Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexistes, y compris au travail. Mais les entreprises à s’être véritablement emparées du sujet restent peu nombreuses.

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexistes, y compris au travail. Mais les entreprises à s’être véritablement emparées du sujet restent peu nombreuses.

Depuis le 1er janvier 2019, les groupes de plus de 250 salariés doivent disposer d’un référent prévention des agissements sexistes. Il s’agit là d’un premier pas destiné à contraindre les entreprises à avancer sur ce problème sensible dont elles peinent à se saisir. Ce constat est confirmé par Jérôme Bouchet, directeur de l’innovation et des services du cabinet JLO, spécialiste de la prévention des risques psychosociaux. « La majorité des entreprises se sont emparées du sujet de l’égalité hommes-femmes du fait des obligations réglementaires et ont mis en place des indicateurs ; certaines déploient des actions concrètes. Ce n’est en revanche pas le cas concernant les agissements sexistes. » Sur cette question, les employeurs ne s’investissent que « lorsqu’ils doivent faire face à des situations présumées de harcèlement sexuel ».

Outiller les entreprises

Le sexisme en entreprise « se situe à l’articulation entre des problèmes individuels et organisationnels, explique Jérôme Bouchet. La plupart des éléments qu’il touche sont très personnels et questionnent la posture individuelle des managers comme de leurs collaborateurs. » Les agissements sexistes constituent un tel tabou et génèrent un tel degré d’anxiété que, selon le spécialiste, « l’un des moyens les plus efficaces pour démarrer une action de prévention est de commencer par outiller l’organisation pour répondre à des situations présumées ». L’objectif est de rendre « le sujet plus concret, plus pratique ».

Le dispositif innovant de France Télévisions

C’est notamment le choix opéré par France Télévisions. En mars 2017, le réseau de femmes du groupe, « Des images et des elles », décide de lancer une vaste opération contre le sexisme et invite les collaboratrices de l’entreprise à inscrire sur des post-it des propos dont elles ont été témoins ou victimes. À la fin de la journée, le hall d’entrée du siège est recouvert de 280 messages. « Il nous fallait réagir à la souffrance des collaboratrices », explique Catherine Bessis, bras droit de la présidente Delphine Ernotte. Après une phase de réflexion, le réseau recommande la mise en place d’un groupe composé de neuf salariés d’horizons divers : RH, managers, au siège ou en région. Chacun d’eux a reçu une formation spécifique et a été équipé d’une ligne de téléphone directe dédiée. L’ensemble des salariés ont été informés de leur existence et de leur rôle et peuvent les contacter pour les saisir d’agissements sexistes. La victime sera ensuite reçue par un binôme chargé de procéder aux premières investigations.

« Il nous fallait réagir à la souffrance des collaboratrices »

Au vu de ses conclusions, le groupe de travail décidera s’il y a lieu de déclencher une procédure interne. Le dossier sera ensuite suivi en lien avec les ressources humaines. « Nous envisageons des actions de prévention et de sensibilisation, précise Claire Quidet, responsable formation, emploi et compétences. Mais nous avons voulu répondre en priorité à l’urgence de la situation. » Le choix d’un collectif composé de salariés volontaires n’est pas anodin. « C’est très engageant, explique Catherine Bessis, pour les volontaires évidemment… mais pour l’entreprise également. » France Télévisions fait figure de pionnier. « Nous rencontrons beaucoup d’autres entreprises pour leur parler du dispositif, raconte Catherine Bessis. Nombre d’entre elles nous confient que leur organisation est beaucoup moins avancée que la nôtre. » Claire Quidet reconnaît que le groupe de travail a pu œuvrer sereinement « sans la pression de l’actualité ». Les entreprises restées attentistes jusqu’à ce jour ne pourront pas bénéficier d’un tel confort.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte