SCPI et OPCI : une collecte toujours positive au premier semestre 2020

L’association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) et l’Institut de l'Épargne Immobilière et Foncière (IEIF) viennent de publier les statistiques du deuxième trimestre du marché des SCPI et OPCI grand public. Celles-ci étaient particulièrement attendues par les observateurs, impatients de mesurer les conséquences de la période de confinement imposée jusqu’au 11 mai par le gouvernement sur la collecte et les investissements.

L’association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM) et l’Institut de l'Épargne Immobilière et Foncière (IEIF) viennent de publier les statistiques du deuxième trimestre du marché des SCPI et OPCI grand public. Celles-ci étaient particulièrement attendues par les observateurs, impatients de mesurer les conséquences de la période de confinement imposée jusqu’au 11 mai par le gouvernement sur la collecte et les investissements.

Des souscriptions attendues à la baisse 

L’année avait pourtant bien commencé. Des records de collectes avaient d’ailleurs été atteints. Mais les mesures de confinement imposées par le gouvernement pour endiguer l’épidémie de Covid-19 ont naturellement déstabilisé le marché immobilier.

Frédéric Bôl, président de l’ASPIM, nous avait d’ailleurs prévenu il y a quelques semaines : “La collecte a été légèrement ralentie. Elle n’est pas, pour l’instant, à l’arrêt.“ Les chiffres qui viennent d’être publiés par l’Aspim le confirment. Au cours du deuxième trimestre, les SCPI ont en effet réalisé une collecte nette de 875 millions d’euros tandis que les OPCI grand public ont enregistré 332 millions d’euros de souscriptions nettes. 

Au total, durant les six premiers mois de l’année, les SCPI et OPCI grand public ont collecté pas moins de 5 milliards d’euros. Si ce volume est en ligne avec la moyenne des cinq dernières années, il s’affiche en baisse de 8% sur un an. 

Dans le détail, le montant de collecte des SCPI d’immobilier d’entreprises a baissé de 20% par rapport au premier semestre 2019, atteignant 3,43 Md€. Les OPCI grand public ont, quant à eux, collecté 1,6 Md€, un montant en hausse de 32% par rapport au premier semestre 2019. 

Frédéric Bôl estime à juste titre ces résultats encourageants : “comme attendu, la collecte et la distribution des fonds au premier semestre ont connu un ralentissement lié à l’impact de la Covid-19 et du confinement sur les réseaux de distribution et aux mesures d’aménagement des loyers commerciaux en soutien aux TPE et PME en difficulté.  En dépit de la période de confinement, les deux véhicules ont enregistré une collecte nette positive au premier comme au second trimestre ce qui a notamment permis de maintenir une excellente liquidité sur le marché des parts de SCPI.“

Des performances en demi-teinte

Les performances globales des SCPI, c’est-à-dire le rendement courant ajouté à la revalorisation des parts, sont moins bonnes que celles de 2019. Si la revalorisation des parts a le plus été impactée au deuxième trimestre, les SCPI ont tout de même révélé des résultats positifs selon l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’entreprise France, avec +5,3% sur une année glissante.

Ce n’est pas le cas des OPCI grand public, révélant des résultats négatifs : -2,6% depuis le 1er janvier et -0,2% sur un an au 30 juin 2020. Ces performances s’expliquent par la poche foncière cotée de ce type de véhicule, forcément impactée par la chute des marchés boursiers en mars. 

Frédéric Bôl anticipe cependant des lendemains plus joyeux, notamment pour les SCPI : “La diminution des acomptes de dividendes versés par les SCPI au premier semestre reste contenue et la plupart des gérants anticipent une remontée au second semestre.“

Adaptations face à la crise

Malgré ce contexte anxiogène, les SCPI ont continué à déployer en partie leurs programmes d’investissement. Selon l’étude, elles ont investi 3,5 Mds € contre 3,6 Mds € en 2019, toujours principalement sur les bureaux (57% cette année), suivis par les commerces (19%). 

Elément notable, les SCPI se tournent davantage vers l’international. Représentant autrefois 34% de leurs investissements, les acquisitions à l’étranger se sont élevées cette année à 43%, devançant les investissements en Ile-de-France (40% dont 7% à Paris). En tête de liste : L’Allemagne, avec 16%, les pays d’Europe du Nord (7%) et le Benelux (5%). 

Emilie Zana

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Retrouvez les portraits des dirigeants de sociétés de gestion immobilières (SCPI et OPCI Grand Public)

Les SCPI et OPCI grand public permettent aux épargnants d'investir dans des actifs immobiliers (commerces, bureaux, habitations…) par l'intermédiaire d'une société de gestion spécialisée. Celle-ci se chargeant d’acquérir des immeubles, de les gérer et de les revendre le cas échéant. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de mieux connaitre leurs dirigeants et de découvrir les portraits de vingt d'entre eux.
Sommaire Les bâtisseurs (Dirigeants de sociétés de gestion immobilières) Les visionnaires (Dirigeants de sociétés de gestion immobilières) J-M. Peter (Sofidy) : "Les SCPI sont des véhicules adaptés pour traverser les cycles économiques" S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier" F. Grandvoinnet (EdR REIM) : "L'immobilier fera preuve d'une plus grande résilience" F. Bôl (Swiss Life AM) : "L'immobilier va aussi subir les conséquences du choc lié à l’épidémie" M. Bertrand (La Française REM) : "Il faut être aux côtés des locataires dans cette période" G. Brateau (BNP Paribas Banque Privée) : "L'immobilier est résilient en matière de cycle économique" G. Frapet (Primonial REIM) : "Nous confirmons notre objectif de 30 Mds€ d’actifs gérés d’ici cinq ans"
SBKG & Associés muscle ses équipes

SBKG & Associés muscle ses équipes

Poursuivant son développement, SBKG & Associés accueille Carol Santoni, Louise Duvernois et Driss Tof en qualité d’associés ainsi que Gwénolé Mori...

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO, la toute nouvelle version de son logiciel de mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Cinq avocats et quatre juristes fondent le Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement, un nouvel espace d’échange pour les professionnels œ...

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Associé du cabinet allemand Hengeler Mueller, le docteur Maximilian Schiessl est intervenu comme conseil lors de certaines d'opérations de fusions-acq...

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Au sein de son équipe juridique, Pernod Ricard place Antoine Brocas à la tête de l'éthique et de la compliance et confie à Jonathan Bay la direction j...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Virgile Zeimet accède à l’association au sein du bureau parisien de Chassany Watrelot Associés. Le cabinet spécialisé en droit social consolide ainsi...

Premier LBO pour Legalstart

Premier LBO pour Legalstart

La plateforme française de création de documents juridiques et de formalités administratives à destination des TPE et des PME Legalstart vient de réal...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte