Thomas Amico (Delsol Avocats) : "Je cherchais un cabinet à la fois multi-service et de culture de palais »

Thomas Amico quitte Linklaters dont il dirigeait la pratique pénale pour rejoindre Delsol Avocats. À 38 ans, le pénaliste va ainsi pouvoir développer son action de défense devant les juridictions répressives à destination à la fois des entreprises et des personnes privées tout en approfondissant le volet compliance et contentieux commercial de son activité.

Thomas Amico quitte Linklaters dont il dirigeait la pratique pénale pour rejoindre Delsol Avocats. À 38 ans, le pénaliste va ainsi pouvoir développer son action de défense devant les juridictions répressives à destination à la fois des entreprises et des personnes privées tout en approfondissant le volet compliance et contentieux commercial de son activité.

Décideurs Juridiques. Vous quittez Linklaters pour Delsol Avocats. Quelles sont les raisons de ce mouvement ?

Thomas Amico. J’ai intégré Linklaters en 2013 où j’ai été nommé responsable de la pratique de droit pénal des affaires et compliance. Au cours du développement de mon activité, je me suis aperçu que j’étais parfois bloqué, notamment pour accompagner les dirigeants et cadres d’entreprise poursuivis pénalement. En effet, la clientèle de Linklaters est constituée uniquement d’entreprises et d’institutions, ce qui empêchait toute représentation de personnes physiques. Par ailleurs, la gestion des conflits d’intérêts a constitué un frein important à ma pratique. Ce à quoi s’ajoute le contexte de crise sanitaire : les clients sont devenus encore plus regardants sur les honoraires de leurs avocats. J’avais besoin de flexibilité dans la facturation de mes dossiers.

Pourquoi avoir choisi Delsol Avocats ?

Je cherchais une maison indépendante, à la fois multi-service, pour pouvoir proposer à mes clients des offres complémentaires à la mienne, et de culture de palais. Or, chez Delsol Avocats, il y a les deux. En effet, les spécialités sont nombreuses en droit des affaires comme le droit fiscal, le droit social, le droit des sociétés et le M&A bien sûr, mais aussi beaucoup d’autres.

"Les clients sont devenus encore plus regardants sur les honoraires de leurs avocats. J’avais besoin de flexibilité dans la facturation"

De plus, l’équipe consacrée au contentieux réunit douze avocats et compte même un associé expert du droit pénal des affaires, Alexis Chabert, qui exerce dans le bureau de Lyon avec deux collaborateurs. Nous nous renforçons encore avec l’arrivée d’un collaborateur junior à mes côtés dans les prochaines semaines, et sûrement d’un autre dans le courant  2021.

Pourriez-vous décrire précisément votre champ d’intervention ?

Je conseille et accompagne aussi bien les entreprises que leurs dirigeants, les cadres et les personnes publiques lors de poursuites pénales pour des infractions de droit pénal des affaires : fraude fiscale, blanchiment, cybercriminalité, délit de presse, atteintes à la probité, abus de biens sociaux… À côté de cette activité contentieuse, je conseille mes clients lors de la mise en place de programmes de compliance : cartographie des risques, mise en place des outils de conformité à la loi Sapin 2 et à celle relative au devoir de vigilance, lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Enfin, j’accompagne mes clients en matière de contentieux commercial. Je travaille aussi bien pour une clientèle française qu’internationale, comme lors de la défense de la République du Sénégal, partie civile dans le procès de Khalifa Ababacar Sall, l’ancien maire de Dakar mis en examen pour détournement de fonds publics en 2017. Je défends également l’un des protagonistes de l’affaire dite du Kazakhgate

Pensez-vous que vos mandats de mise en conformité, notamment aux règles anticorruption, puissent constituer un frein à la défense pénale ?

Je n’ai encore jamais été confronté à une impossibilité de défendre, devant les juridictions répressives, l’un de mes clients en compliance . Sous certaines conditions, je considère qu’assister une entreprise à mettre en place un programme de conformité n’est pas en soi bloquant pour assurer sa défense pénale. Un tel programme ne suffit pas en effet à faire disparaître totalement le risque pénal et des poursuites sont toujours possibles. En revanche, cela implique l’intégration de l’avocat dans l’organisation, la structuration et la culture de cette entreprise, le positionnant dès lors comme un fin connaisseur de ses rouages et lui donnant ainsi un avantage considérable pour la défendre. Cela fait partie de l’évolution du rôle de l’avocat pénaliste. De la même manière, je suis favorable à l’extension de la convention judiciaire d’intérêt public aux personnes physiques pour nourrir le dialogue avocats/parquet qui me semble d’avenir.

Propos recueillis par Pascale D'Amore et Louise Tydgadt

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicolas Faguer quitte Paul Hastings pour McDermott

Nicolas Faguer quitte Paul Hastings pour McDermott

Nicolas Faguer rejoint le département contentieux de McDermott Will & Emery.

Clyde & Co ouvre trois bureaux de plus aux États-Unis

Clyde & Co ouvre trois bureaux de plus aux États-Unis

La firme spécialiste du droit des assurances installe sa marque dans le sud-ouest des États-Unis grâce à la création de bureaux à Phoenix, Denver et L...

Mise à jour des conditions d’utilisation de WhatsApp : à quoi s’attendre ?

Mise à jour des conditions d’utilisation de WhatsApp : à quoi s’attendre ?

Après une première tentative controversée de changement de sa politique de confidentialité en février dernier, l’application de messagerie instantanée...

Dix nouveaux counsels chez Clifford Chance

Dix nouveaux counsels chez Clifford Chance

Catherine Naroz, Jehanne Talha, Guillaume Massole, Maroussia Cuny, Sophie Levy, Karolina Rozycka, Philippe Cazello, Marie Crumière, Pierre Goyat et Di...

Simon Associés lance un département sciences de la vie

Simon Associés lance un département sciences de la vie

Michèle Anahory intègre le cabinet d’avocats d’affaires pour diriger un nouveau pôle consacré aux biosciences. Dans ce mouvement, elle est accompagnée...

Reboul & Associés renforce sa pratique fiscale

Reboul & Associés renforce sa pratique fiscale

Éric Bérengier rejoint le cabinet parisien en qualité d’associé et sera chargé du pôle de droit fiscal.

Stéphane Brabant poursuit sa carrière chez Trinity International

Stéphane Brabant poursuit sa carrière chez Trinity International

Stéphane Brabant quitte Herbert Smith Freehills avec son associé Lucien Bou Chaaya pour rejoindre Trinity International, renforçant ainsi les ambition...

Un cabinet brésilien s’installe à Paris

Un cabinet brésilien s’installe à Paris

Grâce à l’arrivée de l’avocat Rodrigo Loureiro en provenance de Jones Day, la firme originaire de São Paulo, Briganti Advogados, crée un bureau à Pari...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte