T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle européenne.

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle européenne.

Décideurs. Napoléon a marqué de son empreinte le Vieux Continent. Où est-t-il le plus populaire ?

Thierry Lentz. Dans plusieurs pays, il occupe une place de premier plan dans l’Histoire et il est perçu de manière favorable. En Pologne, il est vu comme celui qui a recréé l’unité du pays. L’hymne national dit "Nous suivons les pas de Bonaparte" qui, par ailleurs, a eu pendant plusieurs années une maîtresse polonaise… même si son intention de recréer la "Grande Pologne" fut très tardive. Il est aussi très populaire auprès des Italiens qui tendent à le considérer comme l’un des précurseurs de l’unité du pays et sa "libéralisation", avec par exemple l’abolition du servage dans le royaume de Naples. Citons également la Croatie qui a fait partie des provinces illyriennes qui se sont modernisées sous influence tricolore. En Allemagne, Napoléon jouit également d’une bonne image. Si les Prussiens ne le portent pas dans leur cœur, ce n’est pas le cas de la Bavière, du Wurtemberg ou encore des provinces rhénanes telles que la Westphalie. Y a-t-il des pays dans lesquels il fait figure d’épouvantail ? Pas vraiment. Si l’Espagne a souffert de la période napoléonienne, elle considère que les années 1808-1813 sont une guerre d’indépendance. Dans les pays défaits par Napoléon comme l’Autriche ou la Hongrie, on remarque plutôt une relative indifférence que de la haine. En dehors de l’UE, le Royaume-Uni et la Russie célèbrent la période à grand renfort d’expositions ou de reconstitutions.

En quoi a-t-il contribué à l’idée européenne ?

Le Code civil et la philosophie des Lumières ont été exportés par les autorités françaises. Elles ont également soutenu plusieurs mouvements nationalistes. Bien des pays membres de l’UE doivent plus ou moins directement l’idée de leur indépendance à la Grande Armée et à l’administration française.

L’Union européenne ne semble pas très intéressée par la figure de Napoléon. Comment l’expliquer ?

L’UE ne cherche pas forcément à créer de l’unité autour de personnages historiques alors que Charlemagne, Napoléon ou la période romaine auraient pu être mis en avant. En examinant les billets d’euros, on constate d’ailleurs qu’il y a des portiques ou des ponts imaginaires, mais aucune figure historique. J’ai l’impression que l’UE construit son histoire en affirmant qu’elle est née grâce à des hommes pacifistes et généreux. Alors qu’en réalité elle est le fruit de milliers d’années d’histoire et de conflits.

Napoléon était-il un nationaliste français ou un précurseur de la construction européenne ?

C’était un authentique européen qui a souhaité unir les systèmes politiques du Vieux Continent en étroite collaboration avec des pays aujourd’hui membres de l’UE qui lui doivent beaucoup. Mais le projet napoléonien supposait tout de même une prépondérance française. La réticence de l’Union européenne à s’approprier l’Empereur peut donc tout à fait se comprendre.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Régionales. Valérie Pécresse peut-elle perdre ?

Régionales. Valérie Pécresse peut-elle perdre ?

Pour de nombreux observateurs de la vie politique, pas besoin de faire campagne en Ile-de-France. Les jeux sont déjà faits. Grâce à son bilan et à une...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte