Sébastien Barbe (Schelcher Prince Gestion) : « Il reste de nombreuses opportunités pour s’exprimer sur le marché obligataire »

Comme en Allemagne ou en France, les rendements des obligations d’États à 5 ans sont passés en territoire négatif. Pour générer de la performance, les gérants obligataires doivent naviguer hors des sentiers battus. Sébastien Barbe nous présente sa stratégie.
Sébastien Barbe

Comme en Allemagne ou en France, les rendements des obligations d’États à 5 ans sont passés en territoire négatif. Pour générer de la performance, les gérants obligataires doivent naviguer hors des sentiers battus. Sébastien Barbe nous présente sa stratégie.

Décideurs. Les investisseurs agissent dans un marché alors que les politiques monétaires des principales banques centrales deviennent asynchrones. Doivent-ils redouter cette situation ?

Sébastien Barbe. Je ne dirais pas qu’elles sont asynchrones car tout ce tient. Le jeu des politiques monétaires est assez fin pour stabiliser les parités de change. Si ces politiques étaient véritablement asynchrones, il y aurait notamment eu des mouvements sur la parité euro/dollar. Paradoxalement, la Fed ne dispose plus que d’une très faible marge de manœuvre. Elle a dû se résoudre à repousser à plusieurs reprises sa décision de remonter ses taux, comme ce fut le cas après le Brexit. Quant à la BCE, contrairement à ses déclarations, je crois qu’elle aimerait bien pouvoir sortir de sa politique actuelle.

 

Quelle est la stratégie payante pour générer de la performance sur le marché obligataire ?

Avant, il suffisait d’acheter des obligations et de se laisser porter pour réaliser une bonne performance sur ce marché. Aujourd’hui, il convient de faire preuve d’une certaine prudence, d’être capable de garder du cash et de s’organiser pour pouvoir faire preuve de réactivité. Il reste cependant de nombreuses opportunités pour s’exprimer sur le marché obligataire. Je pense notamment au segment du high yield, aux financières, aux dettes non cotées (PME) voire au marché des obligations convertibles.

 

La politique de quantitative easing menée par la BCE s’est fait ressentir jusqu’au segment du high yield. Conseillez-vous aux investisseurs de se positionner sur des titres moins bien notés mais mieux rémunérés ?

Si la BCE n’achète pas de titres à haut rendement, sa politique a toutefois aussi généré la hausse des titres notés BB voire B. Il peut donc, en effet, être tentant de prendre plus de risques. Toutefois, l’écart entre B et BB est proche de sa moyenne historique. Je n’ai donc pas envie de répondre par l’affirmative à votre question. Il ne me semble pas opportun de prendre davantage de risque sur le seul fait que le rendement des titres mieux notés n’est pas suffisant. Faire l’acquisition d’un titre noté B, c’est une autre catégorie d’investissement, avec une probabilité de défaut plus importante. En suivant ce raisonnement, le risque est d’arriver à la fin du cycle crédit avec des titres notés C et de subir de plein fouet le retournement de marché.

Le marché des Coco Bonds est intéressant mais il convient d’éviter de prendre trop de risques

 

Les discussions autour d’un assouplissement réglementaire encadrant l’activité des banques vont-elles donner encore plus d’attraits aux  « Coco bonds » ?

L’analyse des banques est devenue très sophistiquée. Autant ce sont des titres pour lesquels nous n’avions pas d’attraits particuliers l’année dernière, autant ils présentent désormais un certain intérêt. Plusieurs conditions doivent cependant être réunies. La première est qu’il ne faut pas anticiper un choc financier en Europe. La seconde concerne l’anticipation de changements réglementaires. Pour simplifier, à ce jour, lorsqu’il n’y a pas de dividendes payés par l’action, la société ne peut pas verser de coupons aux porteurs du titre. Cette règle pourrait être modifiée, plaçant ainsi le détenteur du titre de dette en bien meilleure position. Pour conclure, je dirais que c’est un marché intéressant mais dans lequel il convient d’éviter de prendre trop de risques, ces titres demeurant très volatils.

 

Vous avez évoqué les titres de dettes non cotés. Quel est le profil des sociétés qui vous intéressent ?

Nous sommes assez ouverts sur cette classe d’actif en termes de secteurs, de formats ou de tailles. Nous intervenons en complément des banques sur des tranches in fine de cinq à huit ans. Nous avons développé une méthodologie propriétaire pour calculer les risques. Les opérations qui nous intéressent sont celles dont l’Expected Loss (Probabilité de défaut x Perte en cas de défaut) est proche de celui des obligations traditionnelles notées BBB-/BB+, mais avec un rendement entre 3% et 5%. On bénéficie en général de garanties bien supérieures aux titres côtés, en contrepartie d’une liquidité bien moins importante. Dans cette logique, nous avons par exemple financé dernièrement Isabel Marant dans le cadre de sa recomposition capitalistique et de son développement international.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

Gide agrandit son conseil scientifique

Gide agrandit son conseil scientifique

Le conseil scientifique de Gide Loyrette Nouel accueille Thierry Bonneau, universitaire reconnu et spécialiste de droit bancaire.

Moneta obtient le label Relance pour deux de ses fonds

Moneta obtient le label Relance pour deux de ses fonds

Lancé le 19 octobre, le label Relance est un outil d’aide au financement des entreprises françaises. Moneta Asset Management s’est vue attribuer la fa...

Promotions internes chez Mayer Brown

Promotions internes chez Mayer Brown

Mayer Brown promeut Sébastien Delaunay en qualité d’associé et Rémy Bonnaud comme avocat counsel, deux nominations qui seront effectives le 1er janvie...

L'Élite 2020 : qui sont les figures du palais ?

L'Élite 2020 : qui sont les figures du palais ?

Thomas Baudesson, Kiril Bougartchev, Jean-Yves Garaud, Corinne Lepage, Kami Haeri, Olivier Fréget et Thomas Rouhette sont les avocats identifiés par D...

L'Elite 2020 : qui sont les références parmi les avocats d'affaires ?

L'Elite 2020 : qui sont les références parmi les avocats d'affaires ?

Alexandra Neri, Emmanuelle Barbara, Stéphane Puel, Stéphanie Auféril, Noëlle Lenoir, Catherine Mateu, Arut Kannan, Emmanuelle Trombe et Sabrina Dougad...

L'Élite 2020 : qui sont les avocats entrepreneurs ?

L'Élite 2020 : qui sont les avocats entrepreneurs ?

Pascale Lagesse, Thomas Clay, Marianne Schaffner, David Rigaud, Patricia Le Marchand, David Gordon-Krief, Alain Decombe et Jérôme Barré sont les avoca...

L'Elite 2020 : qui sont les avocats dealmakers ?

L'Elite 2020 : qui sont les avocats dealmakers ?

Guillaume Kuperfils, Philippe Druon, Guilhem Brémond, Bertrand Cardi, Xavier Farde et Pierre Popesco sont les avocats identifiés par Décideurs Juridiq...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte