Tencent entre au capital de Voodoo

Tencent, le géant chinois des réseaux sociaux et des jeux en ligne, a acquis une participation minoritaire dans Voodoo, l’éditeur français de jeux vidéo mobiles, permettant une valorisation d’1,4 milliard de dollars.

Tencent, le géant chinois des réseaux sociaux et des jeux en ligne, a acquis une participation minoritaire dans Voodoo, l’éditeur français de jeux vidéo mobiles, permettant une valorisation d’1,4 milliard de dollars.

Après avoir enchaîné ces derniers mois de nombreuses prises de participation dans des entreprises occidentales, Tencent, le spécialiste chinois des services internet et mobile, fait de même avec Voodoo. La levée de fonds, au montant non communiqué, va alors lui permettre de partir à la conquête du marché asiatique et d’y lancer de nouveaux produits grâce aux nombreux talents dont il regorge. C’est aussi l’occasion de développer son offre. Experte de "l’hyper casual gaming", c’est-à-dire de jeux au fonctionnement très simple, rapide et accessible à tous, elle souhaite se lancer dans des applications de "casual gaming", toujours des jeux occasionnels en plus élaborés. En matière de financement, ce n’est pas la première fois qu’elle sort du lot. En 2018, la start-up avait déjà réalisé une levée de fonds d’un montant extraordinaire de 200 millions de dollars, auprès de Goldman Sachs. Un record dans le milieu des start-up françaises et des jeux vidéo.

Cette nouvelle opération de financement fait accéder la société française, fondée en 2013, au statut de licorne tricolore. Si ce terme peut être controversé, les experts admettent d’un commun accord qu’il concerne toute start-up détenant une valorisation d’un milliard au minimum. Pour d’autres et pour être ainsi nommé, il faut dépasser ce cap dans les dix ans après la création de l’entreprise. Pour Voodoo, quels que soient les différents critères, elle en fait désormais partie. Elle rejoint alors le club sélect des licornes françaises avec, entre autres, Doctolib, Deezer ou encore Blablacar.

Agathe Giraud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La Cour de cassation donne raison au fisc dans l’affaire Finaréa

La Cour de cassation donne raison au fisc dans l’affaire Finaréa

La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français a finalement donné tort aux contribuables dans l’affaire Finaréa, un important redressement f...

J-C Rolland (Gevers & Orès) : "Les premiers effets de la loi Pacte commencent à se faire sentir"

J-C Rolland (Gevers & Orès) : "Les premiers effets de la loi Pacte commencent à se faire sentir"

Grâce à ses nombreux atouts, le cabinet Gevers & Orès a maintenu ses positions pendant l’année écoulée alors que les titulaires...

Applications de traçage numérique :  un défi de souveraineté européenne

Applications de traçage numérique : un défi de souveraineté européenne

Les applications de traçage numérique qui ont vu le jour dans divers pays européens avec la pandémie de Covid-19 ont pour objectif d’aider à l’identi...

La redevance majorée, indemnisation avantageuse pour le titulaire d’un brevet ?

La redevance majorée, indemnisation avantageuse pour le titulaire d’un brevet ?

En matière de contrefaçon de brevet, le Code de la propriété intellectuelle autorise le juge à indemniser le titulaire du brevet sur la base d’un mont...

De la propriété intellectuelle des inventions relatives à l’IA

De la propriété intellectuelle des inventions relatives à l’IA

Depuis quelques années, l’intelligence artificielle a fait un bon avec le déploiement massif des réseaux de neurones multicouches dans un large spect...

Pas de retour à la rigueur budgétaire, pour le moment

Pas de retour à la rigueur budgétaire, pour le moment

La Commission européenne suggère mercredi 3 mars de maintenir la suspension des règles budgétaires imposées aux États membres. Auront-elles vocation à...

J. Naginski (Chamas & Marcheteau) : "En Afrique, pas d’investissement sans RSE"

J. Naginski (Chamas & Marcheteau) : "En Afrique, pas d’investissement sans RSE"

Julien Naginski conseille sociétés, entrepreneurs et fonds d’investissement dans leur stratégie de développement dans le secteur minier, de l’énergie,...

T. Rajzbaum (EQT) : "Les sociétés que nous accompagnons doivent sortir de chez nous plus durables"

T. Rajzbaum (EQT) : "Les sociétés que nous accompagnons doivent sortir de chez nous plus durables"

Fondé en 1994, EQT Partners s’est imposé comme l’un des leaders mondiaux du non-coté. Avec 700 employés dans 17 pays à travers le monde et 50 milliard...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte