Theresa May : une démission en échange d’un Brexit

Coup de poker ou dernière cartouche : mercredi 27 mars 2019, Theresa May annonce mettre son poste de premier ministre dans la balance du Brexit pour sauver l’accord négocié avec Bruxelles.

Coup de poker ou dernière cartouche : mercredi 27 mars 2019, Theresa May annonce mettre son poste de premier ministre dans la balance du Brexit pour sauver l’accord négocié avec Bruxelles.

Theresa May parviendra-t-elle à mener le Brexit à son terme ? Elle a, en tout cas, abattu une nouvelle carte : elle démissionnera si le Parlement britannique valide le projet de sortie de l’Union européenne qui devrait lui être présenté vendredi 29 mars. Déjà rejeté à deux reprises par ce même Parlement, le texte, guère modifié depuis janvier, avait peu de chances de convaincre sans la concession de Mme May.

En se retirant de l’équation, elle espère persuader le Parlement de surmonter ses dissensions partisanes pour parvenir à un accord à l’arraché. Bruxelles a en effet accepté de reporter au 22 mai la sortie du Royaume-Uni initialement prévue le 29 mars. La première ministre et son accord négocié avec l’UE ont cristallisé non seulement l’opposition traditionnelle du Labour mais aussi d’une partie de plus en plus importante de son propre camp, le Parti conservateur. Son projet de divorce n’a convaincu ni les plus europhiles des Tories ni – et ce sont eux qui se sont le plus faits entendre – les partisans d’un Brexit dur.

La première ministre a en outre suggéré que seule la procédure de sortie de l’UE soit soumise au vote ce vendredi. La question des relations à venir entre les deux futurs divorcés – dont les accords commerciaux – pourrait être rediscutée dans un second temps.

L’opposition du DUP

La proposition de retrait formulée par Theresa May a été bien accueillie non seulement au sein du Labour, qui espère une victoire lors des prochaines élections législatives, mais aussi parmi les conservateurs qui ont immédiatement commencé à préparer l’après-May. Ces espoirs de résolution rapide à la faveur du sacrifice de la première ministre ont cependant été en grande partie douchés par le Parti unioniste démocrate (DUP) nord-irlandais.

Allié indispensable des Tories au Parlement pour y maintenir une majorité conservatrice, le DUP a qualifié la proposition de Theresa May de « menace inacceptable ». Le petit parti est farouchement opposé à l’accord négocié avec Bruxelles qui, selon eux, accorderait un statut particulier à l’Irlande du Nord pour éviter le retour d’une frontière physique avec la République d’Irlande.

Le Parlement dans sa propre impasse

Outre l’opposition du DUP, Theresa May va devoir affronter un Parlement désorienté. Mercredi, celui-ci a écarté huit scénarios possibles, dont celui d’un nouveau référendum et d’un abandon pur et simple du Brexit. Rejetée avec seulement huit voix de différence, la proposition la plus consensuelle est celle du député conservateur Kenneth Clarke : un maintien permanent dans l’union douanière avec l’UE.

Le Parlement est censé se réunir à nouveau lundi 1er avril pour discuter une nouvelle fois de ces scénarios.

En parallèle, Theresa May va donc tenter de proposer son accord en espérant que la troisième fois sera la bonne. Il lui faudra, avant cela, convaincre le speaker de la Chambre des Communes, John Bercow, qui a déclaré la semaine dernière que le Parlement ne pouvait réexaminer un texte inchangé au cours d’une même session parlementaire.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’Europe, terre de protection des données personnelles

L’Europe, terre de protection des données personnelles

Depuis l’adoption du RGPD le 14 avril 2016, les pays membres de l’Union européenne peuvent sanctionner les entreprises et institutions publiques non c...

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

À la tête de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) depuis février, Marie-Laure Denis connaît bien le monde de la régulation. Grâce à...

Rentrée politique : la plume fait le poids

Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se...

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Ancienne ministre et désormais directrice générale de l’ONG Oxfam France, Cécile Duflot a défendu sa vision de l’économie, lors de l’université d’été...

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’ab...

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Les 28 et 29 août s’est tenue la Ref, l’université d’été du Medef. Un événement qui est consacré à l’état des lieux du capitalisme en temps de crise.

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Trop lourde, trop complexe et trop instable, la fiscalité française est régulièrement pointée du doigt pour expliquer le manque d’attractivité du pays...

Elections à Moscou : l'affront russe

Elections à Moscou : l'affront russe

Les autorités moscovites pensaient profiter de l’été pour écarter discrètement les candidats libéraux aux élections de la Douma de Moscou. C’était sa...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message