T. Métivier (Octopia) : "Un acteur du e-commerce performant doit être au cœur de réseaux importants"

T. Métivier (Octopia) : "Un acteur du e-commerce performant doit être au cœur de réseaux importants"
Thomas Métivier, CEO d’Octopia

Filiale de Cdiscount, lui-même détenu par le groupe Casino, Octopia permet à ses clients, distributeurs, marques ou e-commerçants de créer leur marketplace, en leur proposant une offre complète : technologique, logistique et un catalogue de vendeurs. Thomas Métivier, CEO d’Octopia, revient sur la stratégie de son entreprise.

Décideurs. Quel est votre positionnement sur le marché et quels sont vos éléments de différentiation face à vos concurrents ?

Thomas Métivier. Aujourd’hui, les consommateurs veulent un choix plus large et la force d’Octopia est non seulement d’être une solution technologique, mais également d’apporter un accès à une base de vendeurs absolument unique en Europe, qui se démarque par sa diversité. Désormais, nous comptons plus de 15 000 vendeurs qualifiés et sélectionnés, dont un tiers de partenaires vendeurs français, un tiers de partenaires européens et un tiers hors Union européenne - principalement chinois – qui couvrent toutes les catégories de produits.

Nous sommes actuellement les seuls à pouvoir proposer d’intégrer des commerçants en un clic sur la plateforme, ce qui répond à la problématique de nombreuses places de marché en ligne qui ont à leur portée la technologie nécessaire mais ne disposent pas d’assez de marchands. À titre d’illustration, nous avons observé que les top vendeurs en France vendent en moyenne sur moins de trois marketplaces alors qu’une trentaine de marketplaces significatives sont recensées dans l’Hexagone. Aujourd’hui, dans ce secteur, ce sont les effets de réseaux qui jouent : les gros acteurs comme Cdiscount, Amazon ou AliExpress agrègent naturellement beaucoup de vendeurs et sont capables de proposer une offre plus riche aux consommateurs tandis que les acteurs de taille intermédiaire ou plus petits encore réussissent difficilement à les attirer.

Octopia fournit ainsi la solution aux véritables enjeux auxquels font face les distributeurs en apportant la technologie qui leur permet de devenir des marketplaces et, surtout, les bons vendeurs pour répondre aux besoins des clients. À noter que nous avons également mis en place une offre logistique pour les vendeurs afin de garantir la qualité de l’expérience client.

Octopia est une filiale détenue à 100 % par le groupe Cdiscount. Quels sont les apports de cet actionnaire unique dans ce projet ?

Nous sommes en effet issus de Cdiscount et une partie des équipes historiques de la société mère a rejoint Octopia. Cette relation avec Cdiscount présente un avantage très fort, celui de nous permettre de nous appuyer sur tout le savoir-faire et la technologie construits depuis dix ans et qui ont fait de Cdiscount une des marketplaces majeures en Europe. Nous pouvons ainsi compter sur des équipes expérimentées qui disposent d’un savoir-faire de sourcing et d’animation de marchands tiers. Il en est de même de toute la dimension technologique et logistique spécifique au secteur du commerce en ligne.

Notre expérience d’opérateur de premier plan et notre maîtrise des enjeux, avec un réel intérêt pour les vendeurs qui sont à la recherche de la meilleure performance et du meilleur retour sur investissement, sont nos atouts.

"Notre objectif est d’être le partenaire référent des distributeurs et des e-commerçants pour accélérer dans le domaine de la marketplace"

Quel objectif visez-vous à court terme ?

Notre objectif est d’être le partenaire référent des distributeurs et des e-commerçants pour accélérer dans le domaine de la marketplace. Un acteur du e-commerce performant doit être au cœur de réseaux importants. Dans la mesure où il s’agit de notre proposition de valeur, l’enjeu pour nous est de continuer à faire croître ce réseau. Pour ce faire, nous avons défini trois axes.

Quelles sont ces étapes ?

Nous allons tout d’abord accélérer sur le plan commercial pour lancer et nous connecter à de nouveaux commerces en ligne. Il s’agit d’une stratégie de déploiement à l’échelle continentale car notre cœur de marché aujourd’hui est la zone Europe. Nous comptons notamment ouvrir des bureaux à l’étranger dans le courant de l’année 2022.

Puis, nous poursuivons l’accélération du recrutement de sites vendeurs. Notre pool, qui comptait il y a un an 12 000 vendeurs actifs, a, rappelons-le, atteint le nombre de 15 000 à la fin de l’année 2021 avec des vendeurs originaires du monde entier. C’est unique en Europe. Cette augmentation rapide s’explique par notre capacité à agréger et à être attractif pour les vendeurs, ce qui nous permet d’apporter aux consommateurs finaux ce qu’ils attendent à savoir plus de produits, plus de concurrence sur la plateforme et donc de meilleurs prix.

Enfin, notre troisième axe important de développement est l’innovation sur les services qui peut être apportée à la fois aux vendeurs et aux marketplaces pour leur permettre d’accélérer leur business. À ce jour, nous sommes un des leaders sur la partie logistique, mais nous apportons également des solutions sur les questions de change, pour gérer la TVA, ou encore les taxes, car nous connaissons les difficultés qu’ils rencontrent pour aller dans des nouveaux pays, sur de nouvelles marketplaces. Notre rôle est de rendre cette expansion internationale aussi simple que possible grâce aux marketplaces Octopia.

Comptez-vous recruter pour soutenir votre croissance ?

Sur les 18 derniers mois, nous avons recrutés de nombreux talents et comptons ouvrir en 2022 une centaine de nouveaux postes qui s’ajouteraient à notre effectif actuel d’environ 500 personnes [contre historiquement 200 pour la marketplace Cdiscount, Ndlr]. Nous sommes à la recherche de profils sur la partie tech et produits, sur la dimension commerciale et également sur le volet accompagnement des clients ainsi que celui des vendeurs. Nous sommes particulièrement demandeurs de talents issus du BtoB, du monde de la tech et de profils internationaux.

Propos recueillis par Laurier John-Pierce Ngombe

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message