Sondage. Éric Zemmour : focus sur son électorat

Les électeurs potentiels d’Éric Zemmour viennent de milieux sociaux divers, contrairement à certaines idées reçues. Mais sur le plan des idées, ils sont unis par une peur de l’islam et une sensibilité aux questions sécuritaires. Focus sur un sondage de grande ampleur mené par Ipsos.

Les électeurs potentiels d’Éric Zemmour viennent de milieux sociaux divers, contrairement à certaines idées reçues. Mais sur le plan des idées, ils sont unis par une peur de l’islam et une sensibilité aux questions sécuritaires. Focus sur un sondage de grande ampleur mené par Ipsos.

Nous avons tous entendu parler des Ovni. Mais, depuis quelques mois, est apparu sur le devant de la scène un Opni, soit objet politique non identifié. Si Éric Zemmour fait la Une des médias et des réseaux sociaux, son électorat potentiel est encore méconnu. Pour y voir plus clair, Ipsos a publié une vaste étude pour le compte du Cevipof, de la Fondation Jean Jaurès et du Monde. Son échantillon de 16 228 personnes permet une faible marge d’erreur et une analyse sociologique détaillée. De quoi mieux comprendre le phénomène.

Un électorat sociologiquement équilibré…

Principal constat, l’électorat Zemmour se "diversifie" peu à peu. Les premières études laissaient supposer que son socle électoral était constitué en grande partie de personnes âgées, instruites et à fort pouvoir d’achat. L’étude publiée mi-octobre relativise cette situation. Crédité de 16% au niveau global, celui qui rêve de rassembler la droite de la droite surperforme légèrement chez les plus de 65 ans (17%), mais reste à un niveau satisfaisant chez les moins de 35 ans (13%). Le différentiel entre "vieux" et "jeunes" n’est que de 4 points, contre 13 pour Xavier Bertrand dont l’électorat potentiel est grisonnant. Même si Éric Zemmour reste distancé par Marine Le Pen chez les CSP-, il est tout de même mesuré à 16% contre 14% chez les CSP+. Notons que c’est chez les femmes de moins de 35 ans qu’il est au plus bas (8%) tandis que c’est chez les hommes de plus de 60 ans qu’il effectue son meilleur résultat (20%). Si son électorat est donc hétérogène sur le plan social et générationnel, il est homogène sur le plan des idées.

… mais "réac"

Nul besoin de prendre de gants pour le dire, les électeurs prêts à glisser un bulletin Zemmour dans l’urne ont des idées qui relève de la droite réactionnaire (contrairement à Marine Le Pen au public plus social, populaire et populiste). Ainsi, 96% des "zemmouriens" considèrent que l’islam est une menace pour la République. Parmi leurs principales préoccupations, l’immigration (citée à 75%) et la délinquance (51%), soit respectivement 46 et 24 points de plus que la moyenne nationale. En revanche, les questions sociales ou écologiques figurent en bas de la liste..

Une mauvaise image

Pour le moment, les positions polémiques d’Éric Zemmour lui permettent de séduire un noyau de sympathisants loin d’être négligeable. Au fil des sondages publiés depuis deux mois, son électorat se consolide voire se renforce. Pourtant, dans l’opinion publique son image est particulièrement mauvaise. Sa candidature inquiète 57% des Français, soit plus que celles de Marine Le Pen (56%) et Jean-Luc Mélenchon (53%). Soulignons également que 83% Français estiment qu’il donne une mauvaise image du pays à l’étranger. Seul Jean-Luc Mélenchon fait pire avec 85%. Enfin, seuls 20% des personnes interrogées (soit peu ou prou son électorat potentiel) soutient qu’il a l’étoffe d’un président de la République. Si le score est faible, il reste néanmoins supérieur d’un point à Jean-Luc Mélenchon et de quatre points à Anne Hidalgo et Yannick Jadot. En somme, l’auteur de La France n’a pas dit son dernier mot dispose d’un socle solide séduit par ses outrances et sa volonté de casser les codes. Mais il rebute une large partie de l’opinion, notamment chez les électeurs de Marine Le Pen et de LR. De quoi lui assurer une niche électorale potentielle. Mais celle-ci aura des difficultés à s’élargir…

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Virginie Girod : "La parité dans les postes de direction n’est qu’une question de temps"

Virginie Girod : "La parité dans les postes de direction n’est qu’une question de temps"

L’historienne publie "Les ambitieuses, 40 femmes qui ont marqué l’histoire par leur volonté d’exister". L’occasion de revenir sur les notions d’émanci...

Éric Zemmour s’inspire de Donald Trump. Et ça ne marchera pas…

Éric Zemmour s’inspire de Donald Trump. Et ça ne marchera pas…

Dans son meeting de Villepinte ou dans sa vidéo de déclaration de candidature, Éric Zemmour semble très proche de Donald Trump : haine contre les élit...

Valérie Pécresse candidate LR : un danger pour Emmanuel Macron ?

Valérie Pécresse candidate LR : un danger pour Emmanuel Macron ?

La candidature de la présidente de la région Ile-de-France n’est pas la meilleure nouvelle pour le président de la République. Pour autant, ce dernier...

Éric Zemmour : l’homme seul

Éric Zemmour : l’homme seul

Des soutiens de la première heure qui prennent le large, une société civile qui n’adhère pas, des "professionnels" de LR et du RN qui le fuient, un pe...

Primaire LR : les votants plastiquent Bertrand

Primaire LR : les votants plastiquent Bertrand

Valérie Pécresse contre Éric Ciotti. Si la finale de la primaire LR peut surprendre certains, son issue ne fait guère de doute. Mais la probable victo...

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Alors que la fin du quinquennat approche, Décideurs a rencontré Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. L’occasion de faire le...

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Intransigeant sur la laïcité et l’universalisme, le parti radical de gauche tente de préserver sa ligne au sein des partis de gauche. Selon son présid...

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

En appel, le parquet général a requis cinq ans d’emprisonnement dont quatre avec sursis, 375 000 euros d’amende et une peine de dix ans d’inéligibilit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte