Tesla, moteur de la transformation digitale automobile

Malgré une production très limitée et des résultats qui peinent à entrer dans le vert, Tesla s'est imposé en quelques mois comme la première capitalisation boursière de l'automobile. Un engouement qui semble échapper à toute rationalité économique. Mais qui montre que l'avenir du secteur sera d'abord numérique.

Malgré une production très limitée et des résultats qui peinent à entrer dans le vert, Tesla s'est imposé en quelques mois comme la première capitalisation boursière de l'automobile. Un engouement qui semble échapper à toute rationalité économique. Mais qui montre que l'avenir du secteur sera d'abord numérique.

Près de 30 000 véhicules sortent chaque mois des usines du groupe Tesla. Soit environ 3,5 % des volumes du groupe Toyota. Le premier a perdu 775 millions de dollars en 2019, le second en a encaissé près de 20 milliards sur l'exercice 2019/2020. Et pourtant, les investisseurs n'ont d’yeux que pour Tesla. Pas tellement pour les performances ou la finition de ses véhicules, mais plutôt par son avance dans les batteries et les logiciels qui les accompagnent.

"Tesla a deux ans d’avance en termes d'architecture informatique et logicielle, ainsi que dans le domaine de la conduite autonome", Markus Duesmann, PDG d'Audi

Si bien que le groupe pourrait davantage être classé parmi les géants de la tech, plutôt qu’au nombre des constructeurs automobiles. "Tesla a deux ans d’avance en termes d'architecture informatique et logicielle, ainsi que dans le domaine de la conduite autonome", reconnaît le PDG d'Audi, Markus Duesmann, qui espère développer une nouvelle voiture électrique autonome d'ici 2024.

Avantage aux nouveaux acteurs

Les constructeurs traditionnels font cependant face à d'importants freins à la digitalisation de leur activité. Le passé des voitures non connectées et des anciens sites de production, robotisés, mais pas encore au niveau de l'usine 4.0 dirigée par l'intelligence artificielle, est complexe à gérer. Le groupe Volkswagen estime qu'il lui faudra encore cinq ans pour intégrer sa nouvelle plateforme logicielle baptisée "vw.os" à l'ensemble des modèles produits par ses douze marques automobiles. Une plateforme essentielle pour réaliser d'importantes économies d'échelle et accéder aux données qui lui permettront d'exploiter pleinement l'intelligence artificielle.

D'où l'avantage donné aujourd'hui aux nouveaux acteurs du secteur, comme Tesla ou certains groupes chinois, dont Xiaopeng Motors, soutenu par le spécialiste du e-commerce Alibaba, qui propose lui aussi une nouvelle génération de voiture intelligente. En attendant de rattraper leur retard, les constructeurs automobiles misent de leur côté sur la digitalisation de la supply chain et de la vente. L'enjeu est de produire en temps record des véhicules configurés directement par les clients sur Internet. Audi a même déployé dans ses concessions des configurateurs en réalité virtuelle.

Investir

Mais les groupes traditionnels vont-ils trouver les moyens d'investir les milliards nécessaires pour réinventer complètement leur modèle ? Dans un environnement complexe, la plupart préfèrent passer par des partenariats avec les géants de la tech, afin d'analyser les millions de données produites chaque jour par leur véhicule ou leur usine, et développer ainsi de nouvelles solutions d'intelligence artificielle.

Les unions s'accélèrent également dans le domaine afin d'atteindre la taille critique nécessaire. Ces enjeux sont d'ailleurs bien identifiés en France, où le gouvernement a annoncé en mai des investissements pour favoriser la production du véhicule de demain. Une prise de conscience salutaire pour éviter la sortie de route.

Fabien Nizon

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La SVOD, reine de l'audiovisuel

La SVOD, reine de l'audiovisuel

En quelques mois, allant de pair avec l’accroissement du temps passé à domicile, les plateformes de streaming ont vu le nombre de souscriptions explos...

Sponsoring sportif, une aventure au long cours !

Sponsoring sportif, une aventure au long cours !

Parier sur l’avenir en s’associant à un champion naissant peut s’avérer une formidable opportunité. Preuve en est le partenariat partagé depuis 7 ans...

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Des projets de lois visant à instaurer davantage de concurrence ont été dévoilés en fin de semaine dernière. Apple, Amazon ou encore Google pourraient...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

Inscrire sa marque dans la révolution digitale

Inscrire sa marque dans la révolution digitale

Réussir son business en ligne est un défi et la marque un atout stratégique. Ce n’est un secret pour personne, il est impossible de nos jours d’avoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte