Jour du dépassement : Terre à crédit

A compter d'aujourd'hui, les 7,5 milliards d'habitants de la planète ont consommé plus que ce que la Terre peut produire en un an.

A compter d'aujourd'hui, les 7,5 milliards d'habitants de la planète ont consommé plus que ce que la Terre peut produire en un an.

Comme chaque été, le Global Footprint Network, un think tank spécialisé dans les causes environnementales et l’empreinte écologique, annonce la date du fameux "jour de dépassement", date à partir de laquelle l'humanité a épuisé toutes les ressources renouvelables de la planète peut créer en douze mois. En 2019, c'est ainsi à partir du 29 juillet que nous vivons à crédit écologique : un record ! L'année dernière, l'échéance est arrivée le 1ert août. Celle-ci est avancée chaque année puisqu'elle a été atteinte le 24 décembre 1980, le 4 novembre 2000, le 23 septembre 2010, le 9 août 2017…

En détaillant par pays, si toute la population mondiale vivait comme celle des Etats-Unis, il faudrait 5 planètes Terre pour une année de consommation, contre 3,2 pour la Russie, 3 pour l’Allemagne, 2,2 pour la Chine et seulement 0,7 pour l’Inde. En moyenne mondiale, on estime qu’il faudrait 1,75 planète pour satisfaire les besoins annuels de la population mondiale. Si l'humanité vivait au diapason des français, 2,7 planètes seraient nécessaires, le jour de dépassement ayant été atteint le 5 mai dans l'hexagone, à la même date que l'an passé.

Global Footpring Network calcule cette date à partir d'une simple équation : (biocapacité de la planète/empreinte écologique) × 365 = jour du dépassement. En macroéconomie, la biocapacité correspondrait à l’offre de la nature tandis que l’empreinte écologique équivaudrait à la demande humaine. Global Footprint Network s’appuie pour cela sur les milliers de données de l’ONU, notamment celles du Fonds des Nations unies pour l’alimentation (FAO), de l’Agence internationale de l’énergie et du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Ce mode de calcul fait cependant débat, Leo Hickman, ancien patron du WWF au Royaume-Uni, la dénonçait en 2010 : « Comment pouvez-vous coller ensemble des faits concernant, par exemple, les gaz à effet de serre, la destruction des forêts tropicales et le rendement du maïs, pour arriver à un seul chiffre ? »

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 12 mai 2021

La veille urbaine du 12 mai 2021

Groupama Gan REIM acquiert une plateforme logistique à Garons, Kaufman & Broad remporte le projet de la rue Malbec à Bordeaux, Réalités se dote d’...

T. Trouvé (GRTgaz) : "La solution passe par un système énergétique hybride"

T. Trouvé (GRTgaz) : "La solution passe par un système énergétique hybride"

Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, nous dévoile la politique de l’entreprise en matière de gaz renouvelables ainsi que sur les projets affér...

La veille urbaine du 11 mai 2021

La veille urbaine du 11 mai 2021

Legendre Immobilier livre le nouveau site du Groupe Valeo à Créteil, première acquisition dans l’immobilier d’éducation aux Pays-Bas pour la SCPI Prim...

Loi constitutionnelle sur l’environnement : référendum en danger

Loi constitutionnelle sur l’environnement : référendum en danger

Le projet de modification de l’article 1 de la Constitution issu des 149 propositions des 150 citoyens de la Convention climat a été adopté sans encom...

La veille urbaine du 10 mai 2021

La veille urbaine du 10 mai 2021

Novaxia Investissement développe 4 projets d’urbanisme transitoire à Clichy, Edgar Suites annonce une augmentation de capital de 104 M€ auprès de BC P...

La veille urbaine du 7 mai 2021

La veille urbaine du 7 mai 2021

Hemisphere et Bain Capital Credit acquièrent un projet de bureaux à Bagneux auprès de Coffim, le Groupe GDG pré-loue l’intégralité de son immeuble “H2...

La veille urbaine du 6 mai 2021

La veille urbaine du 6 mai 2021

6e Sens Entreprises acquiert un ensemble immobilier de 18 000 m² à Lyon 9, Pictet Alternative Advisors et Immobel acquièrent un immeuble de bureaux au...

F. Le Saché (Aera Group) : "C’est en Afrique que se joue la lutte contre le réchauffement planétaire"

F. Le Saché (Aera Group) : "C’est en Afrique que se joue la lutte contre le réchauffement planétaire...

Chaque année depuis cinq ans, Aera, leader du trading de certificats environnementaux en Afrique, double son chiffre d’affaires. En mars dernier, l’en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte