Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises »

Face à la demande des Limited Partners (LPs), Astorg a dû relever son hard-cap. Au total, le fonds a récolté 2,1 milliards d’euros en 2016. C’est deux fois plus que le précédent véhicule.

Face à la demande des Limited Partners (LPs), Astorg a dû relever son hard-cap. Au total, le fonds a récolté 2,1 milliards d’euros en 2016. C’est deux fois plus que le précédent véhicule.

Décideurs. Avec ces levées records, la concurrence est devenue plus rude. Comment faites-vous pour vous démarquer ?

Thierry Timsit. Nous appliquons les recettes qui ont fait notre succès : une grande « proactivité » dans la recherche de deals, par exemple en démarchant les entreprises qui entrent dans notre stratégie alors même qu'elles ne sont pas en vente. Et quand un business nous plaît, nous concentrons toutes nos forces pour l'acquérir. Je vais ainsi me rendre la semaine prochaine aux États-Unis pour rencontrer le propriétaire d’une société française, que nous avons identifiée et sur laquelle nous travaillons depuis deux ans, pour le convaincre de nous la vendre. Nous mettons aussi à contribution les entrepreneurs et dirigeants qui ont eu Astorg comme actionnaire, pour convaincre les nouveaux managers que nous contactons que nous serons de bons partenaires, pour eux et pour leur entreprise. Les succès passés sont des atouts pour le futur.

Les valorisations s’envolent avec des multiples très souvent compris entre dix et douze fois l’Ebdita. Cela vous inquiète-t-il ?

Cela rend prudent plus qu'inquiet. Une part des fortes valorisations est liée au faibles taux d’intérêt, plus qu'à la surabondance de l'offre de capitaux. Tant qu'il n'y a pas de pression à la hausse de l'inflation et des taux, ces valorisations se maintiendront. Cela dit quand on paye une entreprise cher, il faut s'assurer avant tout qu'elle a des qualités uniques et durables. Et ensuite travailler activement à la développer, organiquement et par acquisitions,  afin de compenser d'éventuelles moins bonnes conditions de marché lors de la revente. 

Selon vous, les acteurs du private equity ont-ils de plus en plus d’influence sur l’économie ?

À l'évidence oui. D'une part  la proportion de l’épargne mondiale qui s'investit via le private equity ne cesse de monter. D'autre part notre profession a largement démontré, par ses résultats, que loin d'être une menace pour les entreprises, les actionnaires professionnels que nous sommes peuvent contribuer plus que d'autres à la croissance du chiffre d'affaires comme de la rentabilité, et à l'amélioration de  la valeur stratégique. Avec en même temps une optimisation des structures financières pour améliorer le retour sur capitaux investis. Le métier a donc un fantastique avenir. 

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Le fonds d’investissement Supernova Invest, spécialisé dans le secteur des entreprises en forte rupture technologique (deeptech), vient d’annoncer le...

J. Powell conserve son trône à la Fed

J. Powell conserve son trône à la Fed

Le 22 novembre dernier, le président américain Joe Biden reconduisait Jerome Powell à la présidence de la Fed. Grâce à cette manœuvre politique il pro...

Air France KLM, le cash évite le crash

Air France KLM, le cash évite le crash

Alors que l’arrivée de Benjamin Smith à la tête du groupe en 2018 donnait un nouveau souffle à la compagnie aérienne, celle-ci est touchée de plein fo...

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Fille du fondateur du distributeur de matériel électrique Sonepar, Marie-Christine Coisne-Roquette cultive le secret et l’ambition. Depuis qu’elle en...

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

Le groupe Pierre Fabre a procédé à un recentrage d’activité en 2020 et notamment la cession d’une partie de ses activités de sous-traitance industriel...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte