Thierry Lauriol (Jeantet) : « L’adaptation des droits africains favorise la globalisation des projets »

Les défis de Jeantet en Afrique : sécuriser les investissements de ses clients et participer à la formation des juristes locaux. Le responsable du département dédié aux énergies, mines, infrastructures et à l’arbitrage international, Thierry Lauriol, et son associée au sein du pôle corporate Anne Toupenay-Schueller, s’y attachent au sein du desk Afrique.
Thierry Lauriol et Anne Toupenay-Schueller, avocats associés chez Jeantet

Les défis de Jeantet en Afrique : sécuriser les investissements de ses clients et participer à la formation des juristes locaux. Le responsable du département dédié aux énergies, mines, infrastructures et à l’arbitrage international, Thierry Lauriol, et son associée au sein du pôle corporate Anne Toupenay-Schueller, s’y attachent au sein du desk Afrique.

Décideurs juridiques. Quel est votre cheval de bataille en Afrique ?

Thierry Lauriol. Œuvrer à l’unification des règles de droit et à leur lisibilité. Le continent africain présente de très nombreuses réglementations locales et régionales et subit un intense phénomène de « yo-yo » législatif. Aujourd’hui, les efforts se concentrent pour trouver une unité juridique, voire judiciaire, notamment au travers du droit Ohada (l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires). Le cabinet Jeantet est très impliqué dans cette démarche, en commençant par le développement de la médiation, cette matière n’étant que peu appréhendée par les droits africains, excepté en droit Ohada.

De quelle manière le cabinet Jeantet intervient-il ?

Anne Toupenay-Schueller. Notre intervention prend de multiples formes. Nous opérons par l’intermédiaire de notre desk Afrique ; il se compose d’une quinzaine de spécialistes possédant des expertises techniques et sectorielles complémentaires. Notre équipe corporate intervient pour nos clients sur des opérations d’implantation et de développement d’activités, d’acquisitions d’entreprises ou, encore, de partenariats, de concert avec nos spécialistes tax pour les aspects de structuration, notamment, et aux côtés de nos équipes concurrence, droit commercial et financement.

T. L. Notre équipe dédiée à l’arbitrage international traite les litiges liés aux investissements, aussi bien pour le compte d’acteurs privés que d’États. Nous intervenons dans le cadre d’arbitrages ad hoc comme institutionnels, tels ceux effectués sous l’égide du Cirdi, de la CCI, de la LCIA et, naturellement, de la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) de l’Ohada. Les projets dans les secteurs miniers et de l’énergie, de l’obtention des titres miniers et autorisations jusqu’au transport et à la commercialisation, sont également très nombreux.

Votre implantation locale est-elle satisfaisante ?

A. T.-S. Notre bureau de Casablanca assiste nos clients dans le cadre de leurs projets au Maroc, mais également en Afrique subsaharienne. En fonction des projets, nous détachons également des équipes sur le terrain, depuis Paris, et nous nous appuyons sur un réseau de correspondants.

T. L. Il est important, pour nous, d’entretenir un bon réseau et d’étroites relations avec les barreaux africains et nos correspondants locaux. Il serait prétentieux de laisser entendre que nous pouvons être physiquement partout.

Quelle est votre implication en matière de formation ?

T. L. Notre implication est très forte. J’ai créé, notamment, et codirige un diplôme à Paris II, de droit économique d’Afrique. La formation des juristes africains en droits locaux unifiés reste un point cardinal de nos interventions, aussi bien à l’université que dans le cadre de programmes de stages. Nous menons aussi une activité significative de publications en droit minier, droit de l’énergie et arbitrage international.

Le desk Afrique de Jeantet se compose d’une quinzaine de spécialistes dont :

  • - Thierry Lauriol (énergies, ressources naturelles et arbitrage)
  • - Anne Toupenay-Schueller (corporate - M&A)
  • - Philippe Mallea (responsable du bureau de Casablanca, infrastructures, PPP)
  • - Jean-Guillaume Follorou (droit fiscal)
  • - Philippe Matignon (private equity)
  • - Jean-François Adelle (banque et finance, réglementation, contentieux financier international)
  • - Thomas Picot (droit de la concurrence et commercial)
  • - Florent Prunet (droit commercial, de la concurrence et pratiques restrictives)

 

Propos recueillis par Pierre Allemand @Pierre_Ald 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le PNF saisi par une ONG

Le PNF saisi par une ONG

L’ONG Sherpa sollicite le Parquet national financier (PNF) afin qu’il ouvre une enquête sur la vente par Dassault d’avions à l’Inde.

Notaires Macron : Le gouvernement suit l’ADLC

Notaires Macron : Le gouvernement suit l’ADLC

Le gouvernement suit les recommandations de l’Autorité de la concurrence en adoptant une nouvelle carte permettant l’installation de 733 nouveaux nota...

Chili : fusion entre trois cabinets

Chili : fusion entre trois cabinets

Palma Abogados, EDN Abogados et Veszpremy Abogados fusionnent pour former Palma Edwards Veszpremy Studio.

Voici les stars montantes du barreau d'affaires (édition 2018)

Voici les stars montantes du barreau d'affaires (édition 2018)

Dans son dossier spécial « 50 avocats d'affaires parmi les meilleurs », Décideurs Juridiques a sélectionné 8 stars montantes, Découvrez-les.

François Jubin (WiseAM) : « Notre objectif est d’être un partenaire très étroit du business des CGP »

François Jubin (WiseAM) : « Notre objectif est d’être un partenaire très étroit du business des CGP...

Créée en 2011 à l’initiative de François Jubin, la société de gestion WiseAM a connu une très forte progression en fin d’année 2017 et en début d’anné...

Jean-François Chatelain (Family Partners) : « Il est nécessaire de composer avec tous les acteurs de l’écosystème »

Jean-François Chatelain (Family Partners) : « Il est nécessaire de composer avec tous les acteurs de...

Depuis sa création, Family Partners a fait du chemin. Avec un modèle économique novateur et exempt de tout conflit d’intérêt, Jean-François Chatelain...

Le Brexit fait les beaux jours de l’immobilier de luxe parisien

Le Brexit fait les beaux jours de l’immobilier de luxe parisien

Depuis l’annonce du Brexit de plus en plus de Français installés à Londres décident de revenir vivre à Paris. Et ce retour en masse n’est pas sans con...

Granrut devient Herald

Granrut devient Herald

Soixante ans après sa création, le cabinet Granrut se renouvelle en prenant le nom d’Herald.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message