Scandales financiers : les conseils de l’OCDE aux avocats

L’organisation mondiale a publié ce mois-ci un document avec huit recommandations à destination des professionnels du droit. Les avocats sont appelés à trouver le bon équilibre entre la défense de leurs clients et le respect des lois.
OCDE

L’organisation mondiale a publié ce mois-ci un document avec huit recommandations à destination des professionnels du droit. Les avocats sont appelés à trouver le bon équilibre entre la défense de leurs clients et le respect des lois.

Panama Papers, Paradise Papers… Ces scandales ont mis en lumière différents rouages de l’évasion et l’optimisation fiscales. Et les avocats n’ont pas été épargnés. « Cela nous rappelle que la loi n’est pas statique, mais plutôt mouvante : ce qui n’est pas considéré comme éthique par la société et comme un risque réputationnel aujourd’hui peut devenir contraire à la loi demain », indique l’OCDE qui a publié il y a quelques jours des recommandations à destination des professionnels du droit.

Auto-évaluation

En effet, à la suite du sommet anti-corruption de Londres de 2016, un groupe de travail sur le rôle des avocats dans les structures de commerce internationales a été mis en place. Son but ? Élaborer des normes de conduite et des directives pratiques pour les avocats qui participent à l’établissement et conseillent ces structures.

Ces principes n’introduisent pas de nouvelles obligations mais reposent essentiellement sur l’auto-évaluation par l’avocat des conséquences du comportement de ses clients. Ils « représentent un point de vue équilibré entre le fait qu’on attende des avocats (…) qu’ils soient proactifs pour éviter d’être associés à des comportements illicites (corruption) et la nécessité de sauvegarder les principes fondamentaux de la profession juridique, notamment le secret professionnel », a expliqué Claudio Visco, membre du conseil d'administration de l’Association internationale du barreau (IBA) – qui a planché sur la question avec l’OCDE – et associé chez Macchi di Cellere Gangemi.

Huit grands conseils pratiques

En tout, huit grands principes – somme toute de bon sens – ont été établis. Ainsi le premier enjoint-il les avocats à ne pas faciliter les comportements illégaux et à faire tous les contrôles préalables afin d’éviter d’accompagner ces comportements de manière accidentelle. Autre idée : « Un avocat ne peut pas utiliser le secret professionnel pour protéger les malfaiteurs. »

Par ailleurs, lorsqu’une pratique pourrait devenir ou devient illégale, même si elle ne l’était pas originellement, les avocats sont invités à prévenir leurs clients et à leurs proposer des solutions de remplacement. « Si le client persiste dans cette pratique, l’avocat devrait sérieusement envisager de cesser d’agir et de mettre fin à son mandat. En fonction du territoire, il lui faudra peut-être produire une déclaration d’opérations douteuses. » Les avocats doivent aussi se préoccuper des risques dans les autres juridictions dans lesquelles des transactions ont lieu ou se méfier des informations obtenues illégalement.

Ces « principes représentent une étape majeure (…) pour s’assurer que les avocats, qui jouent un rôle crucial dans la société (…) peuvent disposer d’un outil pour répondre aux nouveaux scénarios complexes et sans précédent de manière compatible avec leurs obligations légales et professionnelles ». 

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

BPI France et le gouvernement ouvrent un fonds de private equity au grand public

BPI France et le gouvernement ouvrent un fonds de private equity au grand public

BPI France Entreprises 1 est un nouveau fonds de fonds permettant aux particuliers d’investir dans 1 500 entreprises non cotées et principalement fran...

Le Conseil national des barreaux redessine e-barreau

Le Conseil national des barreaux redessine e-barreau

Dans le cadre de son plan d’investissement numérique, le Conseil national des barreaux refond e-barreau, son outil de gestion des procédures.

Fidal Formations nomme une nouvelle présidente

Fidal Formations nomme une nouvelle présidente

Impliquée dans la promotion d’une vision dynamique du droit social, Manuella Fauvel prend aujourd’hui la tête de Fidal Formations. Parmi ses objectifs...

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Votre magazine Décideurs Juridiques évolue et va bientôt adopter une nouvelle formule. Chaque jour, vous recevrez de nos nouvelles si vous nous donnez...

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

En s’associant, la spécialiste de la propriété intellectuelle Isabelle Laratte et la pénaliste Jade Dousselin constituent une offre inédite sur le mar...

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Dans le cadre de sa stratégie de développement, Delcade étend son offre à Lille en ouvrant un nouveau bureau sous la houlette de Frédérique Sallée et...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

C’est un duo formé par une civiliste et un pénaliste qui se présente devant les avocats parisiens. Julie Couturier est avocate depuis 1995. Elle exerc...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Les deux pénalistes Xavier Autain et Clotilde Lepetit forment un des deux duos pour les élections au bâtonnat 2022 de Paris. Candidat au poste de bâto...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte