimination lors du recrutement et au management interculturel.

La rationalisation des consommations contribue à la diminution des coûts

Comment concilier RSE et performance économique ?

Je suis persuadé que la performance économique va de pair avec la performance environnementale. En effet, la rationalisation des consommations contribue à la diminution des coûts et de la consommation d’énergie. Les investissements techniques ont pour finalité un meilleur rendement mais améliorent aussi les conditions de travail de nos collaborateurs et l’environnement. Les politiques sécurité et ressources humaines menées en faveur de nos salariés ont un impact sur le climat social. Elles permettent de fidéliser les collaborateurs, limitent les coûts liés à l’absentéisme, aux accidents de travail et donnent une image positive de l’entreprise. C’est un cercle vertueux.

Les entreprises françaises sont-elles en avance sur le sujet ?

La RSE est surtout présente en Europe et dans les pays scandinaves, car ce sont les pays les plus avancés en matière de protection de l’environnement et d’égalité hommes-femmes. La Suède, la Finlande et la Norvège sont dans le trio de tête. En France, les premières lois encadrant le reporting RSE datent du début des années 2000 avec les lois NRE. Elles ont été progressivement renforcées depuis avec les lois Grenelles (1 et 2) en 2010, puis avec la transposition des réglementations ­européennes en 2017.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Dans la plupart des pays, le financement des petites et moyennes entreprises a évolué depuis la crise financière de 2008. Les banques devenues réticen...

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Conçus à l’origine comme de simples outils d’appui pour les directeurs financiers, les systèmes d’information seraient en passe de devenir des « créat...

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Pour Anke Bridge Haux, les établissements financiers suisses peuvent exister aux côtés des grandes banques étrangères, des FinTech et des géants tec...

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Déjà propriétaire de 40 % des actions de Michel & Augustin, le leader mondial des produits laitiers, Danone, devient l’actionnaire majoritaire à 9...

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Alors que le groupe qui détient les célèbres marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot vient de publier un chiffre d’affaires excédant le milliard d’eur...

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Coface met à la disposition de ses clients une analyse des risques pour les aider à prendre les bonnes décisions et à prévenir les risques de crédit....

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité...

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et tout...

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des financements complexes »

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des fin...

Un investisseur ayant un taux d’endettement élevé aura très souvent des difficultés à recourir à l’emprunt pour financer ses opérations immobilières,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message