Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en accélérant drastiquement les effets immunitaires, se révèle aujourd’hui l’arme idéale pour combattre le coronavirus.

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en accélérant drastiquement les effets immunitaires, se révèle aujourd’hui l’arme idéale pour combattre le coronavirus.

42. Selon le dernier classement Forbes, c’est le nombre de milliardaires français. Stéphane Bancel, à la tête du laboratoire Moderna Therapeutics, fait une entrée remarquée puisqu’il se classe à la 23e place avec une fortune estimée à 4 milliards d’euros. Son secret ? Posséder 8,7% des parts de l’entreprise qu’il dirige. Entreprise qui connaît une croissance fulgurante puisque Moderna est l’un des seuls laboratoires à fabriquer un vaccin contre le coronavirus.

Pourtant, il y a un an, qui connaissait Moderna Therapeutics, société de biotechnologie du Massachusetts ? En dehors de l’univers médical, pas grand monde. Aujourd’hui, son nom est sur toutes les lèvres. Normal. Dans la course au vaccin que se livrent les laboratoires du monde entier, deux acteurs ont, dans un premier temps, émergé du peloton : Pfizer, le mastodonte et Moderna, dix ans d’existence seulement et désormais un statut de star.

À l’origine de cette percée soudaine : Stéphane Bancel, Français de 47 ans. Ancien de l’École centrale Paris et de Harvard Business School, passé par les laboratoires bioMérieux (dont il sortira directeur général à 33 ans) puis par le groupe pharmaceutique américain Lily, il prend il y a neuf ans la direction de Moderna. La spécialité de cette toute jeune entreprise ? L’acide ribonucléique messager ou ARNm, une technologie de vaccination inédite jusqu’à peu réservée aux animaux.

Accélérateur

Rapidement, Stéphane Bancel réalise une levée de fonds : 5 milliards d’euros sans que l’entreprise ait encore dégagé le moindre profit. Un tour de force qui, à lui seul, en dit long sur celui dont le management est décrit comme rude lorsqu’il n’est pas qualifié de toxique (au point de susciter quelques départs en série dit-on) mais chez qui le flair et l’audace ne se discutent pas. Début 2020, il assiste au forum de Davos où, déjà, le virus occupe les débats. Pressentant la portée de la pandémie à venir et l’effet d’accélérateur sans pareil qu’elle allait offrir à Moderna, il met l’entreprise en ordre de marche.

Le 2 mars, Donald Trump, dans la tourmente, invite plusieurs patrons de biotechs et de grands laboratoires pharmaceutiques à la Maison-Blanche. Stéphane Bancel en est. Au président qui veut un vaccin et le veut vite il répond que le sien est "presque prêt".

95% d’efficacité

Pas tout à fait en réalité mais Donald Trump va lui donner les moyens de ses ambitions, soit 2,5 milliards de dollars pour accélérer les processus et produire 100 millions de doses. Le 16 mars, Moderna est la première entreprise de biotechnologie à annoncer le lancement d’essais cliniques sur des êtres humains. Verdict ? 95 % d’efficacité. Un résultat plus qu’encourageant, qu’Anne Sénéquier, épidémiologiste et spécialiste des questions de santé à l’Iris s’empresse pourtant de tempérer. "Ce que cela prouve c’est que le vaccin est efficace deux semaines après la première dose, rien de plus", explique-t-elle. "C’est la phase 3 de test qui dira s’il est efficace et sans effets nocifs sur le long terme ; le problème est que cette phase doit durer jusqu’à fin 2022 et que le vaccin est censé être distribué d’ici quelques mois. C’est du jamais vu dans le monde sanitaire."

"Stéphane Bancel a très bien joué ses cartes. La technologie de l'ARNm était un pari, il l'a pris et le virus a accéléré les choses"

De dix ans à dix mois…

Du jamais vu en termes de délais accélérés mais aussi de propriétés pour ce "candidat vaccin" qui, comme celui de Pfizer d’ailleurs, repose sur une "technologie révolutionnaire", souligne l’experte. Selon elle,  "avec l’ARNm c’est le corps lui-même qui va fabriquer les antigènes qui seront présentés au système immunitaire pour lui permettre de combattre le virus, alors qu’avec un vaccin traditionnel, les antigènes se fabriquent en laboratoire. Cela permet de réduire drastiquement les process : là où il fallait dix ans, dix mois suffisent !"

Un avantage concurrentiel majeur dans un contexte de pandémie mondiale sur lequel, aucun doute, "Moderna avait une longueur d’avance" , résume Anne Sénéquier avant d’ajouter : "Et Stéphane Bancel a très bien joué ses cartes ; la technologie de l’ARNm était un pari, il l’a pris et le virus a accéléré les choses". Conformément à cette devise qu’il répète à l’envi : "A lot of risk, a lot of money".

En plus de Stéphane Bancel, l'Hexagone compte, selon Forbes, trois nouveaux milliardaires : Olivier Pomel (Datadog), François Feuillet (Trigano) et Yves-Loic Martin (Eurofins Scientific).

La Rédaction

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Emmanuel Macron candidat des classes moyennes, des seniors et des très jeunes. Marine Le Pen plus que jamais souveraine dans les milieux populaires où...

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Mesures en faveur des classes moyennes, impact de la crise sanitaire sur les prix, choix d’un centre-ville dense… Le communiste Ian Brossat, adjoint a...

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Pour beaucoup d’observateurs, Marine Le Pen est sur la pente ascendante, au point d’envisager une victoire en 2022. Mais si l’on fait abstraction des...

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Le parti socialiste s’apprêterait à "débrancher" Audrey Pulvar. Un nom surprise sortirait du chapeau, celui de Manuel Valls qui retrouverait son parti...

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Voici les points essentiels à retenir du discours du président de la République le 31 mars. Objectif : "fixer un nouveau cap", "garder la tête hors de...

Édito. Extrêmes limites

Édito. Extrêmes limites

Fétichisme de la race, censure, courbettes aux théocrates qui ne portent pas la République dans leur cœur : la "nouvelle gauche" se surpasse en ce moi...

L'ascension d'Éric Piolle

L'ascension d'Éric Piolle

Le maire de Grenoble semble prêt à défier Yannick Jadot à la primaire EELV. Si une victoire est possible, pas sûr qu’elle rende service à son camp.

Réseaux sociaux : le gouvernement part à la chasse aux jeunes

Réseaux sociaux : le gouvernement part à la chasse aux jeunes

Emmanuel Macron, Jean Castex ou Gabriel Attal rivalisent d’ingéniosité pour "draguer" la jeune génération en ligne. Mais ne s’improvise pas star du We...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte