Signature électronique : l’engouement des professions du droit se confirme

DocuSign vient d’annoncer une importante augmentation de son chiffre d’affaires trimestriel. Cette croissance exceptionnelle fait écho aux besoins exprimés du fait de la crise sanitaire en matière de e-signature mais confirme également l’engouement des professionnels du droit pour le recours à ce type de technologies.

DocuSign vient d’annoncer une importante augmentation de son chiffre d’affaires trimestriel. Cette croissance exceptionnelle fait écho aux besoins exprimés du fait de la crise sanitaire en matière de e-signature mais confirme également l’engouement des professionnels du droit pour le recours à ce type de technologies.

53 % : c’est l’augmentation du chiffre d’affaires trimestriel, clos au 31 octobre, annoncé par DocuSign, leader de la signature et de la gestion des contrats électroniques. Pour son troisième trimestre fiscal 2020, DocuSign présente un revenu net d’activité de 57,4 millions de dollars, une augmentation très nette par rapport au 1,9 million de dollars enregistrés sur le même trimestre l’année précédente. Le chiffre d’affaires total pour ce trimestre s’établit ainsi à 382,9 millions dont 366,6 millions proviennent de nouvelles souscriptions. En comparaison avec le même trimestre l’année précédente, le chiffre d’affaires total et celui lié aux souscriptions ont augmenté respectivement de 53 % et 54 %, ce qui signifie que les nouveaux contrats représentent 96 % des revenus de la société américaine fondée à San Francisco en 2003. Cette envolée traduit les besoins du marché en matière de signature électronique, notamment au moment de la crise sanitaire qui a accéléré la digitalisation, et l’adoption de cet outil technologique par des professionnels du droit de plus en plus nombreux.

Même valeur légale que la signature manuscrite

La e-signature a été introduite en droit français par la loi du 13 mars 2000. D’après le texte, elle enrôle le consentement du signataire et satisfait les mêmes privilèges que la signature manuscrite. L’article 1367 du Code civil précise cependant qu’elle doit être sujette à l’utilisation d’un procédé fiable d’identification garantissant son lien avec l’acte auquel elle s’attache. Si ses conditions sont réunies, la signature électronique aura la même valeur légale que le paraphe manuscrit. Très rapidement, les notaires l’ont intégrée dans leurs outils de travail et ont même été pionniers en la matière. La numérisation de leurs actes a d’ailleurs été imposée au même moment, dès le début des années 2000 par le passage au Téléacte, afin de faciliter l’échange d’informations avec la direction générale des finances publiques et par cette introduction de la signature électronique.

Au niveau européen, la e-signature est également reconnue : le règlement eIDAS de 2014 consacre sa valeur juridique et instaure un cadre européen en matière d’identification numérique et de services de confiance, afin d’offrir la possibilité aux entreprises et particuliers de signer électroniquement leurs documents en toute légalité. Ainsi, une signature électronique conforme aux normes imposées par le texte aura la même valeur probatoire qu’une signature manuscrite.

Nouveaux outils et partenariats

Le marché français de la legaltech a peu à peu vu fleurir des acteurs exclusivement consacrés à la signature électronique. Parmi eux, Yousign, Universign, Docage, Signaturit ou encore Chambersign. Dernièrement, ceux-ci ont développé des outils destinés à parfaire leurs services et à répondre aux exigences des professionnels du droit, qu’ils soient avocats, directeurs juridiques, huissiers ou notaires. DocuSign, a ainsi crée DocuSign Payment, une nouvelle solution de dématérialisation complète permettant la signature et le paiement rapide sur toutes les plateformes. DeepBlock, le spécialiste de la blockchain, a lancé VitalSign, un service de signature électronique sécurisé. Par ailleurs, des alliances entre acteurs de différents segments ont également vu le jour : l’éditeur de logiciels Gino a ajouté la solution de e-signature Universign à son service par le biais d’un partenariat. Le logiciel de gestion des cabinets d'avocats Buroclic s'est quant à lui adjoint les services de Signaturit en poursuivant l'objectif de développer cette solution auprès des avocats français. Pour assurer la continuité des activités des TPE et PME pendant le premier confinement, Captain Contrat et Yousign ont uni leurs forces en proposant une offre juridique et administrative complète et entièrement dématérialisée. EsignProof ouvre quant à lui un bureau à Nantes et lance de nouvelles fonctionnalités au sein de son offre.

Tous ces outils ont vocation à perdurer dans le temps à l’heure où le prolongement de la crise sanitaire remet en question l’organisation du travail des entreprises et le recours à davantage de travail à distance. Les acteurs de la legaltech positionnés sur ce segment de la preuve juridique qui ont su s’adapter et faire leurs preuves durant cette période délicate sont promis à un bel avenir.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Unyer étend son réseau de cabinets internationaux à l’Italie en intégrant l’enseigne indépendante Pirola Pennuto Zei & Associati. Le réseau regrou...

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Pauline Jacquemin Cuny est nommée associée au sein du cabinet Arst Avocats.

Avocats : lancement du réseau Junction

Avocats : lancement du réseau Junction

Hugues de La Forge et Sally El Sawah créent Junction, un réseau non exclusif d’avocats et de cabinets indépendants.

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Adaltys attire l’avocate Sylvie Le Damany et en fait la septième associée de son bureau parisien. Elle intègre le cabinet avec son collaborateur Marti...

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

L’avocate spécialiste du corporate/M&A dans le secteur des sciences de la vie Emmanuelle Porte devient la co-managing partner des bureaux français...

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Avec l’arrivée de l'avocate counsel Mathilde Carle, Kramer Levin équipe son bureau parisien d’une pratique consacrée à la propriété intellectuelle. Re...

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Le 9 septembre, l'Autorité de la concurrence française (ADLC) a condamné une Bourse de fret, un groupement de transporteurs et des organisations syndi...

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

L’enseigne parisienne Chemarin & Limbour coopte Valentine Foucher-Créteau au rang d’associée au sein de son équipe chargée des contentieux d’affai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte