Semi-conducteurs : Thierry Breton esquisse les contours d’une alliance européenne

Dans une interview accordée aux Échos, le commissaire européen détaille ce projet qui réunira États, industriels et chercheurs. Son but ? Doubler la capacité de production de l’UE d’ici à 2030.

Dans une interview accordée aux Échos, le commissaire européen détaille ce projet qui réunira États, industriels et chercheurs. Son but ? Doubler la capacité de production de l’UE d’ici à 2030.

L’Union européenne a perdu la bataille des semi-conducteurs mais pas la guerre. Bruxelles présentera le 5 mai une revue stratégique industrielle qui sera l’occasion de lancer une alliance "réunissant tous les acteurs de la chaîne de production des semi-conducteurs". Dans une interview accordée aux Échos, le Commissaire européen à la politique industrielle et au marché intérieur Thierry Breton esquisse les contours du projet. "L’objectif dans les semi-conducteurs est d’abord de doubler notre capacité de production et notre part de marché d’ici à 2030, pour passer de 10 % aujourd’hui à 20 % demain."

États, industriels et chercheurs réunis

Il faut dire que la crise liée à la Covid-19 a mis en avant les faiblesses de l’Union en matière de souveraineté que ce soit sur le volet sanitaire ou encore technologique. On pense notamment à la pénurie de puces électroniques qui ralentit l’industrie automobile depuis plusieurs mois. D’où la nécessité de prendre le sujet à bras-le-corps.

Le projet européen, déjà soutenu par 22 États membres, réunira des industriels et des chercheurs. "Nous sommes en train de finaliser les discussions avec NXP, Infineon, STMicroelectronics, Bosch, Siemens, ASML. Avec les chercheurs du CEA-Leti en France, de l'institut Fraunhofer en Allemagne ou l'IMEC en Belgique et aux Pays-Bas", précise Thierry Breton, ajoutant que les discussions sont aussi ouvertes aux acteurs des télécoms qu’aux constructeurs automobiles.

Le nerf de la guerre

Pour mener à bien ses ambitions, l’Europe va mettre en place un nouveau PIIEC (projet important d’intérêt européen commun). Montant de l’enveloppe ? Une vingtaine de milliards. Un budget certes important mais nécessaire au regard des investissements américains et chinois en la matière. À titre de comparaison, les industriels de l’empire du Milieu mettent sur la table 400 milliards de dollars afin de rapatrier d’ici à 2025 sur leur sol 70 % de leur consommation globale de semi-conducteurs.

L’Europe qui n’a pas su répondre présente sur les semi-conducteurs de dernière génération (7 voire 5 nanomètres) se tourne dès maintenant vers les marchés d’avenir. "Si l'on se projette à dix ou quinze ans, cela veut dire que nous devrons maîtriser les semi-conducteurs de moins de 5 nanomètres, voire de moins de 2 nm", poursuit Thierry Breton.

À la question de savoir si cet objectif n’est pas trop ambitieux, celui-ci répond : "Oui, mettre la barre à 2 nanos est ambitieux, c'est vrai, mais c'est la condition sine qua non à notre souveraineté numérique. C'est aussi la direction que prennent tous les concurrents comme Intel, TSMC ou les industriels chinois. Nous ne pouvons donc pas être absents sur ce segment." Reste à connaître tous les tenants et aboutissants de la feuille de route qui sera présentée le mois prochain.

OV

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis volants

Ascendance Flight Technologies boucle un financement de 10 millions d’euros pour son projet de taxis...

La jeune start-up toulousaine du secteur de l’aéronautique vient de lever 10 millions d’euros. Elle espère s’imposer sur le marché de l’aviation décar...

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

Vestiaire Collective lève 178 millions d'euros

La start-up française Vestiaire Collective boucle une nouvelle levée de fonds qui s’élève à 210 millions de dollars, soit 178 millions d’euros. La jeu...

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nature de la reprise"

B. Delpit (Safran) : "Il est important d’avoir les bons capteurs sur l’ampleur, la vitesse et la nat...

Le secteur de l’aéronautique a été l’un des plus touchés par la crise sanitaire et ses effets. Safran, l’un des acteurs majeurs de ce segment d’activi...

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

F. Letier (GENEO) : "Un rebond ne peut s’inscrire que dans une croissance durable"

"Carnet de rebond pour PME et ETI", le nouveau livre-coach de Fanny Letier, cofondatrice de Geneo capital entrepreneur, vient de sortir en librairie....

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

Une série E de 555 millions de dollars pour la start-up Mirakl

La licorne française Mirakl annonce une levée de fonds de 555 millions de dollars. Cette opération porte la valorisation de la start-up à 3,5 milliard...

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour...

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virtuel

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virt...

La jeune pousse Sorare vient d’annoncer une levée de fonds de 680 millions de dollars qui porte sa valorisation à 4,3 milliards de dollars. Il s’agit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte