Spotify : le grand saut en Bourse

La plate-forme suédoise de streaming musical lancée en 2008, qui a successivement conquis son pays d’origine puis les États-Unis et le reste du monde, entre en Bourse ce mardi 3 avril. Spotify a fait le choix de la cotation directe, plus simple et moins coûteuse.

La plate-forme suédoise de streaming musical lancée en 2008, qui a successivement conquis son pays d’origine puis les États-Unis et le reste du monde, entre en Bourse ce mardi 3 avril. Spotify a fait le choix de la cotation directe, plus simple et moins coûteuse.

Daniel Ek, président directeur général et actionnaire de la société, est celui qui a contribué à relancer l’industrie de la musique, faisant de Spotify le seul groupe de médias européen à rayonner à travers le monde. Avec 71 millions d’abonnés payants, la société suédoise a revendiqué plus de 4,8 milliards de dollars de revenus en 2017 mais n’a pourtant jamais généré de bénéfices. Dans un message destiné à ses salariés, le jeune P-DG insiste sur l’importance de cette journée pour l’entreprise et assure qu’elle ne « changera pas ce que nous sommes ».

Cotation atypique

Pour son entrée sur le New York Stock Exchange (NYSE), la société adopte la méthode de cotation directe. Rarement utilisée et atypique, cette forme d’IPO ne nécessite aucun intermédiaire et implique qu’il n’y aura pas de levée de nouveaux capitaux. Seul inconvénient, le prix du titre n’étant pas fixé en amont, il demeure imprévisible. Néanmoins, le NYSE évoque un cours de référence de 132 dollars. La plate-forme suédoise pourrait être valorisée entre 20 et 25 milliards de dollars. La cotation directe permettrait à Spotify - d’après le cabinet de recherche spécialisé dans les start-up, SharesPost - une économie de 300 millions de dollars. Les salariés du groupe pourraient également récupérer des liquidités en cédant leurs parts.

Pourtant les valeurs technologiques ne sont pas au mieux de leur forme, depuis notamment le scandale de Cambridge Analytica. Une situation peu favorable qui risque de parasiter l’entrée en Bourse de Spotify. Ambitieuse, la société prévoit une augmentation de 20 % à 30 % de son chiffre d’affaires, qui devrait être compris entre 4,9 et 5,3 milliards d’euros en 2018. Daniel Ek a aussi pour objectif de faire baisser la perte opérationnelle (à 378 millions en 2017) entre 230 et 330 millions sur l’année en cours. Cette IPO pourrait ainsi permettre à la plate-forme d’être enfin rentable.

Morgane Al Mardini 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte