Skytech : rien ne se perd, tout se transforme

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse de la Tech française. Aujourd’hui : Skytech.

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse de la Tech française. Aujourd’hui : Skytech.

Commencée au début des années 2000, l’aventure Skytech part du constat simple que les plastiques que l’on appelle « dures et complexes » ne sont pas, ou peu, recyclés. Ces derniers se trouvent pourtant en quantité importante, notamment dans les pare-chocs de voitures, les machines à café, ou encore sur les ordinateurs dont les contours en sont bardés. Si la matière première ne manque donc pas, la difficulté se trouve ailleurs : comment recycler correctement ces plastiques ? Là, Skytech marque sa différence en proposant une solution, Triblast, procédé basé sur la triboélectricité – « faire frotter les électrons » en grec ancien – permettant de recycler les polymères en les séparant en différents mélanges : ABS, PP et PS.

Innovation technique

La solution de recyclage permet une véritable régénération des plastiques, comme nous l’explique Ophélie Godde, CEO de l’entreprise : "Il faut doper la formule du polymère afin qu’il retrouve des caractéristiques similaires à un plastique vierge." Les résultats sont au rendez-vous avec des granulés intégralement issus du recyclage de déchets et un taux de pureté de plus de 99 %. Le succès du procédé Triblast est le fruit d’une collaboration avec le professeur Lucien Dascalescu de l’université de Poitiers, puis d’une autre collaboration avec l’École normale supérieure afin d’affiner le processus de séparation. Concernant son financement, c’est Xerys, société de gestion de portefeuille spécialisée dans le capital-investissement qui a décidé d’accompagner le projet dès 2013.

Un contexte favorable à l’extension

La start-up a pu profiter d’un contexte favorable à son arrivée. Les problématiques d’obsolescence technique, de surconsommation, la sensibilisation des citoyens à l’importance de la quantité de déchets et la nécessité de les trier, ne pouvaient que propulser sur le devant de la scène la solution mise en place par l’entreprise. La reconnaissance se fait aussi sur le plan institutionnel, avec le prix d’excellence du programme Horizon 2020 de la Commission européenne, avant d’être reconnu "entreprise innovante" par la French Tech. Une réussite qu’a voulu mettre en avant Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, lorsqu’elle est venue sur le site de la start-up en septembre dernier : "Grâce à des jeunes entreprises innovantes françaises comme Skytech, des solutions vertueuses, commercialisables à l’échelle industrielle et économiquement avantageuses se multiplient pour permettre aux entreprises d’être pleinement acteurs de la transition écologique."

Réussite entrepreneuriale et scientifique

La granulation mise en place fin 2020, et l’avantage d’un prix compétitif par rapport aux résines vierges a permis à Skytech de s’imposer rapidement sur le marché. Dans un contexte complexifié par la crise sanitaire mondiale, la start-up trouve ses premiers distributeurs en Chine dès le mois de février 2020. Rapidement, les distributeurs européens s’y intéressent à leur tour. L’année 2021 s’avère particulièrement bonne pour l’entreprise, passant de vingt salariés à plus d’une cinquantaine en douze mois, avec la volonté actuelle d’en recruter une trentaine supplémentaire. Côté R&D, Skytech cherche à faire breveter le premier ABS haute résistance thermique en plastique régénéré du monde, et expérimente une ligne de séparation des polyamides et des polyéthylènes.

Un regard sur l’avenir

La production va se délocaliser dès la fin du semestre vers une ancienne friche industrielle, permettant de multiplier les capacités de rendement de l’entreprise. "L’idée est une production de 35 000 tonnes de plastique régénéré d’ici 2023", confie Ophélie Godde. À la quantité de production, s’ajoute une diversification de l’offre, avec la mise en place d’une troisième ligne de production visant des déchets plus dégradés encore que ceux déjà traités. Enfin, avec une levée de fonds de 16 millions d’euros auprès de son partenaire Xerys, l’entreprise continue son implantation sur le territoire français, tout en commençant à préparer son ouverture à l’international, la start-up ambitionnant de "devenir le leader européen du plastique régénéré technique (rABS* et rPS*) 100 % post-consommation".

Émile Le Scel

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Côté Tech

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française à travers les thématiques de l'immobilier, de l'énergie et de l'environnement.
Sommaire Aerophile : aspirateur de particules Alacaza : le WhatsApp résidentiel augmenté Wise-Integration : un game-changer pour les chargeurs Wishibam : prime à l'innovation Greenmetrics accélère la décarbonation numérique des entreprises Witco : conciergerie 2.0 Emoko : l’immersion par la 3D Dracula Technologies : la start-up qui a les dents longues Hesus : terres promises
Hesus : terres promises

Hesus : terres promises

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française. Aujourd’hui : Hesus.

N. Bendefa (REIM Partners) : "L’immobilier locatif est un secteur encore récent au Maroc mais en forte croissance"

N. Bendefa (REIM Partners) : "L’immobilier locatif est un secteur encore récent au Maroc mais en for...

Fondée en 2013 par Nawfal Bendefa et Mehdi Tahiri Joutei Hassani et adossée à CFG Bank en tant qu’actionnaire depuis 2020, la société de gestion REIM...

Cédric Borel (Ifpeb) : "Les freins vers la sobriété carbone ne sont pas techniques mais psychologiques et organisationnels"

Cédric Borel (Ifpeb) : "Les freins vers la sobriété carbone ne sont pas techniques mais psychologiqu...

Cédric Borel est le président de l’Institut français pour la performance énergétique du bâtiment et l’un des initiateurs du Booster du réemploi. Dans...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisation"

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisat...

BNP Paribas Real Estate, société de gestion d’actifs immobiliers, ne cesse de se développer grâce à une dynamique en phase avec les marchés et leurs c...

M. Cheval (Carmila) : “Nos centres commerciaux sont des créateurs de liens sociaux”

M. Cheval (Carmila) : “Nos centres commerciaux sont des créateurs de liens sociaux”

Dans un contexte toujours incertain et suspendu aux imprévus sanitaires, le secteur du commerce poursuit son chemin de croix, au gré des contraintes q...

Dracula Technologies : la start-up qui a les dents longues

Dracula Technologies : la start-up qui a les dents longues

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française. Aujourd’hui : Dracula T...

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

À quelques jours de la conclusion du rapprochement historique de Veolia avec Suez, le conseil d’administration de Veolia a désigné Estelle Brachlianof...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte