SNCF : le casse-tête de la dette

Alors que le gouvernement ne semble pas revenir sur sa décision concernant le statut des cheminots, la question de la dette, de presque 50 milliards d’euros, reste floue. Il pourrait s’en servir pour faire pression sur la direction du groupe.

Alors que le gouvernement ne semble pas revenir sur sa décision concernant le statut des cheminots, la question de la dette, de presque 50 milliards d’euros, reste floue. Il pourrait s’en servir pour faire pression sur la direction du groupe.

Trois jours après le début de la mobilisation des cheminots, la réforme engagée reste toujours aussi imprécise. Au-delà de leur statut, la question de la dette de SNCF Réseau inquiète. Elle augmente en moyenne de 2 milliards d’euros chaque année et atteindra bientôt les 50 milliards. Malgré la baisse des taux, les seuls intérêts de la dette représentent 1,5 milliard d’euros d’intérêts par an.

Contreparties

Parmi les solutions envisagées, la reprise de cette dette par l’État. Mais cela représenterait deux points de PIB de dette publique supplémentaire. La France risquerait de repasser au-dessus des 3 % de déficit public. Pourtant le Premier ministre ne clôt pas le débat, il assure que le gouvernement assumera ses responsabilités « dès lors que la SNCF aura contribué ». Edouard Philippe attend des « contreparties extrêmement claires, et qui transforment le fonctionnement opérationnel de l’entreprise ». Une demande qui relève du chantage pour Philippe Martinez. Le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) estime que « le gouvernement s’entête » et qu’il « recherche l’épreuve de force et refuse la discussion ».

Malgré l’instabilité des arbitrages, le scenario primant est celui de la reprise partielle de la dette à hauteur de 35 milliards d’euros maximum. Une structure serait créée pour transférer le reste de la dette, celle-ci resterait donc dans le groupe mais n’empêcherait pas le changement de statut d'Établissement public, en société à capitaux publics.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Depuis plus de vingt ans à la tête d’Ardian, société d’investissement numéro un en Europe, Dominique Senequier est devenue une figure incontournable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte