Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’intégration de Gemalto a été bénéfique pour les deux groupes.

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’intégration de Gemalto a été bénéfique pour les deux groupes.

Entre l’annonce d’un deal et son closing, le chemin s’avère parfois tortueux : batailles boursières, rétractations, "cadavres" dans le placard… L’histoire des fusions-acquisitions n’est pas un long fleuve tranquille et fait régulièrement la Une des journaux économiques. Si la phase amont des rapprochements est un sujet des plus intéressants, il en est un dont on entend moins parler : celui des intégrations, surtout quand elles fonctionnent. Quels ingrédients sont nécessaires à la réussite d’une opération de M&A ? Que peut-on apprendre des cas passés ? Pour Décideurs, Philippe Vallée, ancien directeur général de Gemalto et vice-président exécutif identité & sécurité numériques chez Thales revient sur l’acquisition de son ancienne société par le groupe de défense et d’électronique.

Une nouvelle business unit

Pour mémoire, fin 2017, alors qu’Atos proposait de fondre sur Gemalto, Thales surgissait tel un chevalier blanc avec une offre amicale. Prix d’achat proposé : 4,8 milliards d’euros. Le tout, en cash. Le projet séduit le fabricant de cartes à puces qui, en avril 2019, scellera son union avec le groupe emmené par Patrice Caine. Si les deux sociétés se sont très vite dessiné un destin commun, c’est que leurs complémentarités étaient évidentes : Thales profitait de l’arrivée de Gemalto pour accélérer sa transformation digitale quand Gemalto accédait à une plateforme globale et solide qui lui permettait de faire rayonner ses activités de sécurité numérique.

L’une des clés de la réussite de l’opération aura été d’avoir accueilli Gemalto comme une entité à part entière

L’une des clés de la réussite de l’opération aura été d’avoir accueilli Gemalto comme une entité à part entière. "Thales, qui comptait six divisions, en a créé une supplémentaire [identité & sécurité numériques, DIS, Ndlr] pour ses nouveaux métiers, explique Philippe Vallée. Ce qui a permis à Gemalto de s’intégrer et de collaborer avec le reste du groupe, tout en restant sur ses bases." Concrètement, la partie commerciale, l’offre produits et la R&D de l’ancien Gemalto font partie intégrante de DIS. En revanche, lorsqu’un marché le nécessite, Thales répond aux appels d’offres que DISI livrera ensuite. "C’est une organisation en mode projet, résume le dirigeant. Nous utilisons les capacités de gestion locales le temps de celui-ci."

Des groupes complémentaires

Le nouveau leader peut se targuer d’avoir décroché des marchés grâce à sa fusion. En Australie, où la présence de Thales est significative, DIS a obtenu la confiance de l’État du Queensland pour digitaliser les permis de conduire. "La présence géographique de Thales a permis de convaincre", estime Philippe Vallée. A contrario, le groupe – jusque-là peu présent en Amérique latine – a déjà triplé ses effectifs grâce à Gemalto.

Cette répartition par business units n’empêche pas les jeunes mariées de travailler main dans la main en combinant leurs savoir-faire. Par exemple, celui de Thales en matière de trafic aérien tandis que l’ex-Gemalto tire son épingle du jeu de la gestion des identités et de la sécurité. "On travaille à des synergies potentielles, rapporte Philippe Vallée. Nous réfléchissons à la manière d’allier les techniques d’identification avec la capacité de Thales à superviser les flux aériens. Les premiers déploiements de ces synergies sont déjà en cours." Des projets pilotes sont lancés, comme au Dakota où les entrées et sorties de drones pourraient être contrôlées grâce à l’alliance de ces compétences.

Toujours du côté aérien, les passagers pourraient disposer d’une identité numérique éphémère créée au moment du check-in via une application sur smartphone, leur permettant de s’identifier « biométriquement » à chaque étape clé en aéroport, sans avoir à sortir son billet ou sa carte d’identité. "Cette solution offrirait une expérience utilisateur fluide, sécurisée, sans couture, depuis la dépose bagage, le passage aux frontières jusqu’à l’embarquement, où cette identité numérique serait alors détruite au décollage", explique Philippe Vallée.

De l’importance du tempo

De quoi stimuler les ingénieurs du groupe et leur ouvrir des perspectives, alors que la guerre des talents, qui plus est dans le digital, fait rage. En tout, le groupe compte 80 000 collaborateurs dont 15 000 arrivés de l’ex-Gemalto. Afin de les accueillir au mieux, un comité d’intégration a été mis en place dès le début de la fusion. Mais, Philippe Vallée, – qui avait déjà opéré des rapprochements lorsqu’il était patron de Gemalto – l’assure : les objectifs mis en place par ce comité ne valent que si le tempo est respecté. "L’important c’est plus le rythme qu’un sujet en particulier."

"L’important c’est plus le rythme (de l’intégration) qu’un sujet en particulier"

Si Gemalto est devenu une business unit, les deux fiancées disposaient chacune d’une activité de protection des données qui ont dû, elles, fusionner. "Nous ne pouvions pas garder deux offres concurrentes. Dans ce cas de figure, il faut décider le plus tôt possible et annoncer aux équipes et aux clients les choix qui doivent être faits."

Le rapprochement porte-t-il ses fruits ? La crise est passée par là depuis l’annonce des objectifs. Cependant, les synergies de coûts promises sont au rendez-vous (120 millions d’euros). Quant à la croissance, 300 à 500 millions d’euros de revenus supplémentaires d’ici 2023 étaient attendus. Pour la seule année 2019, la nouvelle DIS affichait un résultat opérationnel brut de 264 millions. Une performance qui a contribué au chiffre d’affaires annuel de Thales en hausse de 16,1 % à 18,4 milliards d’euros. Et pour la suite ? Un groupe en croissance est un groupe aux aguets. "On continuera à travailler notre portefeuille d’activités", affirme Philippe Vallée. De quoi disposer de nouveaux cas d’école dans les années à venir.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lancel, de tradition et d'audace

Lancel, de tradition et d'audace

À la fois ancrée dans son époque et garante d’un héritage, rigoureuse dans sa maîtrise de la confection et furieusement créative dans son style, la ma...

Carrefour-Couche-Tard,  pas de sitôt

Carrefour-Couche-Tard, pas de sitôt

Bercy s’oppose au rapprochement entre Carrefour et le canadien Couche-Tard, brandissant l’argument de la sécurité alimentaire française. Un droit de v...

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

Korian, leader européen du bien-vieillir et du soin aux personnes fragiles n’a pas cessé de multiplier les transactions ces dernières années. Jean-Mic...

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Dans le contexte pandémique actuel, Primonial a décidé de s’associer avec Net-investissement, une marketplace de l’investissement immobilier et financ...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

"J’ai commencé par vendre une pomme, puis deux. Un jour, j’ai hérité et je suis devenu milliardaire." Si la blague est connue, elle possède un fond de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte