Stupeur au Bundestag

La nouvelle, tombée dans la nuit du 19 au 20 novembre, a pris tout le monde par surprise. La « coalition Jamaïque » qui devait assurer une majorité gouvernementale à Angela Merkel n’aura pas lieu, plongeant l’Allemagne dans une crise politique inédite. Retour sur les raisons d’un échec et sur les options qu’il soulève.

La nouvelle, tombée dans la nuit du 19 au 20 novembre, a pris tout le monde par surprise. La « coalition Jamaïque » qui devait assurer une majorité gouvernementale à Angela Merkel n’aura pas lieu, plongeant l’Allemagne dans une crise politique inédite. Retour sur les raisons d’un échec et sur les options qu’il soulève.

Les pourparlers ont duré des semaines. Destinés à assurer une majorité gouvernementale à Angela Merkel, ils devaient mener à un accord entre conservateurs de la CDU-CSU, libéraux du FDP et Écologistes. Mais, il y a quelques jours, la chancelière n’a pu que reconnaître l’échec des négociations qui, désormais, laisse le pays sans majorité pour être gouverné. Du jamais vu depuis 1949.

En cause, le caractère irréconciliable de certaines positions politiques autour de sujets clés – tels que celui de l’immigration et du durcissement des conditions du regroupement familial –, bien sûr, mais aussi les ambitions de Christian Lindner, chef de file des Libéraux, déterminé à ne pas réitérer l’expérience infamante d’une coalition, deux mois seulement après avoir réintégré le Bundestag.

Christian Lindner, artisan de la rupture

Christian Lindner ne s’en est pas caché. Pour lui, mieux valait « ne pas gouverner que mal gouverner ». Une position critiquée pour être à l’origine de la rupture des négociations mais qui, analyse Hans Stark, secrétaire général du Cerfa (Centre d’études des relations franco-allemandes) à l’Ifri, s’explique aisément. « Si Lindner a décidé de claquer la porte des négociations, c’est parce que le FDP a connu une très mauvaise expérience de cohabitation entre 2009 et 2013, période durant laquelle il n’a pu faire entendre ses positions, ce qui lui a valu, aux élections de 2013, d’être éjecté du Parlement qu’il n’a pu réintégrer que suite aux législatives de septembre.» De quoi, en effet, justifier ses réticences, surtout dès lors qu’il ne s’agit plus de composer avec le seul parti conservateur mais de s’aventurer dans une configuration à trois, avec la CDU et les Verts.  

Et maintenant ?

Alors que chacun s’interroge sur la suite, le Président allemand, Frank-Walter Steinmeier, semble pour l’heure écarter l’option de législatives anticipées, préférant exhorter les parties prenantes à se rasseoir à la table des négociations. Si ses appels ne sont pas entendus, alors de nouvelles élections s’imposeront en 2018. D’ici là, le pays entre dans une période d’incertitude et d’immobilisme d’une durée indéterminée, avec tous les risques que cela implique puisque, souligne Hans Stark, « si le FPD refuse de rentrer dans un gouvernement de grande coalition et que des élections anticipées ont lieu, rien ne garantit qu’elles déboucheront sur un résultat différent de celui de septembre ». En revanche, elles permettront à l’AFD, le parti d’extrême droite, d’espérer progresser de quelques points. Un scénario d’autant plus crédible que, rappelle-t-il, « les coalitions gouvernant nécessairement au centre, elles favorisent la montée des extrêmes ». Risqué.

Caroline Castets

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte