S. Elkrief (MAIF) : "Il faut se préoccuper des besoins de la vie plus en amont"

Sophie Elkrief, ingénieur des Ponts et Chaussées, et directrice des investissements et des placements du groupe MAIF, se montre optimiste quant à l’évolution du marché de la gestion d’actifs.

© DR

Sophie Elkrief, ingénieur des Ponts et Chaussées, et directrice des investissements et des placements du groupe MAIF, se montre optimiste quant à l’évolution du marché de la gestion d’actifs.

Décideurs. En quoi consiste actuellement l’activité d’un investisseur institutionnel ?

Un investisseur institutionnel détient une partie de l’épargne des Français à travers l’assurance vie ou les provisions. Tout institutionnel doit honorer des engagements au passif à long terme, optimiser sous contrainte des investissements financiers, et générer des rendements. Dans le même temps, ces acteurs doivent adapter leurs activités avec de nouvelles obligations concernant la responsabilité sociétale. Les pouvoirs publics ont de nouvelles exigences vis-à-vis des investisseurs. C’est donc un acteur majeur, qui possède de nombreux encours sous gestion et tout en étant soumis à de lourdes contraintes réglementaires.

Quelle est votre perception de l’environnement de la gestion d’actifs aujourd’hui ?

Les gérants d’actifs perçoivent le marché comme hostile. La gestion d’actifs souffre car elle doit s’adapter à un environnement en pleine mutation avec des taux plus faibles. En conséquence, l’obtention d’un rendement devient une source de difficulté. À terme, les besoins de placements et de gestion de l’argent génèrent de la croissance. La précarité augmente. Il faut se préoccuper des besoins de la vie plus en amont. La retraite devient une véritable problématique, avec beaucoup de potentiel. Dans cet environnement, la performance n’est plus un critère déterminant. Un institutionnel est un allocataire qui investit sur une classe d’actifs plutôt que sur un produit. Il y a de très bonnes perspectives à moyen terme avec une période de transition. La population a vieillie et il faut savoir être attractif vis-à-vis des populations plus jeunes.

Pouvez-vous décrire votre politique de sélection des valeurs, notamment par rapport aux investissements ISR ?

Notre gestion est particulièrement structurée.  Aujourd’hui la MAIF représente 20 milliards d’euros d’encours sous gestion, dont douze milliards sont investis en direct et huit en gestion déléguée. La gestion directe porte sur de la dette souveraine, de l’investment grade et des dettes financières subordonnées selon des processus de sélection des valeurs avec un prisme ESG assez marqué. La MAIF possède ses propres critères, composés de filtres quantitatifs et qualitatifs. À titre d’illustration, nous refusons d’investir dans des pays qui n’ont pas aboli la peine de mort. Notre approche est peu tournée vers le best in class, parce que nous avons des besoins d’investissements en direct importants. La MAIF croit réellement à la sélection des partenaires, avec lesquels une véritable relation de confiance s’établit. Aujourd’hui, chacun tente de se démarquer avec des questions d’ISR. Selon moi, l’avenir est plus orienté vers la perspective que dans la mise en place de critères quantitatifs. À mon sens, l’ISR sera bientôt un concept dépassé. Ce sera une réalité lorsqu’on n’en parlera plus.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis volants

Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis...

La jeune start-up toulousaine du secteur de l’aéronautique vient de lever 10 millions d’euros. Elle espère s’imposer sur le marché de l’aviation décar...

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

La start-up française Vestiaire Collective boucle une nouvelle levée de fonds qui s’élève à 210 millions de dollars, soit 178 millions d’euros. La jeu...

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nature de la reprise"

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nat...

Le secteur de l’aéronautique a été l’un des plus touchés par la crise sanitaire et ses effets. Safran, l’un des acteurs majeurs de ce segment d’activi...

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

"Carnet de rebond pour PME et ETI", le nouveau livre-coach de Fanny Letier, cofondatrice de Geneo capital entrepreneur, vient de sortir en librairie....

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

La licorne française Mirakl annonce une levée de fonds de 555 millions de dollars. Cette opération porte la valorisation de la start-up à 3,5 milliard...

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour...

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virtuel

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virt...

La jeune pousse Sorare vient d’annoncer une levée de fonds de 680 millions de dollars qui porte sa valorisation à 4,3 milliards de dollars. Il s’agit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte