Stark & Sons bat la mesure du style parisien

Popularisée par des clients comme Charles de Gaulle ou Nicolas Sarkozy, le tailleur sur mesure, Stark & Sons fidélise, depuis un nouveau virage amorcé il y a cinq ans, une clientèle avertie. Rencontre avec Charles de Luca, l’une des clés de voûte de l’enseigne familiale.

Popularisée par des clients comme Charles de Gaulle ou Nicolas Sarkozy, le tailleur sur mesure, Stark & Sons fidélise, depuis un nouveau virage amorcé il y a cinq ans, une clientèle avertie. Rencontre avec Charles de Luca, l’une des clés de voûte de l’enseigne familiale.

Décideurs. L’histoire de Stark & Sons est étroitement liée à celle de Camps de Luca. Vous partagez d’ailleurs les mêmes locaux discrets, rue de la Paix à Paris.

Charles de Luca. La clientèle Camps de Luca est majoritairement internationale, alors que celle de Stark & Sons est essentiellement française, parisienne même. Pour la petite histoire, mon grand-père Mario de Luca s’est associé avec Joseph Camps en 1969 pour fonder Camps de Luca. En 2014, Alain Stark voulait vendre son entreprise [créée en 1910, Ndlr]. Avec mon père Marc et mon frère Julien, nous avons repris l’affaire quelques mois avant le décès de M. Stark. Il a fallu quatre ans pour mettre au point le nouvel esprit Stark & Sons : développer une mesure au prix du prêt-à-porter de luxe. Nous proposons un esprit tailleur dans le souci de construire un costume avec le client, avec un vrai patronage et plusieurs essayages.

Vous n’êtes pas les seuls sur le marché…

Certes, mais regardez bien, la plupart des services sur mesure entre 800 et 1 200 € vous proposent de choisir parmi une large gamme de tissus. Or, une fois les mesures prises, le costume arrive de l’usine et les seules retouches possibles sont la longueur des manches et des jambes. Chez nous, le client s’offre un tombé impeccable et, surtout, une nouvelle expérience. Ce qui est de plus en plus rare à l’heure où nous avons tous le même smartphone, la même voiture…

À quoi ressemble ce fameux style parisien qui est le vôtre ?

C’est un compromis entre la souplesse du style italien et la solennité du chic anglais. Dans le style parisien, on privilégie les toiles qui offrent un certain volume. L’objectif est de dessiner le haut de la poitrine, ce qui donne un certain caractère. L’emmanchure, volontairement plus haute que dans le style italien, laisse de l’aisance aux mouvements des bras. Le costume Stark & Sons offre une enveloppe dessinée pour soi, avec une bonne structure, mais en conservant de la souplesse.

Comment se déroule un premier rendez-vous ?

Il dure entre 45 min et 1 h et permet dans un premier temps de déterminer à quoi ressemble la garde-robe du client. Je veux la comprendre pour savoir quel sera le premier costume à remplacer. Nous discutons beaucoup. Ensuite, nous abordons le projet de costume. Pour quelle occasion ? Est-ce une envie personnelle ? Le souhait d’adopter un style bien précis ? Un costume doit « tourner » dans la garde-robe – on remarque toujours quelqu’un qui porte plusieurs fois de suite la même tenue. L’habit ne fait pas le moine… Mais ça aide, tout de même ! 

Que vient-on chercher dans le sur-mesure ?

Le costume apporte de la confiance. Il permet de se concentrer sur son discours, sa négociation, sa journée de travail. On sera donc toujours plus épanoui avec un costume sur mesure qu’avec trois costumes en prêt-à-porter. Nous sommes très clairs dans notre tarification. Un costume Stark & Sons coupé dans un tissu déjà en stock coûte 2 500 €. Pour des confections plus « luxueuses », on monte jusqu’à 2 800, 3 000 €. Pas au-delà. En sachant que la maison vous suivra toujours. Si vous prenez ou perdez du poids par exemple. La relation de confiance s’établit sur le long terme.

Votre enseigne s’est fait une spécialité des uniformes…

Nous sommes connus pour le fameux habit vert des académiciens. Nous réalisons aussi la plupart des tenues de préfets et de sous-préfets.

Votre best-seller ?

Ce n’est pas un costume mais c’est sans aucun doute la cravate en grenadine, qui exprime du caractère avec une touche légèrement décontractée. Nicolas Sarkozy l’a portée chaque jour de son quinquennat.

Propos recueillis par Guillaume Tesson

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Charvet, le sanctuaire

Charvet, le sanctuaire

Hors du temps et au-dessus des modes, Charvet, Maison de qualité pour clientèle avertie, cultive depuis plus de 180 ans ce qui fait sa différence et l...

Montblanc, l’art d’écrire le temps qui passe

Montblanc, l’art d’écrire le temps qui passe

Icône dans l’art de l’écriture, Montblanc signe une diversification réussie depuis 1997. Date à laquelle la maison ouvre la société Montblanc Montres,...

F.Béjean-Leibenson (Pierre Bergé & Associés) : "Il faut savoir s’intéresser à ce qui sort du cadre"

F.Béjean-Leibenson (Pierre Bergé & Associés) : "Il faut savoir s’intéresser à ce qui sort du cadre"

Acteur incontournable du marché des enchères, Pierre Bergé & Associés proposera à nos lecteurs d’assister de manière privilégiée à deux ventes, en...

Ba&sh : la pépite

Ba&sh : la pépite

Véritable référence sur le secteur du luxe accessible, ba&sh vient de fêter son quinzième anniversaire et, avec lui, ses deux cents boutiques. De...

Le nouveau Mercedes-Benz GLE testé pour vous par Yohan Bizy

Le nouveau Mercedes-Benz GLE testé pour vous par Yohan Bizy

Directeur général de Templus, filiale française du groupe Frédérique Constant et distributeur de grandes marques horlogères (Alpina, Frédérique Consta...

Oris, pour la bonne cause

Oris, pour la bonne cause

Oris vient en aide à notre planète au fil d’actions menées en faveur de l’eau pour un changement positif.

Richard Mille, horloger futuriste

Richard Mille, horloger futuriste

Lorsque Richard Mille parle de sa marque, il assume sans réserve sa différence vis-à-vis des manufactures traditionnelles…Entrepreneur-né, relevant t...

Delphine Moreau a testé pour vous la Jaguar I-Pace 100% électrique

Delphine Moreau a testé pour vous la Jaguar I-Pace 100% électrique

Cofondatrice avec le designer Thomas Dariel de Maison Dada, Delphine Moreau a testé la Jaguar I-Pace 100% électrique. Verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message