T. Philipponnat (Finance Watch) : "La finance durable doit être réglementée au niveau européen"

Les normes foisonnent toujours plus autour du sujet de la finance verte. Thierry Philipponnat, directeur de la recherche et du plaidoyer chez Finance Watch, membre des Commissions climat et finance durable de l’ACPR et de l’AMF, fait le bilan et souligne l’importance de privilégier un encadrement européen.

Les normes foisonnent toujours plus autour du sujet de la finance verte. Thierry Philipponnat, directeur de la recherche et du plaidoyer chez Finance Watch, membre des Commissions climat et finance durable de l’ACPR et de l’AMF, fait le bilan et souligne l’importance de privilégier un encadrement européen.

Décideurs. L'aspiration à une finance plus durable grandit, surtout depuis la crise de la Covid-19. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Thierry Philipponnat. Aujourd’hui le sujet de la finance durable s’est normalisé. Il est devenu évident que la finance doit contribuer au développement d'un monde durable. Cependant nous n’avons encore fait que la moitié du chemin, celui de la reconnaissance. Nous devons nous attacher désormais à aller vers sa réelle mise en œuvre et le développement de son impact.

La crise que nous traversons a effectivement renforcé cette prise de conscience. L’occasion nous est donnée de privilégier une économie durable. Si nous ne le faisons pas aujourd’hui, cela reviendrait à gâcher l’argent investi dans les plans de relance et de soutien à l’économie.

Ces dernières années, les normes se sont multipliées pour encadrer le sujet de la finance durable. Ne risque-t-on pas de perdre en lisibilité ?

Le foisonnement des normes est avant tout positif : il est le reflet du dynamisme de la finance durable. La grande difficulté va être d’articuler ce qui se passe sur les plans nationaux avec les initiatives européennes. La finance durable doit impérativement être réglementée au niveau européen. Cela permettra de parler un langage commun dans toute l’Union européenne, en cohérence avec la libre circulation des capitaux. Toute initiative qui ne s’établit pas dans le prolongement de ce qui est entrepris au niveau européen est une perte d’énergie et apporte une complexité supplémentaire, et surtout inutile pour les acteurs de cette finance durable.

"Les obligations de transition n’ont pas lieu d’être"

Avez-vous des exemples qui illustrent les dérives de ce foisonnement normatif ?

Le sujet des obligations dites vertes et celui des obligations de transition en font partie. Pour mieux le comprendre, il faut se pencher sur les subtilités de la taxonomie. Elle est le langage commun sur tous les sujets de finance verte en Europe et a pour vocation d’identifier les activités considérées comme durables. Dans la taxonomie, trois définitions du mot "durable" sont retenues : les activités "bas carbone", celles qui permettent à d’autres activités d’aller vers le bas carbone (enabling activities) et celles en transition. Ces dernières sont, aujourd’hui, celles qui ne peuvent pas encore être considérées comme durables mais font le nécessaire pour pouvoir le devenir. Cette qualification est pertinente car si nous souhaitons que nos économies tendent vers un modèle plus durable, il ne suffit pas d’inventer des activités qui n’émettent pas de CO2, il faut aussi encourager celles qui en émettent à évoluer.

Les recommandations relatives aux green bonds se référent directement à la taxonomie établie par l’Union européenne qui prend donc en compte les activités de transition. Ainsi, les obligations de transition n’ont pas lieu d’être. Cet exemple, parmi d’autres, démontre bien le danger d’un foisonnement normatif.

Les labels de finance durable nationaux créés pour les fonds d’investissement se sont également multipliés. Sont-ils réellement pertinents ?

De nombreux pays ont créé leur label, ce qui, encore une fois, prouve le dynamisme qui entoure le sujet mais ne va pas dans le sens d’une uniformisation européenne. Il est souhaitable qu’un label européen pour les produits financiers durables soit développé. Il est vrai que ces produits dits durables vont bientôt devoir indiquer leur pourcentage de conformité avec la taxonomie en question mais ce paramètre sera moins lisible, notamment pour les investisseurs particuliers. Avec un label européen intelligent et bien fait, les labels nationaux tomberont en désuétude. La machine européenne est en marche et toutes ces initiatives nationales vont se décanter.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capitalisme responsable : de la révolution verte au boom de la finance ESG

Les modèles économiques sont voués à se transformer pour faire face au dérèglement climatique. Le secteur privé a un rôle à jouer et certains acteurs s’engagent déjà. Au détriment de leur croissance ? Bien au contraire.
Sommaire Économie verte, l’Europe enfin en ordre de marche Croissance et environnement : la grande réconciliation L’essor des social et sustainable bonds M-S Bertail (GreenFlex) : "Décarboner requiert une expertise très forte en efficacité énergétique" ISR : les fortunes de la vertu ? "BPE affirme son positionnement de banque privée positive et citoyenne" F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière"

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies financières et fiscales 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégies financières et fiscales 2020
Sommaire
Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Entre l’obligatoire réorganisation du travail et une stratégie immobilière à revoir, la reprise annoncée s’accompagne de nombreuses problématiques. Et...

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

AmazingContent, spécialiste de l’influence des dirigeants et top managers sur les réseaux sociaux, a récemment publié une enquête sur le classement de...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

En 2020, Kingfisher France enregistrait des résultats en hausse de plus de 3 % à 5 milliards d'euros. À la tête depuis 2019 de 123 Brico Dépôt et 93 C...

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

La directrice des opérations a permis au groupe de Mark Zuckerberg d’atteindre des niveaux de performance historiques. Son réseau, mais aussi son expé...

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Jack Dorsey, fondateur du réseau social Twitter et CEO de Square, a annoncé que la société spécialisée dans le paiement digital s’apprête à lancer une...

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Entreprise française spécialisée dans l’automatisation de la paie et la gestion des ressources humaines, PayFit annonce l’arrivée de Thomas Jeanjean,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte