Stéphane de Navacelle : Le bienveillant

Stéphane de Navacelle participe à nombre d’enquêtes internationales de premier plan (FCPA, Banque mondiale…). Avocat à la fois inscrit aux barreaux de Paris et de New York, il multiplie les engagements sociétaux, parcourt le globe, tout en restant – autant que possible – proche de sa famille. Rencontre.

© © Emmanuelle Bodiot

En 2010, alors âgé de 29 ans, Stéphane de Navacelle fonde son cabinet

Stéphane de Navacelle participe à nombre d’enquêtes internationales de premier plan (FCPA, Banque mondiale…). Avocat à la fois inscrit aux barreaux de Paris et de New York, il multiplie les engagements sociétaux, parcourt le globe, tout en restant – autant que possible – proche de sa famille. Rencontre.

« Ce qui me motive dans le droit, c’est le contrat social. » Âgé de 37 ans, Stéphane de Navacelle cultive cette passion de l’engagement pour autrui. Depuis toujours, l’homme est très actif « dans la cité ». Durant ses études de droit à Nanterre, Stéphane s’est investi en tant que représentant au conseil d’administration de la fac ou encore comme secrétaire général de la Fédération des associations de Paris X. Il a également été, pendant six ans, administrateur d’une fondation reconnue d’utilité publique. Aujourd’hui, il siège au conseil de l’ordre des avocats de Paris et gère, avec son épouse, un fonds de dotation dans l’éducation. « On reçoit beaucoup et on redonne : c’est important », explique Stéphane de Navacelle. Ses idéaux, il les tient d’une enfance durant laquelle il a reçu « une éducation catholique française classique, un peu celle du XIXe siècle ». Aujourd’hui, ses engagements constituent, selon lui, une « forme d’exutoire » et sont nécessaires afin « de ne pas rester enfermer sur soi-même, d’être vraiment tourné vers son prochain. » C’est d’ailleurs autour de ces valeurs de partage et de bienveillance que l’homme a structuré son cabinet.

Navacelle, l’Américain

L’aventure entrepreneuriale de Stéphane de Navacelle débute en 2010. Alors âgé de 29 ans, il quitte le cabinet Debevoise & Plimpton pour « devenir français ». Une situation qu’il décrit comme « ironique » et qui s’explique par l’expérience qu’il a accumulée à New York dans la défense pénale et transfrontalière de dirigeants d’entreprise. « Mes confrères m’ont collé cette étiquette “d’avocat américain” alors que je suis bien français ! », s’amuse-t-il. Pour autant, son profil et son approche séduisent. « J’ai reçu beaucoup d’encouragements dans ma démarche, notamment de Bruno Quentin, mais aussi et surtout, tout le soutien du cabinet Farthouat » où il installe son premier bureau.

Addiction free

Rapidement, les dossiers affluent. « J’ai commencé à embaucher un collaborateur, puis un second… Et en 2014, j’ai décidé de m’installer dans mes propres locaux », rue Saint-Lazare à Paris. Du fait de la nature de ses activités, « le terrain de jeu de [son] cabinet, c’est d’abord l’Europe, mais aussi le monde ». Stéphane de Navacelle voyage donc beaucoup : « Il est vrai que je peux, dans un même mois, faire quatre fois la navette outre-Atlantique, explique-t-il. Je vis un déséquilibre permanent entre le pro et le perso. » Toutefois, lorsqu’il est à Paris, il reste au plus près de sa famille. « Je passe le plus de temps possible avec mes enfants. C’est indispensable. » Dès que cela est possible, il prend quinze minutes pour passer les voir à l’heure du déjeuner et « jouer à des jeux de devinettes ». Le soir, il rentre chez lui à 19h30 pour de nouveau être en famille avant de retourner à 21h au cabinet. Sur son bureau, on trouve un post-it avec une croix dessinée au stylo. Deux mots sont annotés au-dessus : addiction free. « C’est mon rappel à la réalité », décrit Stéphane qui explique qu’« on ne naît pas libre, on s’affranchit ». Avant de conclure : « Mon objectif, c’est de demeurer libre. »

Mathieu Marcinkiewicz

En quelques mots

• Stéphane de Navacelle est féru de traduction. Il tient cette passion de sa grand-mère maternelle avec qui il jouait à résoudre des dilemmes de traduction quand il était enfant ;

• À Noël, il part en vacances en Ouganda en famille ;

• Quand il a besoin de se concentrer et de rédiger des conclusions, il écoute de la musique baroque.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Avocats d'affaires : La relève

Lundi 6 novembre. 18h30. Décideurs Magazine reçoit, le temps d’une séance photo, huit des dix avocats sélectionnés par la rédaction pour son numéro consacré aux « rising stars » du barreau d’affaires. Aucun d’eux ne connaît la composition de ce palmarès inédit. Ils savent simplement qu’ils ont été sélectionnés pour leur âge (moins de 40 ans) mais aussi et surtout, pour l’excellence de leur parcours et la singularité de leur caractère.
Sommaire De l'ombre à la lumière Benjamin Desaint : Les poings serrés Léon del Forno : L'obsession de la défense Benoit Marpeau : L'homme pressé Florence Haas : La dynamique de l'optimisme Arash Attar-Rezvani : L’équilibriste Magalie Dansac Le Clerc : L’humilité et l’exigence Laetitia Avia : La force de l’engagement Charlotte Plantin : Le bon tempo
Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

C. Burtin (Bordier & Cie) : " Le private equity prend de plus en plus de place dans l’offre des banques privées "

C. Burtin (Bordier & Cie) : " Le private equity prend de plus en plus de place dans l’offre des banq...

Depuis 1844, la banque Bordier & Cie accompagne familles et dirigeants d’entreprise dans la structuration et la préservation de leur patrimoine. S...

Changement de têtes chez Fromont Briens

Changement de têtes chez Fromont Briens

Sept des avocats associés du cabinet français deviennent gérants : Cecilia Arandel, Julie Beot-Rabiot, David Blanc, Jean-Martial Buisson, Carole Codac...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Décollage réussi pour Legal Pilot

Décollage réussi pour Legal Pilot

Legal Pilot est l’exemple de la bonne idée qui donne naissance à un outil pratique et efficace pour les professions du droit et les entreprises. En co...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

Les DAF font la part belle aux soft skills

Les DAF font la part belle aux soft skills

Selon l’étude « Directions financières : les prévisions de recrutement 2019 » menée par Michael Page Finance en partenariat avec la DFCG, un tiers des...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message