Secteur aérien : la reprise à pas comptés

À l’heure où se profilent enfin reprise des vols et réouverture des terminaux, chacun mise sur la "reconquête de la confiance" pour
favoriser le redémarrage de l’activité. Sur cela et, pour les compagnies aériennes, sur l’espoir de ne pas se voir imposer de mesures de "distanciation sociale" qui, si elles l’étaient, pourraient leur coûter leur viabilité.

À l’heure où se profilent enfin reprise des vols et réouverture des terminaux, chacun mise sur la "reconquête de la confiance" pour favoriser le redémarrage de l’activité. Sur cela et, pour les compagnies aériennes, sur l’espoir de ne pas se voir imposer de mesures de "distanciation sociale" qui, si elles l’étaient, pourraient leur coûter leur viabilité.

Parmi les secteurs les plus touchés par la crise, l’aérien est sans doute celui dont la relance soulève le plus d’interrogations et d’incertitudes. Et pour cause. Il y a quelques semaines, l’IATA, l’Association internationale du transport aérien regroupant quelque 290 compagnies aériennes, estimait à 314 milliards de dollars le manque à gagner des compagnies sur l’année en cours, soit une chute historique de près de 55 % par rapport à leurs revenus de 2019. Face à cette débâcle commerciale causée par le Covid-19, les États dégainent les uns après les autres mesures d’urgence et plan de sauvetage pour éviter que la crise du secteur ne vienne plomber encore davantage les économies nationales.

Distanciation sociale vs seuil de rentabilité

Ainsi, sans attendre le plan de relance promis d’ici au 1er juillet par le gouvernement, Bruno Le Maire annonçait il y a peu le déblocage d’une aide de 7 milliards d’euros à destination d’Air France alors que l’IATA communiquait ses préconisations en matière de mise en conformité de ses appareils avec les nouvelles exigences sanitaires. Parmi celles-ci : contrôle des températures et déclaration sanitaire pour chaque passager et, à bord, port du masque obligatoire, désinfection des appareils et déplacements limités mais… pas de siège sacrifié au nom de la distanciation sociale. Motif : si cette mesure devait être imposée aux compagnies, elle les contraindrait soit à voir chuter le taux de remplissage de leurs avions au point de voir chaque vol passer « sous son seuil de rentabilité », soit à augmenter massivement le prix de vente de leurs billets - de l’ordre de 50 % selon l’IATA. Rédhibitoire. Et, estime son président, Alexandre de Juniac, de nature à « profondément modifier les fondamentaux économiques » d’un secteur dont la reprise, rappelait-il dernièrement, promet déjà d’être longue et chaotique.

"À bord, port du masque obligatoire, désinfection des appareils et déplacements limités mais… pas de siège sacrifié au nom de la distanciation sociale"

"À genoux"

« On a préparé pour le monde entier mais en particulier pour l’Europe et la France un plan de redémarrage de l’industrie en trois phases : d’abord les marchés domestiques au mois de juin, ensuite à partir de juillet l’Europe, l’Amérique du Nord ou l’Asie-Pacifique, et ensuite, au quatrième trimestre, l’intercontinental », détaillait-il y a peu avant d’évoquer un nombre de destinations appelé à rester limité des mois durant et un retour à la normale du trafic attendu pour 2023 seulement. De quoi placer le secteur dans une situation d’autant plus critique qu’à une activité pour ainsi dire à l’arrêt depuis des semaines s’ajoute aujourd’hui la perspective de milliers de billets à rembourser pour cause de vols annulés… Une obligation – comme l’a récemment rappelé la Commission européenne - qui pourrait porter le coup de grâce à des dizaine de compagnies et qui, il y a peu, amenait Alexandre de Juniac à demander « à genoux » aux passagers de privilégier l’avoir au remboursement.

Regagner la confiance

Au sol, même effervescence du côté des aéroports qui, progressivement, organisent la reprise en déployant des dispositifs sanitaires destinés à rassurer les usagers, comme l’indiquait il y a peu Edward Arkwright, directeur général exécutif du groupe ADP qui, après avoir rappelé que « l’immobilité (avait) coûté entre 2 et 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires » au groupe, expliquait que ce dernier entrait aujourd’hui en phase de « reprise et de reconquête de la confiance ». Au programme : port du masque et distribution de gel hydroalcoolique dans les terminaux mais aussi prise de température par caméras thermiques aux départs et aux arrivées. Pour l’heure déployé au sein de Roissy CDG, le dispositif devrait rapidement être étendu à Orly, à l’arrêt depuis fin mars et, selon le site d’actualité aéronautique et spatiale Air&Cosmos, appelé à connaître « un déconfinement progressif » d’ici à la fin du mois.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils
Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Les enjeux de la notation financière au regard de la crise sanitaire

Les enjeux de la notation financière au regard de la crise sanitaire

Alors que certains secteurs commençaient à récupérer du premier confinement, les conséquences de la deuxième vague de Covid-19 inquiètent. Parce que l...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

F. Hammouche (La Carac) : "Nous restons très sélectifs dans nos choix d’investissement"

F. Hammouche (La Carac) : "Nous restons très sélectifs dans nos choix d’investissement"

L'arrivée imminente d'un vaccin contre la covid-19 semble avoir plongé les investisseurs dans une douce euphorie. Fabrice Hammouche, Directeur des inv...

B. Boumaza (Accor) : "Un hôtel est aussi un abri"

B. Boumaza (Accor) : "Un hôtel est aussi un abri"

Premier groupe hôtelier en Europe, Accor a été très sévèrement touché par la crise sanitaire qui a frappé de plein fouet le secteur du tourisme. Besma...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte