Televisa-Univision : le streaming prend l’accent latino

Pour les médias traditionnels, l’heure est plus que jamais à la concentration qui apparaît comme le seul moyen de faire face à l’offensive de Netflix et consorts. La fusion entre Televisa et Univision en est une nouvelle preuve.

Pour les médias traditionnels, l’heure est plus que jamais à la concentration qui apparaît comme le seul moyen de faire face à l’offensive de Netflix et consorts. La fusion entre Televisa et Univision en est une nouvelle preuve.

Lorsque SoftBank et Google participent à une opération financière, les observateurs s’attendent "à du lourd" voire à du "très lourd". Et force est de constater que la fusion entre le mexicain Televisa et l’américain Univision annonce un chambardement dans le petit milieu de la télé, des séries et du streaming sur le continent américain. Peu connues sur le Vieux Continent, les deux sociétés sont pourtant tentaculaires. Avec 31 chaînes de télévision, dont 4 en clair, et la plateforme de streaming Blim, Televisa est le premier producteur de contenu vidéo en espagnol. De l’autre côté du Rio Grande, Univision jouit également d’une belle cote. Dédiée à la communauté latino-américaine, la firme possède 60 chaînes locales. Avec 80 % de taux de pénétration dans les foyers hispanophones du pays de l’Oncle Sam, Univision est le quatrième groupe de TV des États-Unis derrière Fox, ABC, NBC mais à égalité avec CBS. Dans un communiqué commun publié en avril 2021, les deux nouveaux mariés annoncent les modalités de leur union : "Televisa recevra 4,8 milliards de dollars, devenant l’actionnaire majoritaire de la nouvelle compagnie avec 45 % des actions." La direction de la nouvelle entité baptisée Televisa-Univision revient à Wade Davis, actuel CEO du groupe américain.

Les deux acteurs avaient besoin l’un de l’autre et travaillaient déjà étroitement ensemble puisqu’Univision achetait à Televisa les droits de diffusion de nombreuses Telenovelas. Mais chacun dans leur coin, ils couraient, malgré leur taille, le risque d’être démodé par la nouvelle manière de consommer des vidéos. Comme le souligne le Los Angeles Times, "Televisa luttait difficilement pour s’adapter à l’ère du streaming, ayant perdu une part de son audience au profit de Netflix". Mais aussi de Disney+ ou d’Amazon Prime. En attendant l’émergence de nouveaux acteurs…

Televisa a perdu une partie de son audience au profit de Netflix. Il fallait réagir.

Un marché prometteur

Avec cette fusion, le nouveau groupe cherche à se faire une place au soleil dans l’univers du streaming latino qui est promis à une forte croissance dans les années à venir. Le marché mexicain, à lui seul, est évalué à 881 millions de dollars en 2020 et est estimé à 1,4 milliard à l’horizon 2024. Outre 130 millions de Mexicains, il faut compter sur 62 millions d’Américains hispanophones. Une véritable martingale, d’autant plus alléchante que le marché est moins mature et saturé que celui en langue anglaise. Pour le moment, selon le cabinet The Competitive Intelligence Unit (CIU), Netflix mène largement la danse avec 76 % des parts du marché, loin devant le numéro deux Amazon Prime (8,5 %). Mais aucun acteur n’a développé une offre spécialement conçue pour ce segment de la population. Parmi les projets, la création d’une chaîne de VOD qui mettrait à l’honneur des créations locales, tout en centralisant les offres des deux acteurs.

Soutien du gouvernement mexicain

Une entreprise mexicaine en position de force face à un candidat gringo ? Évidemment, cette opération est vue d’un très bon œil par le président Andrés Manuel López Obrador qui s’est fendu d’un communiqué se félicitant d’un deal qui "fait prévaloir les investissements mexicains". Les députés de sa majorité de gauche envisagent même un projet de loi visant à instaurer une taxe de 7 % sur les plateformes étrangères, y compris celles qui disposent d’une filiale au Mexique. Pas de quoi effrayer Netflix qui, pour garder sa place de leader, a annoncé un plan d’investissement de 300 millions de dollars pour soutenir la production locale et a installé une antenne à Mexico.

LJ

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de rebond économique, des stratégies d'entreprises et en disent long sur les secteurs d'avenir et les sujets de concurrence. Retour sur une année 2021 dont les volumes de transactions ont atteint des records.
Sommaire Cegid : le crack dont les Américains se toquent Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif" Hip hip hip, IPO G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A" HY24, la joint-venture du futur Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier D. Ladegaillerie (Believe) : "Nous ne sommes qu’au début de notre vie boursière" Norton Avast : s'unir pour combattre les virus WarnerBros Discovery. Mission : concurrencer Netflix, Disney et Amazon Prime
Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte