Taxe : les GAFA n’y échapperont pas

La Commission européenne doit rendre sa proposition sur la taxe visant les GAFA, le 21 mars. En pointant les géants du numérique, elle souhaite protéger les start-up et les PME, afin de lutter contre ce qu’elle qualifie « d’injustice » fiscale.

La Commission européenne doit rendre sa proposition sur la taxe visant les GAFA, le 21 mars. En pointant les géants du numérique, elle souhaite protéger les start-up et les PME, afin de lutter contre ce qu’elle qualifie « d’injustice » fiscale.

Le projet, destiné à taxer les incontournables GAFA, a été fortement appuyé par la France et, en particulier, par le ministre des Finances, Bruno Le Maire. Celui-ci a réussi à convaincre successivement les Allemands puis dix-sept autres pays de l’Union européenne de le suivre. Le taux appliqué devrait être compris entre 1 % et 5 % mais tendrait vers la fourchette haute. La taxe sera dirigée, non pas vers des entreprises en particulier, mais vers des activités jusque là difficiles à tracer par les fiscs nationaux comme les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et les places de marchés. Cette redevance s’imposera aux entreprises réalisant plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires en Europe et plus de 750 millions à l’international. Ces deux paliers visent à épargner les start-up européennes. Au total, une centaine de sociétés devront s’y soumettre.

Cinq milliards d’euros

Si le taux de cette taxe était fixé à 3 %, les rentrées fiscales s’élèveraient à cinq milliards d’euros et à près de huit milliards si le taux était porté à 5 %. Des montants considérés comme raisonnables, en accord avec la volonté de la commission : lutter contre l’injustice fiscale. L’objectif premier est de contrer les stratégies de contournement déployées par les géants du Web. Leur niveau d’imposition est compris entre 8,5 % et 10,1 % de leur profits (dans l’Union européenne) en moyenne, contre 20,9 % à 23,2 % pour les PME.

Une démarche inédite

Cette décision bouscule plus d’un siècle de fiscalité des entreprises qui calculait l’imposition sur les bénéfices et non sur le chiffre d’affaires. Une démarche inédite qui risque de compliquer les relations entre l’Europe et les États-Unis. Même si les sociétés américaines ne sont pas les seules concernées, elles en supporteront la plus grande part. Pour autant, leur bonne santé financière devrait leur permettre d’encaisser facilement le choc. Ce ne sera pas le cas d’acteurs européens plus petits ou pas encore rentables pour qui cette nouvelle taxe risque de remettre en cause leur développement. Finalement, la Commission fait peut-être le jeu des GAFA.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte