T. Philipponnat (Finance Watch) : "La finance durable doit être réglementée au niveau européen"

Les normes foisonnent toujours plus autour du sujet de la finance verte. Thierry Philipponnat, directeur de la recherche et du plaidoyer chez Finance Watch, membre des Commissions climat et finance durable de l’ACPR et de l’AMF, fait le bilan et souligne l’importance de privilégier un encadrement européen.

Les normes foisonnent toujours plus autour du sujet de la finance verte. Thierry Philipponnat, directeur de la recherche et du plaidoyer chez Finance Watch, membre des Commissions climat et finance durable de l’ACPR et de l’AMF, fait le bilan et souligne l’importance de privilégier un encadrement européen.

Décideurs. L'aspiration à une finance plus durable grandit, surtout depuis la crise de la Covid-19. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Thierry Philipponnat. Aujourd’hui le sujet de la finance durable s’est normalisé. Il est devenu évident que la finance doit contribuer au développement d'un monde durable. Cependant nous n’avons encore fait que la moitié du chemin, celui de la reconnaissance. Nous devons nous attacher désormais à aller vers sa réelle mise en œuvre et le développement de son impact.

La crise que nous traversons a effectivement renforcé cette prise de conscience. L’occasion nous est donnée de privilégier une économie durable. Si nous ne le faisons pas aujourd’hui, cela reviendrait à gâcher l’argent investi dans les plans de relance et de soutien à l’économie.

Ces dernières années, les normes se sont multipliées pour encadrer le sujet de la finance durable. Ne risque-t-on pas de perdre en lisibilité ?

Le foisonnement des normes est avant tout positif : il est le reflet du dynamisme de la finance durable. La grande difficulté va être d’articuler ce qui se passe sur les plans nationaux avec les initiatives européennes. La finance durable doit impérativement être réglementée au niveau européen. Cela permettra de parler un langage commun dans toute l’Union européenne, en cohérence avec la libre circulation des capitaux. Toute initiative qui ne s’établit pas dans le prolongement de ce qui est entrepris au niveau européen est une perte d’énergie et apporte une complexité supplémentaire, et surtout inutile pour les acteurs de cette finance durable.

"Les obligations de transition n’ont pas lieu d’être"

Avez-vous des exemples qui illustrent les dérives de ce foisonnement normatif ?

Le sujet des obligations dites vertes et celui des obligations de transition en font partie. Pour mieux le comprendre, il faut se pencher sur les subtilités de la taxonomie. Elle est le langage commun sur tous les sujets de finance verte en Europe et a pour vocation d’identifier les activités considérées comme durables. Dans la taxonomie, trois définitions du mot "durable" sont retenues : les activités "bas carbone", celles qui permettent à d’autres activités d’aller vers le bas carbone (enabling activities) et celles en transition. Ces dernières sont, aujourd’hui, celles qui ne peuvent pas encore être considérées comme durables mais font le nécessaire pour pouvoir le devenir. Cette qualification est pertinente car si nous souhaitons que nos économies tendent vers un modèle plus durable, il ne suffit pas d’inventer des activités qui n’émettent pas de CO2, il faut aussi encourager celles qui en émettent à évoluer.

Les recommandations relatives aux green bonds se référent directement à la taxonomie établie par l’Union européenne qui prend donc en compte les activités de transition. Ainsi, les obligations de transition n’ont pas lieu d’être. Cet exemple, parmi d’autres, démontre bien le danger d’un foisonnement normatif.

Les labels de finance durable nationaux créés pour les fonds d’investissement se sont également multipliés. Sont-ils réellement pertinents ?

De nombreux pays ont créé leur label, ce qui, encore une fois, prouve le dynamisme qui entoure le sujet mais ne va pas dans le sens d’une uniformisation européenne. Il est souhaitable qu’un label européen pour les produits financiers durables soit développé. Il est vrai que ces produits dits durables vont bientôt devoir indiquer leur pourcentage de conformité avec la taxonomie en question mais ce paramètre sera moins lisible, notamment pour les investisseurs particuliers. Avec un label européen intelligent et bien fait, les labels nationaux tomberont en désuétude. La machine européenne est en marche et toutes ces initiatives nationales vont se décanter.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

La Caisse des dépôts investit 26 milliards d’euros dans le cadre du plan de relance du gouvernement français

La Caisse des dépôts investit 26 milliards d’euros dans le cadre du plan de relance du gouvernement...

Après l’annonce du plan de relance de 100 milliards d’euros par Bercy, la Caisse des dépôts et consignations révèle, à son tour, sa participation à ha...

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

Talan rachète Ai3, entreprise spécialisée dans les solutions Microsoft. Objectif : couvrir davantage de solutions, telles que les outils collaboratifs...

Yves Perrier, à la conquête du monde

Yves Perrier, à la conquête du monde

Patron du premier gestionnaire d’actifs de la zone euro, Yves Perrier met tout en œuvre pour consolider la place et la réputation d’Amundi depuis 2010...

Relance : 7 milliards pour digitaliser la France

Relance : 7 milliards pour digitaliser la France

Annoncé le 3 septembre, le dispositif de soutien à l’économie française fait la part belle au digital. Objectifs : la transformation des entreprises e...

Jean Pierre Mustier, le maillon fort de la finance

Jean Pierre Mustier, le maillon fort de la finance

Nommé à la tête d’Unicredit à l’été 2016, le banquier français n’hésite pas à prendre de lourdes décisions afin de redresser son établissement. Les pr...

Société Générale mobilise 3 Mds€ supplémentaires pour financer le Grand Paris

Société Générale mobilise 3 Mds€ supplémentaires pour financer le Grand Paris

Après avoir déjà investi 2,5 milliards d’euros depuis 2018 dans le financement du Grand Paris, Société Générale persiste et signe avec une nouvelle en...

Une deuxième vague de restructurations attendue avant la fin de l’année

Une deuxième vague de restructurations attendue avant la fin de l’année

Après un build-up cet été, Eight Advisory annonce l’ouverture d’un bureau en Suisse. Eric Demuyt, associé fondateur et directeur général, et Stéphane...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message