T. Vanssay de Blavous, DRH Groupe, ministère des Armées : "L’armée est le premier recruteur de l’État"

T. Vanssay de Blavous, DRH Groupe, ministère des Armées : "L’armée est le premier recruteur de l’État"

Avec 270 000 personnes et 20,37 milliards d’euros de masse salariale, Thibaut de Vanssay de Blavous, DRH « groupe » du ministère des Armées, livre sa vision et ses enjeux RH.

Décideurs. Vous annoncez l’embauche de 26 000 personnes en 2022. Quelle est votre politique de recrutement ?

Thibaut de Vanssay de Blavous. Nous avons un renouvellement de 10 % de nos effectifs chaque année pour une raison simple et assez particulière au ministère des Armées : nous avons besoin d’une armée jeune car le métier militaire est exigeant. La moyenne d’âge des militaires est de 33 ans. Notre politique de recrutement est donc entièrement tournée vers la jeunesse. L’autre défi en matière de recrutement qui englobe tant les militaires que les civils (représentant environ un quart de nos effectifs), c’est celui de la diversité des métiers. Aucune autre organisation en France n’assure, en permanence, le fonctionnement de réacteurs nucléaires (sous-marins et porte-avions Charles de Gaulle), d’une puissante flotte aérienne et des blocs chirurgicaux sur le territoire national et en opération mais également des internats pour des collégiens ou encore des musées. Piloter la fonction RH du ministère des Armées exige donc une organisation solide, puissante et innovante.

Recruter davantage de jeunes est l’une de vos priorités ?

J’ai l’habitude de dire que nous sommes le deuxième ministère de la Jeunesse, après l’Education. Vous l’avez compris, la jeunesse répond à des nécessités opérationnelles. Mais nous proposons à celles et à ceux qui nous rejoignent un contrat social et une promesse. Le contrat, c’est d’assurer une formation professionnelle permanente et d’accompagner les militaires dans leur deuxième vie professionnelle à travers un système de reconversion très puissant. La promesse, c’est celle de l’égalité des chances qui constitue un principe très fort auquel nous croyons. Nos armées tiennent la promesse républicaine de permettre de progresser à ceux qui le souhaitent. Tout le monde peut faire carrière au sein de l’armée, l’escalier social existe et fonctionne. Et pour preuve, 50 % des officiers proviennent des sous-officiers et 50 % des sous-officiers des soldats. L’égalité des chances se déploie également dans nos lycées de la défense ou à travers le dispositif d’insertion sociale du service militaire volontaire pour ceux qui sont éloignés du système scolaire.

Et recruter davantage de femmes ?

Les femmes représentent 39 % des agents civils, 40 % des cadres dirigeants et 16 % des militaires. Nous avons l’une des armées les plus féminisées au monde et nous ne pouvons pas nous priver de 50 % des talents de la population. Sous l’impulsion de la ministre des Armées, Florence Parly, nous avons déployé un plan « mixité » visant à attirer plus de femmes. Il se bâtit autour de trois axes : y venir, y rester, y évoluer. L’un des objectifs fixés est de porter à 10 % la part des femmes parmi les officiers généraux.

"L’armée tient la promesse républicaine de permettre à ceux qui le souhaitent de progresser"

Sur le front de la guerre des talents, l’armée est-elle concernée ?

Nous sommes le premier recruteur de l’État avec 26 000 recrutements par an. Et 80 % des jeunes ont une image positive de l’armée. C’est un capital très précieux. Nous n’avons pas de problème de "guerre des talents" parce que nous proposons une expérience unique et des métiers émergents. Les jeunes sont très attentifs au sens de leur métier et de la mission. Notre élément différenciant est la valeur du collectif que nous incarnons. Par ailleurs, nous investissons, chaque année, 1 milliard d’euros dans l’innovation. Les talents savent qu’ils ne trouveront ni autant de moyens ni des projets de même envergure ailleurs. L’apprentissage et l’upskilling en interne sont également des leviers d’action pour fidéliser les talents.

Quelle est la place de la RSE au sein de l’armée ?

La responsabilité sociétale et sociale des armées était déjà à l’œuvre avant même que le concept de RSE n’apparaisse. Notre engagement social, extrêmement fort, se mesure par nos actions auprès des familles, de nos blessés et en faveur de l’amélioration des conditions de logement. En interne, l’accompagnement d’un militaire se déroule dès son entrée en service jusqu’à la fin de sa carrière, mais également auprès de sa famille. La gestion du capital humain est intégrale : recruter, faire progresser et accompagner. Quant à la dimension environnementale, le ministère est le premier propriétaire foncier de l’état. Nous avons donc un devoir de préservation de l’environnement en France. La RSE doit englober le capital humain dans son ensemble. Cela correspond à ma vision de la fonction RH. Le DRH, que je suis, doit être visionnaire avant d’être gestionnaire.

Propos recueillis par Elsa Guérin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans les grandes écoles "

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans...

Récemment nommée responsable de l’inclusion et des diversités au sein du groupe Publicis France, Leïla Grison s’empare de ces thèmes avec conviction....

Cyprien Batut :  "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre les emplois"

Cyprien Batut : "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre...

Chercheur affilié à la Chaire Travail de PSE-École d'économie de Paris, Cyprien Batut étudie de près les mutations du secteur de l’emploi avec l’émerg...

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Figure incontournable du management de transition, Karina Sebti a été l’une des premières à reconnaître ce nouveau mode de recrutement comme un avanta...

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entreprise"

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entrep...

ETI internationale familiale fondée en 1922, Socomec vient de célébrer ses cent ans d’existence et d’indépendance. Avec un chiffre d’affaires de 604 m...

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Pour beaucoup d'entre vous, l'heure du grand départ en vacances approche. Avant d'éteindre votre poste, n'oubliez pas de configurer votre messagerie p...

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Le groupe spécialisé dans la mise en relation entre freelances et entreprises annonce la nomination d’un nouveau directeur général pour l’Hexagone.

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages de nos sociétés"

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages...

Paule Boffa-Comby est l’auteur de plusieurs livres sur le leadership et coache les dirigeants. En 2014, elle insuffle le mouvement ReThink&Lead qu...

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

Elior a signé la charte mondiale des Nations unies sur les principes d’autonomisation des femmes (Women’s Empowerment Principles) visant à promouvoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message