Svein Andresen (FSB) : « La crise financière a eu un coût significatif pour l’économie mondiale »

Chargé de la coordination des autorités financières nationales et internationales, le Financial Stability Board (FSB) a joué un rôle majeur dans la régulation post-crise des banques et des marchés. Son secrétaire général revient sur les grandes réformes mises en place et celles qu’il reste à prendre.

Chargé de la coordination des autorités financières nationales et internationales, le Financial Stability Board (FSB) a joué un rôle majeur dans la régulation post-crise des banques et des marchés. Son secrétaire général revient sur les grandes réformes mises en place et celles qu’il reste à prendre.

Décideurs. Quels sont vos axes de travail ?

Svein Andresen. La crise financière a eu un coût significatif pour l’économie mondiale, que ce soit en matière de pouvoir d’achat, de chômage ou de dette publique. Et malheureusement, nous sommes toujours en phase de récupération. Pour sortir de cette situation et éviter que cela ne se reproduise, la régulation financière a évidemment un rôle important à jouer. Les membres du G20 mettent tout en œuvre pour corriger les déviances qui ont amené à cette crise. Ce travail, coordonné par le FSB, repose sur quatre dimensions : construire des institutions financières pérennes, mettre fin au principe du « too big to fail », rendre les marchés dérivés plus sûrs et transformer le shadow banking en un marché financier résilient.

 

Décideurs. Les banques ont une responsabilité énorme dans la crise financière de 2008. Comment mieux réguler ce secteur ?

S. A. Les réformes concernant les banques ont pour objectif de changer leur rapport au risque, leur structure capitalistique et leur modèle économique. Avant la crise, elles ont pris des engagements excessifs et les régulateurs n’avaient pas d’outils adéquats pour les prendre en compte et en mesurer les conséquences. C’est pourquoi notre objectif premier était de rendre les banques plus résilientes tout en maintenant le niveau de crédit s’adressant à l’économie réelle. Les effets de ces réformes se font déjà sentir : les banques ont assuré des marges importantes sur leur capital, amélioré leur maturité et commencé à réduire les leviers excessifs. Couplées à une politique monétaire accommodante, ces réformes ont permis une amélioration significative de la situation.

 

« Mettre en place un cadre de standards minimums »

 

Décideurs. Comment améliorer la transparence des marchés financiers ?

S. A. En 2011, nous avions publié une revue recensant les recommandations dans ce domaine. Et de ce point de vue-là, beaucoup a été fait depuis la crise. Par exemple, l’ouverture des données liées aux activités de sécurisation et des dérivés OTC a été améliorée. Désormais, les hedge funds doivent réaliser des reportings pour les régulateurs. Nous devons continuer de travailler sur la communication des banques sur les différents risques qu’elles prennent afin d’améliorer la visibilité des investisseurs. Sur la base du rapport de 2011, le FSB a créé la « Enhanced Disclosure Task Force » (EDTF), un groupe privé d’experts, d’auditeurs et d’utilisateurs. En octobre 2012, ce dernier a publié le rapport Enhancing the Risk Disclosures of Banks qui détaillait une série de principe et de recommandation sur la communication des banques en matière de risque. En 2015, une étude que nous avons menée montre que le nombre de banques suivant nos recommandations a considérablement augmenté. Face à ces résultats, nous avons arrêté ce groupe de réflexion mais le FSB, à travers ses recommandations, continue de fournir les bases des réflexions en matière de régulation. Ainsi, de nombreux éléments ont été repris dans Bâle III.

 

Décideurs. Pensez-vous qu’il y aura un jour un système global de régulation ?

S. A. Le FSB a été mis en place pour coordonner le travail des autorités financières nationales et internationales. Cela va donc bien dans ce sens : amener de la cohérence entre les différentes politiques de régulation. Comme la finance est globale, le FSB s’attache à développer des solutions de régulation qui puissent être opérationnelles aussi bien au niveau national qu’international. Néanmoins, comme chaque marché est différent, nous avons conscience que cette approche a ses limites. Nous nous efforçons dès lors de mettre en place un cadre de standard minimum. Par la suite, c’est à chaque entité nationale de décider si elle veut mettre en place des mesures additionnelles qui vont plus loin que nos recommandations. Notre travail est aussi de voir ce qui se fait dans chaque pays pour voir ce qui fonctionne. Nous pouvons alors nous en inspirer à une plus large échelle.

 

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier La régulation à travers ses décideurs

Tout au long de l’année, Décideurs Magazine part à la rencontre des décideurs publics. Au cœur de la régulation des activités économiques, ils réagissent à l’actualité des acteurs qu’ils régulent, présentent leur organisation et analysent leur action. Ce dossier spécial les réunit afin de mesurer leur pouvoir et décrypter leurs interventions.
Sommaire Ronald van Tuijl (Inta) : « Il faut des stratégies pour lutter face à la contrefaçon à l’échelle globale » Alexis Mourre (CCI) : « Nous exerçons un contrôle vigilant sur les arbitres » Marie Hélène Tric (AMF) : « Certains estiment que leur cas est si particulier que la réglementation ne s’applique pas à eux » Didier Coiffard (CSN) : « Le métier de notaire n’est pas une fonction commerciale » Pascal Saint-Amans (OCDE) : « Le projet BEPS était un impératif politique » Jean Messinesi (tribunal de commerce de Paris) : « Donner l’image d’une justice moderne » Jean-Yves Fagon (Délégué ministériel à l’innovation en santé) : « L’innovation isolée existe de moins en moins » Stéphane Martin (ARPP) : « La pire des sanctions est l’atteinte à la réputation » Charles Coppolani (Arjel) : « Nous jouons un jeu usant avec les sites illégaux »

retrouvez l'intégralité du dossier Les nouveaux défis de la régulation financière

La rédaction a interrogé les principaux régulateurs du secteur (Esma, FSB, Commission européenne) AMF, ACPR) et le représentant des banques (FBF). Ils nous livrent leur point de vue sur l’état de santé des institutions financières françaises et européennes.
Sommaire La croissance, nouvelle priorité de la régulation financière Steven Maijoor (Esma) : "Les règles doivent être interprétées de la même façon" Jonathan Hill : « Pour une titrisation basée sur la simplicité, la transparence et la standardisation » Gérard Rameix (AMF) : "Les directives Mifid 2 et Mifir constituent un immense chantier" Edouard Fernandez-Bollo (ACPR) : « La probabilité d’une crise systémique me semble réduite » Marie-Anne Barbat-Layani (FBF) : "La sécurité financière  est assurée "
Un nouvel associé chez HâpyFew Family Office

Un nouvel associé chez HâpyFew Family Office

Jean-Antoine Breuil a rejoint HâpyFew Family office en tant qu’associé et Chief Investment Officer.

Seban & Associés arrive à Lille

Seban & Associés arrive à Lille

Peu après l'ouverture de ses bureaux à Bordeaux et Clermont-Ferrand, le cabinet crée Seban & Associés Hauts-de-France, animé par Agathe Delescluse...

Beau de Loménie compte une nouvelle associée

Beau de Loménie compte une nouvelle associée

Emmanuelle Machinet devient associée du cabinet de conseil en propriété industrielle Beau de Loménie

White & Case étoffe son partnership mondial

White & Case étoffe son partnership mondial

White & Case renforce sa pratique antitrust avec l'arrivée de Jérémie Marthan en tant qu'associé à Paris. Sur le plan mondial, le cabinet élargit...

LDA : une nouvelle boutique de droit social

LDA : une nouvelle boutique de droit social

L’avocate Lucille Detwiler se lance dans l'aventure entrepreneuriale en fondant LDA, un cabinet d’avocats de droit social consacré aux entreprises et...

Cinq nouveaux associés chez CMS Francis Lefebvre Avocats

Cinq nouveaux associés chez CMS Francis Lefebvre Avocats

CMS Francis Lefebvre Avocats renforce la dimension pluridisciplinaire du cabinet en cooptant Alexandre Bordenave, Rosetta Ferrère, Grégory Dumont, Tho...

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Paru à la Revue Banque de l'Essentiel intitulé "Le Délégué à la Protection des Données en action", auquel a participé Mathias Avocats, cabinet spécial...

Dossier spécial : les influenceurs du droit

Dossier spécial : les influenceurs du droit

Ils n'ont pas de blog, twittent très peu voire pas du tout et ne travaillent pas à la réputation digitale d'une marque de vêtements ou de cosmétiques....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte